APPEL A CANDIDATURE. Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 23 juin – 2 juillet 2016

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

23 juin – 2 juillet 2016.

LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

 

UEBK2016

Brion Gysin,  William S. Burroughs, Untitled (p. 180) (circa 1965), tirage argentique, tapuscrit, lithographie et collage typographique sur papier, 22.23 x 17.15 cm. Acquis avec le soutien de Hiro Yamagata Foundation. Brion Gysin © Avec l’aimable autorisation de la Galerie de France ; William Burroughs © Droits réservé ;  Image ©Los Angeles County Museum LACMA

 

 

 

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public de présentation des collections permanentes. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique et de production documentaire. Format interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui s’engagent pendant dix jours dans un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine autour de laquelle s’assemble l’Université d’été est l’instrument de ses débats et l’outil du déploiement de la documentation qui les inspire. Elle recueille des sources archivistiques et des documents (manuscrits, imprimés, photographiques, cinématographiques) proposés ou évoqués au cours des séances, des fac-similés, ou des reproductions. Plusieurs ateliers d’écriture, de traduction et des séances de lecture rythmeront cet été le parcours de l’Université d’été. Pour son troisième numéro, la production éditoriale de ces échanges, le « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky », sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique expérimentale qui reflétera les débats dont auront résonnés les séances de travail.

Dans toute leur pluralité et malgré leur hétérogénéité, les choix politiques, théoriques et artistiques des contre-cultures se manifestent dans l’urgence à produire des modes de création, de vie et des comportements nouveaux.

En écho immédiat avec l’exposition du Centre Pompidou sur la Beat Generation, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prolongera la proposition expographique par un débat critique, tout en élargissant le propos aux paysages des contre-cultures et aux laboratoires intellectuels et artistiques qui les ont suscitées. Beats, Angry Young Men, Situs ou Provos, pratiques alternatives et scènes underground, nous reviendrons donc sur une génération contestataire, tenace à la fois dans la poétique et la politique de la provocation.

Pour les lectures critiques récentes Continuer la lecture de APPEL A CANDIDATURE. Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 23 juin – 2 juillet 2016

« (Continuará) » ou « En chemin » ou …

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent à une présentation du livre :

« (Continuará) » ou « En chemin » ou …,
première monographie de l’artiste Loreto Martínez Troncoso,
publiée par les éditions Ed Spector.

Mercredi 24 février 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« Depuis l’automne 2010, j’ai rêvé d’un livre qui aujourd’hui s’est imprimé. Ce livre réunit trois de mes “prises de parole” comme prétexte pour déclencher de nouvelles écritures en marges et en notes et aussi pour convier, convoquer d’autres paroles-voix. (…) Ce 24 février sera l’occasion d’offrir et vivre un moment autour de ce livre avec vous. Il y aura la mer, les chants de marin et des sirènes… Nous serons presque tous présents et participants : Lore Gablier, Béatrice Méline, Samuel Bonet, Fabrice Reymond, Alexandru Balgiu, Julie Pellegrin, Céline Bertin et Nadia Barrientos… toutes ces voix qui habitent ce livre de plusieurs façons, et grâce à qui il n’aurait pas pu naître et être ce qu’il est. » (Loreto Martínez Troncoso)

Cette première monographie de Loreto Martínez Troncoso est née du désir de publier certains de ses actes de paroles publiques souvent décrits comme performatifs. Non comme une documentation, mais comme une nouvelle expérience renouvelant les préoccupations de l’artiste dans l’espace du livre : comment changer d’adresse, parler d’ailleurs, mais aussi prendre/donner la parole autrement, créer des zones de contact, les ouvrir aux voix multiples qui habitent nos têtes ? Ces voix y rencontrent aussi celles d’Alexandru Balgiu, Lore Gablier, Fabrice Reymond et Anja Isabel Schneider, pour parler de ces fois où l’on respire différemment l’air qui nous sépare, de l’ici de l’écriture et de la parole, de leurs transgressions, du rythme, des vides et des pleins, des brèches.

Monographie publiée par les éditions Ed Spector en coédition avec les centres d’art contemporain La Ferme du Buisson et Mugatxoan.
Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.projet-hypertexte.com

Auteurs : Alexandru Balgiu, Lore Gablier, Loreto Martínez Troncoso, Fabrice Reymond et Anja Isabel Schneider
Design graphique : SA*M*AEL
Avec le soutien de : Eremuak (Pays Basque), Ville de Paris (département de l’Art dans la Ville)
Langues : français-espagnol

Les territoires de l’industrie : un séminaire en travail

Une proposition du LéAv – Laboratoire de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles. 

A la manière d’un processus en travail, ce séminaire s’organise avec et autour du paysagiste et plasticien Bernard Lassus. Il s’agirait ainsi d’interroger les processus qui traversent sa pratique et son enseignement pour envisager avec lui ce que recouvrent les territoires de l’industrie lorsqu’ils façonnent la notion même d’environnement. Dans la dynamique d’une interprétation active, il invite à la lecture d’un travail et tout autant à celle d’une situation. Le programme que l’on voudrait dérouler ce semestre porterait sur la question pour ainsi dire infrastructurelle de l’archive : celle de « l’en-dessous » de l’œuvre, d’un « en-dessous » à l’œuvre… Amorcée en cela par la visite des archives Lassus, quand de la cave au grenier en passant par le garage, tout un itinéraire organise les traces plurielles – les « routes plastiques » dirait Fernand Léger – d’une interrogation sur le paysage qui irrigue et que déploie dans ses cheminements tout le travail de Bernard Lassus.

Les archives de Bernard Lassus sont le fruit d’un arpentage. Elles forment un trajet, un itinéraire intrigant au sein d’un territoire que modèle constamment notre société industrielle. Elles contribuent à en produire une représentation, une cartographie active que l’on voudrait, en somme, interroger et éprouver pour en restituer les ressors dans une salle du musée. La perspective d’une salle consacrée au travail de Bernard Lassus – programmée par Bernard Blistène en janvier 2017 – rythmerait ainsi cette exploration à la fois théorique et pratique des traces où s’énonce une œuvre comme la sienne. Elle engage une réflexion très concrète sur la constitution d’un fonds irriguant depuis la bibliothèque Kandinsky la machine muséale pour faire à sa manière paysage. Comment cette exploration ferait-elle trace en retour ? Et comment rendre lisible, partageable les cartes de cette géographie en quelque sorte expérimentale ? Le jeu auquel nous convie Bernard Lassus mobilise ainsi tout l’appareil muséal de quadrillage et de mise à plat de l’œuvre – de ce qu’elle met en jeu – lorsque l’institution pense la faire sienne.

Et Bernard Lassus ouvre d’emblée quelques pistes. Car le paysage, en tant que discipline – instaurant une mise à distance complexe avec l’art des jardins où l’on voudrait bien la cantonner – est une question politique. Dans quelle mesure, par exemple, le paysage, art de la transformation – de la mésologie dirait Augustin Berque –, déplace-il le débat sur l’écologie ? Ne serait-il pas d’ailleurs une politique de l’écologie, quand Bernard Lassus entend saisir cette dernière comme une technique du paysage ? Comment à notre tour se saisir d’une telle « Mouvance » au sein du musée ?

Dates :
| Séance 1, 15 février 2016
Gwenaël Delhumeau – Aurélien Lemonier, Stratégies de latéralisation
| Séance 2, 14 mars 2016
Bernard Lassus, un «paysage intellectuel»
| Séance 3, 11 avril 2016
Karine Bomel et Stéphanie Rivoire, Paysage d’archives
| Séance 4, 2 mai 2016
Bernard Lassus, 13 000 couleurs
| Séance 5, 13 juin 2016
Frédéric Keck, Anthropologie du paysage
| Séance 6, 11 juillet 2016
Augustin Berque, Mouvance,
le paysage au musée (sous réserve)

Lieu du séminaire
Bibliothèque Kandinsky, Centre de documentation et de recherche du Musée national d’Art Moderne,
Centre Pompidou, Paris

Renseignements et inscriptions
communication@versailles.archi.fr

 

Archizoom Associati : archives photographiques en ligne

Les archives photographiques du collectif sont en ligne : consultez l’inventaire.

« Archizoom », le nom du groupe qu’Andrea Branzi, fonde en 1966 avec ses camarades de promotion de l’école d’architecture de Florence Gilberti Coretti, Paolo Deganello et Massimo Morozzi -auxquels se joindront en 1968 Lucia et Dario Bardolini- témoigne de l’influence qu’Archigram exerce sur la jeune génération d’architectes au milieu des années soixante.Le groupe, qui tient sa possibilité d’existence du contexte révolutionnaire marxiste de l’Italie de Toni Negri, naît quelques jours après l’exposition Superarchitettura organisée par Andrea Branzi et Arnolfo Natalini (qui formera de son côté le Superstudio) : la superarchitecture déclare à pousser à ses extrêmes limites la « logique du système », production et consommation, démarche qui caractérisera « l’architecture radicale », terme emprunté par Archizoom aux féministes américaines et diffusé par Germano Celant.

Le collectif Archizoom Associati en 1967

Soutenu par Ettore Sottsass, Archizoom Associati produit en 1970 la théorie d’un urbanisme à la chaîne, No stop city, à la fois contre utopie critique de la ville aux ordres du Capital, réflexion sur la qualité et l’usage des ambiances obtenues dans un espace rendu monomorphe, entièrement climatisé et souterrain, et l’exploration d’un « nouveau design » à l’échelle urbaine pour une définition sensorielle de l’environnement quotidien. Toutefois, les dessins et les textes relèvent de l’utopie plus qu’ils ne visent l’objet réel -tendance commune à l’ensemble du Radical Design. Quelques idées ont néanmoins été réalisées, comme le fauteuil « Mies » qui exagère les traits du célèbre siège de Mes Van der Rohe au point de paraître inutilisable. Avec ses pompeux « Dream Beds », Archizoom caricature le kitsch des Arts déco et du Pop Art, en même temps que le Bel Design tant vénéré : le mauvais goût prend figure de programme.

Après la reconnaissance internationale du design italien à l’exposition du MoMA Italy, the New Domestic Landscape (1972), où Archizoom Associati propose une pièce vide habité par la voix d’une fillette, le groupe fonde à Florence l’éphémère coopérative d’architectes et d’artistes Global Tools (1973-1975), contre-école d’architecture et de design défendant le libre développement de la créativité individuelle. En crise depuis 1972, le groupe se dissout en 1974. Mais les idées du groupe se perpétue, sans les mêmes implications politiques, dans des mouvements Anti-Design ultérieurs : Alchimia et Memphis.

La partie du fonds conservée au Centre Pompidou comporte deux classeurs de diapositives et ektachromes (le tout est numérisé) et une boite d’archives écrites, le tout remis par André Branzi en 1999, sous le n° d’inventaire 3927.
Des archives complémentaires sont conservées aujourd’hui au Centro Studi e Archivio della Comunicazione Università degli Studi di Parma et au FRAC Centre à Orléans.