Lire Debord

image002

Lire Debord

(Éditions L’ échappée, collection « Frankenstein »)

En présence des coordonnateurs de la publication, Laurence Le Bras et Emmanuel Guy

Jeudi, 26 Janvier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

« Debord ne nous laisse, à nous lecteurs, aucun répit. On le savait déjà à travers les livres publiés de son vivant, qui montrent avec quelle ténacité il maintint jusqu’à la fin le cap qu’il avait commencé à suivre au début des années 1950. Mais les notes inédites rédigées tout au long de sa vie pour des projets restés inaboutis incitent aussi à poursuivre sa réflexion sur l’évolution des sociétés contemporaines, et sur les moyens d’enrayer son cours funeste. Ainsi faut-il décrypter ces documents rassemblés et publiés ici pour la première fois : notes préparatoires pour la poursuite de son œuvre autobiographique et critique, définition des bases politiques de l’Internationale situationniste, ou encore un dictionnaire qu’il avait en projet dans les années 1980 en vue de critiquer la corruption du langage par le spectacle. » (Présentation de l’éditeur)

Avec les mises en perspective et des textes critiques signés par François Coadou, Monica Dall’Asta, Gabriel Ferreira Zacarias, Nicolas Ferrier, Jacopo Galimberti, Anselm Jappe, Laurent Jeanpierre, Christian Le Guerroué, Tom McDonough, Patrick Marcolini, Greil Marcus, Fanny Schulmann, Vanessa Théodoropoulou et Frédéric Thomas.

A cette occasion, la Bibliothèque Kandinsky prolongera la rencontre avec une sélection à travers ses collections documentaires autour de l’Internationale Situationniste.

Laurence Le Bras et Emmanuel Guy travaillent depuis 2010 sur le fonds Guy Debord de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir l’accès au fonds d’archive et la réflexion sur l’histoire qu’il peut susciter, ils ont cherché à rassembler une communauté de lecteurs de Guy Debord à travers divers projets: présentations, visites, séminaires, colloques et conférences. Ils ont également assuré le commissariat de l’exposition « Guy Debord. Un Art de la Guerre » du printemps 2013. Depuis, ils poursuivent leur travail de mise à disposition du public des ressources du fonds Guy Debord; Laurence Le Bras en tant que conservatrice au département des manuscrits de la BnF, et Emmanuel Guy en tant qu’historien de l’art et de la littérature à Parsons Paris, The New School, où il dirige le département d’histoire et théorie de l’art et du design. 

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

https://www.lechappee.org/

Philippe Artières et le « Bureau des Archives Populaires du Centre Pompidou »

mag_p-49_parole

Jeudi, 12 janvier 2017 à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Durant toute l’année 2017, Philippe Artières installera son Bureau dans le Forum 0 afin de recueillir et collecter auprès du public large les Archives Populaires du Centre Pompidou. Pour cette permanence inédite, il invitera les visiteurs, les chercheurs et les fidèles du Centre à lui confier souvenirs et documents en lien direct et privilégié avec ce lieu.

En présence de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky et des chercheurs qui activent tous les jours les différentes ressources conservées dans ses collections, cette première rencontre sera l’occasion d’une réflexion ouverte et d’un échange avec Philippe Artières sur les manières de faire et de raconter la fabrique de la recherche.

« Aujourd’hui pour moi être un chercheur c’est aussi continuer à chercher. Cela paraît une évidence mais là encore, il s’agit de réaffirmer le tremblement, le tâtonnement comme pratiques de connaissance » (P.A.) Comment formuler donc ce tâtonnement de la recherche à travers le filtre des sources documentaires dans leurs diversité ? Comment naviguer dans des lieux et à travers des traces qui relèvent, à dimensions élargies, de registres aussi variables et sensibles que le travail d’écriture, le cadre institutionnel, l’expérience personnelle ? Quelles archives du subjectif, donc, pour raconter des « histoires sensibles » de la recherche ?

Spécialiste de l’histoire sociale de l’écriture et des archives autobiographiques, Philippe Artières s’intéresse aux nouvelles formes d’écriture historiographique. Docteur en histoire, directeur de recherche au CNRS, membre du Conseil national du sida et des hépatites virales, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (2011-2012), co-fondateur de l’Association pour l’Autobiographie (APA) et de l’Association Sida-mémoires, directeur des collections « Audiographie » (éditions de l’EHESS) et  «  Tirés-à-part » (Publications de la Sorbonne). Il est l’ancien président du Centre Michel Foucault (1999-2013) et membre fondateur du Centre d’Histoire Expérimentale (CHE). Il est actuellement membre de lInstitut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) de l’EHESS.

Un projet conçu par le Service de la Parole du Centre Pompidou, avec le concours du CNRS et en partenariat avec l’Ecole Nationale des Chartes.

www.centrepompidou.fr

www.cnrs.fr