Galerie Jean Fournier : inventaire en ligne

C’est en 1998, lors du déménagement de la galerie de la rue Quincampoix, que Jean Fournier décide de céder une partie des archives de la galerie à la Bibliothèque Kandinsky. Archives manuscrites, photographies et imprimés, le don compte 40 boites de catalogues d’expositions et de monographies, 64 titres de revues, 30 boites de photographies, 27 boites de dossiers d’artistes… bien que partiel, le fonds documente le travail de Jean Fournier en liaison avec une vingtaine d’artistes entre 1952 et 2006 : Pierre Bruglio, Alain Buyse, Alain Clément, Jean Degottex, Daniel Dezeuze, Serge Fauchier, Dominique Gauthier, Shirley Jaffe, Jacqueline Monnier, Paul Pack, Claire Pichaud,  Bernard Piffaretti, Jean-Pierre Raynaud, Philippe Richard, Douglas Koss, Kimber Smith, Antoni Tapies, Niele Toroni, David Tremlett, Claude Viallat.

Consulter l’inventaire en ligne

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective

Seth Siegelaub : « You don’t need a gallery to show ideas »

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective, avec Sara Martinetti

Jeudi 27 octobre 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam,  12 décembre 2015 - 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît
Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam, 12 décembre 2015 – 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Seth Siegelaub (New York, 1941 – Bâle, 2013) est connu des historiens de l’art pour son rôle décisif dans l’émergence de l’art conceptuel en synchronie avec des artistes comme Robert Barry, Douglas Huebler, Joseph Kosuth et Lawrence Weiner à New York dans la seconde moitié des années 1960. Les  projets de celui qui déclarait en 1969 que « you don’t need a gallery to show ideas » ont durablement redéfini les modes de présentation et de distribution de l’art en conférant au catalogue une valeur propre d’exposition.

Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art, une exposition rétrospective conçue par Leontine Coelewij et Sara Martinetti et présentée en 2015 au Stedelijk Museum Amsterdam, donnait à voir les développements quelque peu inattendus de son travail après 1972 (année où il quitte le monde de l’art) dans les domaines des médias de masse et des textiles. La présentation de ses projets et de ses collections à travers une sélection de 1500 livres, documents et textiles faisait apparaître la continuité des méthodes de compilation et des médiations imprimées opérées par cet organisateur d’exposition, éditeur, bibliographe et collectionneur pour disséminer des idées sur l’art et la culture.

La mise en abîme de l’histoire des expositions, la matérialité des concepts, la présentation d’un corpus de documents et des technologies intellectuelles, la liste, l’index et la carte comme dispositifs de mise en espace sont quelques-uns des enjeux de recherche de l’exposition Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art qui seront développés au cours de cette soirée.

Sara Martinetti est une chercheuse et commissaire d’exposition dont le travail croise l’histoire des arts, l’anthropologie de l’écriture et les pratiques textiles. Doctorante à l’EHESS depuis 2012 et chargée d’étude à l’INHA entre 2012 et 2016, sa thèse porte sur l’ensemble de la carrière de Seth Siegelaub en tant qu’organisateur d’exposition, éditeur et bibliographe. Ses recherches ont nourri la conception de différents projets d’exposition et de livre comme “The Stuff That Matters : Textiles Collected by Seth Siegelaub for the CSROT” (Raven Row, 2012), “Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art” (Stedelijk Museum Amsterdam, 2015), “Seth Siegelaub : “Better Read Than Dead”; Writings and Interviews, 1964–2013” (Walther König, 2016). Elle contribue régulièrement à des revues sur la question des textiles.

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Archives de la Biennale de Paris : inventaire en ligne

Remises à la Bibliothèque Kandinsky entre 1988 et 1990, les archives de la Biennale de Paris conservées à la Bibliothèque Kandinsky couvrent les années 1971 à 1985. Une autre partie du fonds est conservée sous la cote FR ACA BIENN aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Les archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et décrites dans le présent inventaire sont principalement constituées de dossiers de participation de 1973 à 1985 contenant de la correspondance, de la documentation photographique nécessaire à l’élaboration du catalogue, de la documentation relative au projet proposé à la biennale (plans, croquis, esquisses, textes, photographies, diapositives, bandes sonores, partitions, etc.), de la documentation administrative attestant de la participation d’un artiste (formulaire de participation, invitation, laissez-passer, devis de transport, frais de douanes, etc.) et de la documentation générale sur l’artiste (biobibliographie, cv, cartons, revue de presse, revues, catalogues et journaux d’exposition).

On y trouve également de la documentation artistique générale envoyée par des correspondants nationaux (avec l’exemple des cahiers sur les artistes sud-coréens envoyés par Seo-Bo Park en 1980) ou encore  de la documentation administrative sur l’organisation de la Biennale. Une documentation curatoriale avec des plans d’aménagement et d’accrochage (la Grande Halle de la Villette) et des vues d’expositions souvent réalisées par André Morain complètent cet ensemble.

Au total le fonds documente près d’un millier d’artistes et de groupes d’artistes. En effet de 1959 à 1985, 13 éditions de la Biennale de Paris se sont tenues dans différents lieux parisiens (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Parc Floral de Vincennes, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou et Grande Halle de la Villette), avec quelques cas d’itinérances en banlieue et en province (Nice, Strasbourg).

La manifestation était organisée par une association loi 1901, qui possédait des bureaux au 31 de la rue Berryer, 75008 Paris. Elle a été dirigée au fil de ses 13 éditions par trois délégués généraux successifs : Raymond Cogniat (1959-1965), Jacques Lassaigne (1967-1969) et Georges Boudaille (1971-1985). En 1985, la dernière édition rebaptisée « Nouvelle Biennale de Paris » a lieu à la Grande Halle de la Villette. L’association se dissout ensuite à cause de problèmes financiers.

La « Biennale de Paris, Manifestation Internationale des Jeunes Artistes » valorisait trois critères de sélection :

– la jeunesse : les participants, et à un moment donné, les critiques et artistes du comité de sélection, devaient avoir entre 20 et 35 ans.

– l’ouverture internationale : environ 45 pays participants par édition, avec pour certaines années des invités d’honneur (la Chine, l’Allemagne de l’Est, l’Amérique Latine, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’URSS, etc.)

– l’interdisciplinarité, avec des focus pour certaines éditions sur la vidéo, le slowscan, la performance, la musique, la bande-dessinée, etc.

Consulter les fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky

Comme son nom ne l’indique pas, la Bibliothèque Kandinsky conserve au delà de ses riches collections imprimées, d’importants fonds d’archives : artistes, galeries, revues, critiques, collectionneurs, plus de 180 fonds ont été confiés à la bibliothèque.

A la différence de collections de pièces éparses, rassemblées en fonction de critères thématiques, les fonds procèdent de l’activité intrinsèque de chacun de leur producteur, rassemblant des documents de toute nature, produits, collectés ou reçus par une personne physique ou morale dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. La méthodologie de classement et de description diffèrent donc sensiblement d’un catalogage bibliographique adapté aux livres et revues.

C’est pourquoi les équipes de la Bibliothèque Kandinsky ont conçu un nouvel outil de recherche disponible ici 

Y sont déjà proposés 52 inventaires de fonds d’archives parmi lesquels : Claude Parent, Harry Shunk, Guy de Cointet, la libraire-galerie Jean Fournier, Archizoom associati, Ramsès Younan, Edouard Albert ou encore les reportages réalisés dans les ateliers d’artistes par jean-Christophe Mazur. Les rejoindront très prochainement Vassili Kandinsky, Ettore Sottsass, Man Ray ou encore Brancusi.

Deux modalités de recherche vous sont proposées :

Bonne navigation à tous !

 

La vie et la mort des œuvres d’art publié par Tombolo Presses.

lavietelamortdesoeuvres

Mercredi 12 octobre 2016, à partir de 18h30

La présentation réunira Thierry Chancogne (Tombolo Presses), Cécile Dazord (Conservatrice chargée de l’art contemporain et des phénomènes d’obsolescence au C2RMF), Alexis Guillier (Artiste), Nathalie Leleu (Auteure, chercheuse, chargée de mission au Centre Pompidou puis au Musée Picasso), Christophe Lemaitre (Artiste, éditeur), Céline Poulin (Le Bureau/, directrice du CAC Brétigny), Spassky Fischer (Studio de design graphique).

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

Recueil de récits et de textes d’essence théorique, La vie et la mort des œuvres d’art entend poursuivre l’entreprise abordée par l’exposition éponyme au Cneai (Chatou, France) en 2014, et lors du panel de discussion organisé chez Treize (Paris, France) en Novembre de la même année. Avec pour point de départ une collection d’objets qui furent des œuvres d’art et ne le sont plus, ce livre s’intéresse à différentes continuités matérielles et perceptibles traversées par la définition d’œuvre d’art. Il convoque plus généralement un certain nombre de questions liées à l’ontologie de l’œuvre d’art : de quelle manière une œuvre s’inscrit-elle dans la continuité matérielle de la forme qui la contient et l’excède ? De quelle façon ce temps de l’œuvre au sein de l’objet excède-t-il à son tour la durée d’une vie humaine ? Quelles raisons et quelles pratiques président à la conservation et l’entretien d’un artefact ? La vie et la mort des œuvres d’art se tient là où l’œuvre cesse, et tente d’écrire ce qu’elle devient. Recouvrement mutuel des figures de l’artiste et du restaurateur, chimères technologiques, entités biologiques substituées à l’intérieur d’une œuvre pour sa conservation, reconstitutions muséales, hyper-restauration, œuvres re-configurées physiquement et œuvres re-configurées chimiquement sont autant d’exemples qui composent les paysages de cet ouvrage.

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Extraits du livre : http://presses.t-o-m-b-o-l-o.eu/La_vie_et_la_mort_FR(Extrait).pdf

www.presses.t-o-m-b-o-l-o.eu

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr