Black Mountain Review

 

full0001

La Bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir en décembre 2015 grâce à une belle opportunité, la collection complète, soit 7 numéros de Black Mountain Review parue entre 1954 et 1957, dans un parfait état de conservation.

Black Mountain Review était la revue du Black Mountain College, Institut universitaire expérimental fondé en 1933 par John Rice et Theodore Drier au bord d’un lac à 50 km d’Ashville en Caroline du Nord. Lieu d’expériences uniques, les deux fondateurs avaient fait des arts le centre du cursus, centre d’une nouvelle pédagogie. de nombreux artistes tels que Josef Albers (quittant le Bauhaus fermé par les nazis), Willem de Kooning, Buckminster Fuller, John Cage, Merce Cunningham y enseignèrent notamment durant les sessions d’étés.

En 1951 Charles Olson prend la direction du Black Mountain College (à un moment où sa survie était clairement menacée) insufflant un nouveau tournant marqué par la poésie et la littérature. Olson lui-même fera paraître dans la 1ère livraison ses Maximus Poems. Les années Olson s’ouvrent sur un champ nouveau d’expériences artistiques audacieuses dont témoignera la Beat Generation. Charles Olson est l’instigateur de la revue, Robert Creeley en sera le rédacteur en chef, comme mentionné dès le premier numéro. La revue sera publiée 4 fois par an par le Black Mountain College à Black Mountain, North Carolina. A l’époque, Creeley qui vivait aux Baléares, où la revue fut mise en page et imprimée à faible coûts, n’a jamais rencontré Olson. Bien que ne se connaissant pas, les deux hommes entretiennent une correspondance depuis plusieurs années, leurs intérêts communs et leurs convergences amèneront  Olson à confier à Creeley la direction de la revue tout au long des sept livraisons. Olson fera bien sûr partie du comité de rédaction ainsi que de manière régulière Paul Blackburn, Irving Layton, Kenneth Rexroth, Robert Duncan et Denise Levertov, deux poètes très actifs au sein de la revue tout comme Ginsberg, Kerouac, Whalen, Burroughs, Selby qui composeront le dernier numéro, le n.7 appelé aussi le numéro « Beat ».

full0001

Lorsqu’il prend en charge la revue, Creeley a déjà une expérience pratique de l’édition, il a lui-même réalisé plusieurs ouvrages de littérature et de poésie. Il  y voit : « Un lieu que notre activité définissait et que nous construisions ensemble… Nous nous sentions tous très loin des revues conventionnelles de l’époque. Soit qu’elles étaient dominées par le new criticism avec lequel nous n’avions aucun rapport, soit qu’elles étaient si généralistes qu’on ne pouvait en tirer aucune cohérence. » Malgré des conditions matérielles et financières difficiles, le premier numéro paraît en 1954 et le dernier en 1957, quelques mois après l’abandon du campus et la fermeture du College.

La participation d’artistes expressionnistes abstraits à travers des encarts sur papier glacé apporte un souffle, une fraicheur dans chaque numéro. Parmi eux : Franz Kline, Philip Guston, Aaron Siskind, Harry Callahan, tous ont enseigné au College.

Par souci d’économie, la revue changera de format à partir du n.5, passant d’un format in-quarto à un format in-12, la pagination de départ de 64 p. passera à 224 p. environ. Les 3 derniers numéros seront de petits formats, plus condensés, à parution annuelle. Kitasono Katue, artiste de la poésie concrète et éditeur de la revue d’avant-garde Vou, dessine les couvertures des 4 premiers numéros affirmant ainsi le caractère visuel de BMR par un même motif géométrique décliné selon des teintes différentes.

A partir du n.5, les couvertures seront confiées à 3 peintres. La couverture du n.5 reproduit une oeuvre de John Altoon, celle du n.6 une oeuvre de Dan Rice (assistant de Mark Rothko), celle du n.7 une oeuvre de Edward Corbett.

Le titre disparait de la couverture des 3 derniers numéros, il ne sera visible que sur la tranche accompagné de la tomaison. Sur la 4e de couverture ne figure que le prix : 1 dollar.

Selon R. Creeley, à l’exception du 1er numéro tiré à 700 exemplaires, les autres numéros ont été imprimés à 500 exemplaires, dont à peine 200 distribués pour chaque livraison.

Le Centre Pompidou, une architecture à découvrir

Une des particularités du Centre Pompidou réside dans son architecture. Vous voulez en savoir plus ? découvrir des vues du chantier, l’évolution du bâtiment et de ses environs depuis 40 ans ? plusieurs photographes ont oeuvré à la constitution d’une documentation visuelle sur le Centre et ce depuis 1973.

Ces reportages sont désormais numérisés et consultables en ligne sur le site de la Bibliothèque.

Consulter l’inventaire des reportages photographiques sur l’architecture du Centre conservés à la Bibliothèque Kandinsky.

Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)
Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)

 

Dector & Dupuy aux éditions Captures

144975_dd-couverture

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Dector & Dupuy publié par Captures éditions et suivi d’une visite-performance jusqu’à Contexts/ Belleville.

Mercredi 13 janvier 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky/ Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Programme de la soirée

18h30 : présentation du travail des artistes Dector & Dupuy par les auteurs Keren Detton, Jean-Marc Huitorel et Christophe Domino.

19h45 : visite-performance Ghosts, départ du Centre Pompidou

20 heures : Métro Rambuteau

20h15 : Métro Belleville

20h30 : Contexts, vernissage de l’exposition PaCo2016 en résonance avec la monographie

Exposition du 14 janvier au 6 février.  CONTEXTS • 49 rue Ramponeau • 75020 Paris • www.contexts.fr du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous • contact@contexts.fr

Dector & Dupuy, Captures éditions, 2015

Textes : Dector & Dupuy, Keren Detton, Jean_Marc Huitorel

Entretien : Christophe Domino

Conception graphique : Jocelyne Fracheboud, Fanette Mellier (tiré à part SONG)

16,5 x 24 cm (dos carré cousu collé)

248 pages, illustration couleur, noir & blanc
ISBN : 978-2-9533912-7-5

 

La publication monographique consacrée au travail de Dector & Dupuy entend révéler la densité d’une recherche artistique qui a pris pour sujet la ville, les espaces qu’elle réserve à l’improvisation et aux lignes de fuite.

Au moment de la conception de l’ouvrage les artistes ont imaginé une classification de leur travail qui s’affranchit de la présentation chronologique en usage par l’utilisation d’une liste de titres des œuvres accompagnés d’un code indiquant la date et leur origine. Ladite liste constitue la colonne vertébrale du livre. Elle indique l’état intermédiaire d’une production qui ne cesse d’être revisitée et réinterprétée, structure l’entrée dans les clusters et les textes critiques indexés à partir de leur titre.  Elle impulse un rythme continu, se déploie dès la première de couverture et s’interrompt – plus qu’elle ne s’achève… – en quatrième de couverture. Les clusters – au nombre de quinze, seules entrées dépourvues d’un code – rassemblent sous leur vocable un ensemble d’œuvres reproduites en couleur qui sont ensuite documentées par de courtes notices et des photographies en noir et blanc. Ils facilitent à la fois la lecture transversale de la production et son archivage.

Afin de révéler une composante essentielle dans la pratique de Dector & Dupuy, à savoir  l’édition de publications sous différentes formes et formats, les artistes ont été invités à penser un tiré à part inséré au sein de la monographie. « Song » est le premier numéro d’un journal dont la parution aura lieu à l’occasion d’une invitation à venir ou de la propre initiative de Dector & Dupuy ; il prend d’emblée sa place dans la liste et peut faire fonction de marque page. D’une conception graphique différente, il vient ouvrir la monographie classiquement rétrospective vers un devenir.

L’impression de la couverture reprend un détail de la photographie d’une peinture en usage dans l’espace public « pour empêcher de coller des affiches ». La pose d’un vernis gonflant en accentue les aspérités sans pour autant nuire à la lecture des premiers et derniers éléments de la liste. Imprimée en bold (police de caractère District) tout au long de l’ouvrage, celle-ci revêt au final un caractère performatif, tel un long poème appelant une lecture à voix haute, porte-voix des multiples « braconnages poétiques » que Dector & Dupuy nous invitent à observer.

 

Captures éditions

Depuis 2008, Captures éditions a régulièrement publié des livres d’artistes ou des livres conçus avec des artistes et/ou des auteurs invités. Deux orientations ont été privilégiées, la première est une association libre de toute contrainte entre l’éditeur et les artistes ; elle a pu conduire à la production de tirages de tête en relation avec la publication initiale. La deuxième s’inscrit dans une démarche collective ou émane d’une commande à plusieurs voix, le livre devient lieu d’échange et de débat ou trace d’une expérience. Mais quel que soit le parti pris, la forme doit révéler un contenu souvent discursif, une esthétique, une pratique artistique et seule une réelle collaboration à chaque étape du processus avec les graphistes, photograveurs, imprimeurs permet de respecter cette exigence.

La publication réalisée avec Dector & Dupuy est un projet inédit puisqu’il nous a conduit à concevoir une monographie. L’ambition de cet ouvrage a été de rendre lisible l’arborescence de ce travail poétique à connotation politique ainsi que le mouvement et le déplacement des limites de l’œuvre de ce duo d’artistes.

 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

 

Un regard sur les festivals d’art vidéo : les archives d’Anne-Marie Duguet

Anne-Marie Duguet, professeure émérite à l’UFR d’Arts Plastiques et Sciences de l’Art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne fut également la directrice du Centre de Recherches d’Esthétique du Cinéma et des Arts Audiovisuels (CRECA). Elle enseigna le théâtre, la sociologie de la télévision, l’esthétique et la théorie des nouveaux médias.

Au début des 1970 où la vidéo était considérée comme un nouveau langage artistique et offrait donc de nouvelles possibilités esthétiques aux artistes, Anne-Marie Duguet consacrait ses recherches sur les écritures électroniques et les émissions fictionnelles portées à l’écran. Plus tard, tout au long de sa carrière, elle s’intéressera de près à ce langage pour analyser les rapports qu’entretiennent les nouvelles technologies visuelles avec la structure sociale et politique.

Critique et théoricienne de l’art, Anne-Marie Duguet publie plusieurs ouvrages majeurs dans les domaines de l’histoire de l’art vidéo et d’une manière plus large sur la théorie des nouveaux médias. De 1979 à 1981, elle est membre du Comité de rédaction de la revue Vidéoglyphes. En 1981, « Vidéo, la mémoire au poing », son célèbre livre devenu rare aujourd’hui est publié en France. L’ouvrage traite des pratiques sociales alternatives, des conditions d’accès à la production en France, de l’emploi du médium comme critique de la télévision et de l’engagement des femmes dans la vidéo.

Anne-Marie Duguet : Vidéo, la mémoire au poing. Hachette, 1981.
Anne-Marie Duguet : Vidéo, la mémoire au poing. Hachette, 1981.

Anne-Marie Duguet écrivit également des monographies consacrées à des artistes utilisant les nouvelles technologies dans leur production comme Thierry Kuntzel, Antonio Muntadas, Jean Othe, Michel Snow, Fujiko Nakaya et Jean-Claude Averty.

Continuer la lecture de Un regard sur les festivals d’art vidéo : les archives d’Anne-Marie Duguet