Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

La Bibliothèque Kandinsky est heureuse d’annoncer la mise en ligne du nouveau site archivesetdocumentation.centrepompidou.fr, pour offrir un meilleur accès à ses fonds d’archives et collections documentaires.

Page d'accueil du site "archives et documentation"
Page d’accueil du site « archives et documentation »

Vous y trouverez notamment :

  • Une présentation des fonds et collections de la Bibliothèque Kandinsky, mais aussi des archives institutionnelles de l’établissement gérées par le pôle Archives du Centre Pompidou.
  • Un cadre de classement listant l’intégralité des fonds conservés et pointant vers une centaine d’instruments de recherche publiés à ce jour.
  • Les conditions d’accès et de consultation
  • Des fonctionnalités de recherche et de partage avancées
  • Un accès simplifié aux ressources numériques

Etat des fonds et cadre de classement

L’accueil de fonds d’archives par la Bibliothèque Kandinsky depuis sa création fait d’elle l’un des principaux lieux de centralisation d’archives d’histoire de l’art du XXème siècle.

Un fonds d’archives est constitué d’un ensemble de documents de toute nature, réunis (c’est-à-dire produits, collectés ou reçus) par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. Au contraire, une collection représente une réunion artificielle de documents en fonction de critères communs, liés à leur thématique ou à leur typologie documentaire.

La liste de ces fonds et collections est accessible en parcourant le cadre de classement. La réalisation de cet état des fonds a permis d’engager un travail rétrospectif sur les collections. Fruit d’un travail systématique, il a consisté à dresser la liste complète des fonds, en mettant à jour le précédent état des fonds réalisé en 2008.

Aperçu du cadre de classement

À ce jour plus de 180 fonds ont été recensés, complétés par les collections documentaires (fonds général des manuscrits, fonds général des photographies, collections audiovisuelles, dossiers documentaires  : artistes, designers, thématiques). La liste ainsi dégagée a ensuite fait l’objet d’une réorganisation en sept grandes catégories de producteurs, qui témoignent de la diversité des acteurs impliqués dans les milieux artistiques :

  • Artistes
  • Architectes, designers et ingénieurs
  • Critiques d’art, théoriciens, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art
  • Galeries, librairies, maisons d’édition et revues
  • Photographes
  • Cinéastes et vidéastes
  • Institutions et manifestations culturelles

La création d’un état des fonds informatisé, structuré dans un fichier xml  a constitué une étape essentielle : il permet de présenter de manière logique et hiérarchisée, selon le cadre de classement, l’ensemble des instruments de recherche déjà accessibles ou qui seront mis en ligne progressivement et d’offrir aux chercheurs un aperçu global des fonds et collections.

Propulsé par l’application web Pleade développée par la société AJLSM, ce nouveau site permet la publication et l’interrogation d’instruments de recherche produits au format xml-EAD et conformes à la norme de description archivistique internationale ISAD(G)1

Ce nouvel outil de recherche vient compléter le catalogue  de la Bibliothèque Kandinsky. Cependant, les requêtes ne sont pas fédérées entre les deux outils, elles sont totalement indépendantes. Il vous faudra donc faire deux recherches distinctes selon que vous recherchez des sources primaires dans les archives (manuscrits, dossiers documentaires, matériaux photographiques, audiovisuels etc. ) ou secondaires, au sein des collections dites “imprimées” de la bibliothèque (documents éditées, monographies, revues, catalogues etc.)

Continuer la lecture de Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

  1. La norme générale et internationale de descriptions archivistique ISAD(G) repose sur le principe de respect des fonds, le principe de provenance et les règles  de la description à niveaux (ou « description hiérarchisée). Elle comporte 26 éléments, répartis en 7 zones. La première zone « identification » est la plus importante : elle comprend la cote de l’unité décrite, l’intitulé/analyse qui en résume le contenu, les dates extrêmes, le niveau de description choisi et l’importance matérielle (volumétrie, métrage linéaire, nombre de pièces, etc.). []

« Jean Prouvé, bâtisseur » par Olivier Cinqualbre, aux Éditions du patrimoine

prouve

Mercredi 4 janvier 2017 à partir de 18h30 – en présence de l’auteur

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« L’œuvre de Jean Prouvé est d’une telle richesse que l’on est généralement obligé de l’aborder en privilégiant tel ou tel aspect, qu’il s’agisse d’une période, d’un domaine de création ou d’une nature d’intervention. Elle est de plus d’une rare originalité, notamment parce que le professionnel est multiple et s’est joué des étiquettes tout au long de sa carrière. » (Olivier Cinqualbre)

Figure cruciale de la modernité architecturale, Jean Prouvé (1901-1984) connecte cette exceptionnelle capacité d’invention aux évolutions techniques et de production de son temps. La rencontre sera l’occasion de revenir sur la qualité protéiforme de sa créativité, à travers la diversité des bâtiments conçus et de quelques moments d’invention constructive déclinés en prototypes et grandes familles structurelles : portiques centraux, noyaux porteurs, éléments-coque, béquilles; plus tard, les stations-service. En appoint révélateur, les importantes archives de Jean Prouvé conservées dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky seront convoquées pour l’occasion. Les vitrines de la salle de lecture accueilleront un focus documentaire à partir d’une sélection de tirages photographiques, tapuscrits, calques, plans, cartes postales et éléments de correspondance qui dressent un ample paysage de la production de ce bâtisseur hors pair.

Olivier Cinqualbre, architecte et historien de l’architecture, est conservateur et chef du service architecture du Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle au Centre Pompidou. Il a été commissaire – et directeur de catalogue – de nombre d’expositions parmi lesquelles Pierre Chareau (1993), Renzo Piano (2000), Mallet–Stevens (2005), Richard Rogers (2007) et, associé à Frédéric Migayrou, Le Corbusier, Mesures de l’homme (2015). Il a assuré la direction d’ouvrage de Jean Prouvé, la Maison tropicale (2009) et du catalogue de la Collection d’architecture du Centre Pompidou (mai 2016), tous deux aux Éditions du Centre Pompidou.

La collection « Carnets d’architectes » est publiée en partenariat avec la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication.

www.centrepompidou.fr

www.editions-du-patrimoine.fr

 

 

 

 

Archives Vassily Kandinsky : inventaire en ligne

Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006
Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006

 

Après une longue période dédiée à son classement, à son inventaire normalisé et à sa numérisation, le fonds Vassili Kandinsky est enfin disponible en ligne. 

Papiers personnels, correspondance avec plus de 300 interlocuteurs dont Josef Albers, Hans Arp, André Breton, Marcel Breuer, René Char, Marcel Duchamp, Will Grohmann, Paul Klee, Alberto Magnelli, Joan Miro etc…, notes et photographies de voyage côtoient l’oeuvre théorique de l’artiste. L’élaboration de ses textes majeurs comme Über das Geistige in der Kunst, insbesondere in der Malerei ou Der Blaue Reiter est ainsi documentée, de même que sa production littéraire et critique. Reproductions d’oeuvres et argus de presse complètent cet ensemble.

NEGOPIF

Avec aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

Conférence – performance pour la clôture des négociations et l’entrée dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky de l’édition du PIF, « La critique d’art ».

negopif

Vendredi, 16 décembre 2016, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En 2014, la Bibliothèque Kandinsky a choisi d’acquérir l’un des exemplaires de l’édition d’artiste du PIF, conçu par le duo d’artistes aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii.

L’exemplaire proposé à l’acquisition comprend le « Que sais-je » consacré à « La critique d’art ».  Le tarif de cet exemplaire a fait l’objet d’une longue négociation, publiée au fur et à mesure des échanges sur la plateforme en ligne www.negopif.com et qui a rendu publique la négociation entre les artistes et l’acquéreur, relative à la fixation du prix de cette œuvre.

Au rythme des lettres adressées par les artistes et des réponses rédigées par l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky, la négociation a fait l’objet d’une réflexion sur l’élaboration des valeurs esthétiques, sur les critères de jugement qui sont convoqués dans le jeu de l’échange et sur les modalités critiques de construction d’une collection documentaire.

La conférence – performance qui conclura la série des négociations et signera l’entrée dans les collections de la bibliothèque de cet exemplaire d’artiste, sera l’occasion d’un jeu de mise en abîme des discours.

Duo d’artistes formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii, explore les champs croisés entre les arts visuels et le spectacle vivant.  Selon leurs mots, la « préoccupation principale est de pousser le bouchon et de réussir à faire coexister des questions graves (comme l’extension maximale de la précarité, la mort des idées, la crise de la démocratie, la domination du pire ou la fin du monde) avec un imaginaire léger (meubles doués de raison, nuages coureurs, gaz hilarants, fleurs bègues, animaux sans têtes) ». La fixation du prix du Pif a fait l’objet de nombreuses interventions à la Galerie mfc-michèle didier à Paris (2013), à la FIAC, Cité de la mode et du design (2015), au 6B (Saint-Denis), au DOC (Paris) et au Festival Mon inouïe Symphonie (Dunkerque) en 2016.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom avec Paolo Deganello et Marco Assennato

archizoom

En dehors de l’usine. L’ operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Jeudi, 8 décembre 2016, 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’operaismo a été un courant majeur du marxisme italien. Ses figures de proue, telles que Mario Tronti et Antonio Negri, n’ont pas seulement façonné les débats et les luttes sociales italiennes de lors des années 1960 et 1970, mais elles continuent de jouer un rôle important dans la réflexion politique contemporaine au niveau international. Toutefois, l’impact de l’operaismo sur les plasticiens d’hier et aujourd’hui demeure peu étudié. Organisé dans le cadre des séminaires du Collège International de Philosophie, le projet « En dehors de l’usine », a l’ambition de permettre des passerelles interdisciplinaires et de faciliter les échanges entre, d’une part, les plasticiens et les architectes, et, d’autre part, les penseurs qui se revendiquent de la tradition de l’operaismo. Lors de cette première année, « En dehors de l’usine » s’articule en trois volets thématiques : le design, la figure de l’artiste et la contreculture. Les rencontres mettront en place un dialogue entre les axes du projet et les ressources conservées dans les collections documentaires de la bibliothèque.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom

avec Paolo Deganello et Marco Assennato

Archizoom (1966-1974) a été un groupe d’architectes italiens actifs entre Florence et Milan. Ses membres ont atteint une renommé internationale dès 1972 au sein d’un mouvement désigné par Germano Celant sous le terme d’ « architecture radicale ». Certains membres d’Archizoom avaient fait partie du mouvement étudiant de Florence et ils étaient des lecteurs passionnés des textes de Mario Tronti, référence cruciale de l’opéraisme. Leur travail de designers et d’architectes, était-il politiquement radical ? Quelle est l’actualité de l’idée de projet proposée par le groupe ? La rencontre abordera ces questions avec Paolo Deganello, un ancien membre d’Archizoom qui fut également un militant de l’organisation politique d’extrême gauche Potere Operaio.

Paolo Deganello. Ancien étudiant d’Architecture à l’Université de Florence, entre 1963 et 1972 Deganello a réalisé, en collaboration avec L .G. Boccia, tous les instruments de planification de la ville de Calenzano (Florence). Diplômé en 1966, il a fondé avec Andrea Branzi, Gilberto Corretti e Massimo Morozzi, le groupe « Archizoom Associati ». Entre 2004 et 2014 il a été “docente convidado” d’Architecture à l’ESAD de Matosighos au Portugal. Deganello a travaillé dans tous les domaines du projet ; il s’est occupé notamment d’urbanisme, d’architecture, de restauration, de design industriel, d’expositions, toujours visant à remettre en question, contre toute forme de spécialisme, les différentes disciplines du projet. Il enseigne à présent « Sustainable interior design » à la FIDI de Florence. Ses œuvres se trouvent à la Triennale de Milan, ainsi que dans les collections de musées comme Victoria & Albert Museum, Denver Museum ou encore Vitra Design Museum à Weil am Rhein et Mude de Lisbone. L’histoire de son travail individuel, ainsi que de celui accompli au sein d’Archizoom, a été retracé par Maria Milano et par Deganello lui-même dans la monographie en portugais, Paolo Deganello as rasoes do meu projecto radical, parue en 2008.

Marco Assennato est philosophe et chercheur indépendant. Ses recherches interrogent les changements de paradigme de la pensée politique et architecturale au XXe siècle. Il a publié Linee di Fuga. Architettura, teoria, politica (duepunti, 2011) et Paesaggio/Paesaggi. Vedere le cose (Libria, 2014). Actuellement ses recherches portent sur Manfredo Tafuri.