Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Archives Ramsès Younan : inventaire en ligne

Né à Miniah, Haute-Egypte, le 10 août 1913, dans une famille copte de la classe moyenne, Ramsès Younan fait ses études l’Ecole des Beaux-Arts du Caire et commence à  enseigner le dessin dans plusieurs écoles secondaires tout en débutant sa carrière de peintre et de critique.

En 1939, avec le poète Georges Henein (1914-1973) et Ikbal El Alaily, il fonde le groupe surréaliste égyptien réuni autour de la revue La Part du sable. À partir de 1942, il assume la rédaction en chef d’une revue trotskiste d’avant-garde en langue arabe La Nouvelle Revue (al-Megalla al-guédida). Il y publie des traductions en arabe d’Albert Camus, Franz Kafka et Arthur Rimbaud.

Installé à Paris entre 1946 et 1956, il y expose puis devient journaliste. En 1948, la galerie du Dragon présente sa première exposition personnelle. À cette occasion, un dialogue avec Henein sur l’automatisme est publié sous le titre Notes sur une ascèse hystérique. De retour en Egypte en 1957, il se consacre à la peinture abstraite à partir de 1960, organisant une exposition au Caire en 1962. Il conçoit le pavillon égyptien pour la Biennale de Sao Paulo en 1961, puis celui de la Biennale de Venise en 1964.

Le fonds remis par ses filles documente l’oeuvre de Ramsès Younan, peintre, intellectuel et traducteur égyptien. La partie la plus importante du fonds correspond à ses travaux de critique d’art, en langue arabe, ainsi qu’à une revue de presse couvrant ses activités artistiques et journalistiques. De plus, le fonds est riche d’un ensemble de correspondances et d’une bibliothèque à caractère professionnel. Ces archives rassemblent principalement des manuscrits, des tapuscrits, des imprimés ainsi que des coupures de presse. Il a fait l’objet d’un inventaire détaillé réalisé conjointement par ses filles et Jean Colombain.

Consulter l’inventaire en ligne

« La Nouvelle Typographie» de Jan Tschichold, Editions Entremonde

149660_j_tschichold-nouvelle_typo-couv

Une table ronde avec Robin Kinross, fondateur de la maison d’édition Hyphen Press, auteur de l’introduction de l’ouvrage, Philippe Buschinger, enseignant à l’École Estienne, traducteur du livre, et Victor Guégan, docteur en histoire de la typographie, auteur d’une thèse sur Jan Tschichold.
Mercredi 23 novembre 2016, à partir de 19h
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’ouvrage emblématique de Tschichold, La Nouvelle Typographie (1928) est un véritable mani­feste pour la modernité, analogue dans son domaine au livre du Corbusier Vers une architecture. Prenant la forme d’un manuel, l’auteur y fait table rase de la typographie ancienne qui ne trouve grâce à ses yeux que dans son contexte historique, maintenant dépassé.

Pour concevoir son histoire de la typographie, Tschichold s’est d’abord tourné vers l’art moderne. Pour lui, l’ancienne ère, centrée sur l’individu, a laissé place à une nouvelle époque, celle de la reproductibilité et de la dissolution de l’art dans l’architecture et autres formes directement publiques. La vie ainsi bouleversée, mécanisée, urbanisée, accélérée, le centre de gravité s’est déplacé vers le social et le collectif. Il s’agit d’en prendre acte.

Les idées et le langage utilisés sont caractéristiques des textes modernistes de cette époque. Cette révolution agit comme une lame de fond dans tous les domaines de la création, de la nouvelle architecture au théâtre politique de Bertolt Brecht, du mobilier tubulaire au cinéma de Dziga Vertov et jusqu’à la littérature. Les avant-gardes, les futuristes, le mouvement Dada, le mouvement De Stijl, les constructivistes russes, le Bauhaus dessinent une véritable constellation internationale dont s’abreuvent les nouveaux typographes autant qu’ils y apportent leurs contributions.

Jan Tschichold (1902-74) a travaillé comme typographe et enseignant en Allemagne, en Suisse et en Angleterre. Il fut internationalement connu en 1925 avec la publication de la Typographie élémentaire et pour le renouvellement de la ligne graphique de Penguin Books.

Traduction de l’allemand par Françoise et Philippe Buschinger
Introduction de Robin Kinross

Ce livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

entremonde.net

 

Appels à candidature du LABEX CAP – micro-projet « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants »

APPEL A CANDIDATURE

Dans le cadre du micro-projet

Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants du Labex CAP
A l’occasion du bicentenaire du Musée des artistes vivants, en 2018, le Musée d’Orsay et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou sont convenus d’organiser au sein de leurs parcours de visite des modules d’exposition consacrés à l’histoire de cette collection dont ils sont tous deux affectataires. Le projet proposé s’attachera à mettre en évidence la concordance ou les écarts entre les choix accomplis par l’institution, d’une part, et le cours de l’histoire des arts au moment où ces choix ont été accomplis, d’autre part. Une étude quantitative et qualitative, effectuée par le vacataire sur tout ou partie des collections héritées du Musée des artistes vivants (et du Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines), permettra de faire apparaître des épisodes historiques significatifs d’engagement, de non-engagement ou de désengagement de l’institution, illustrant ainsi un moment de l’histoire du goût.

Intitulé : jeune chercheur en immersion pour une vacation recherche de 6 mois (70h par mois)

Lieu d’accueil : documentation du MNAM/ documentation du musée d’Orsay

Profil : doctorant ou post-doctorant ; français courant et aptitude à déchiffrer l’écriture manuscrite

Début de la vacation : 16 janvier 2017

Domaine de recherche : Histoire des collections, Questions patrimoniales.

Expérience de recherche souhaitée : traitement d’archives manuscrites, traitement de bases de données.

Dossier : Une lettre de candidature adressée à M. Nicolas LIUCCI-GOUTNIKOV, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Un curriculum vitae incluant la liste des publications du candidat.

Les dossiers de candidature doivent parvenir au plus tard le 15 décembre 2016 à l’adresse suivante : recherche@centrepompidou.fr

Plus de renseignements au : 01 44 78 40 99

et sur le site du Labex CAP: http://labexcap.fr/