L’hiver est là… découvrez Flaine !

Au début des années 1960, Sylvie et Eric Boissonnas, mécènes et amateurs d’art contemporain, ont l’idée de créer une station de ski qui serait un exemple d’architecture intégrant plusieurs œuvres magistrales d’artistes contemporains. Le projet est confié à l’architecte Marcel Breuer qui va concevoir un ensemble aux antipodes du style savoyard, réalisé en béton armé brut aux formes résolument modernes. De conception innovante, les bâtiments de la station intègrent tous les services en une seule élévation : au sous-sol les parkings, au rez-de-chaussée des boutiques, restaurants et boites de nuit, dans les étages les appartements.

Eric et Sylvie Boissonnas.
Eric et Sylvie Boissonnas, Noël 1973 au centre d’art de Flaine.

Don des enfants de Sylvie et Eric Boissonnas en 2006, le fonds est composé de l’ensemble des archives retraçant la création de la station de ski, de sa conception à sa construction puis sa vie culturelle et artistique avec les dossiers des expositions présentées par Sylvie Boissonnas dans le Centre d’art et les vitrines de la galerie marchande, soit 79 dossiers réalisés entre 1970 et 1995. Les dossiers comprennent de la correspondance administrative et des lettres échangées avec les artistes, des photographies (des expositions et de la station), des affiches, des cassettes audio enregistrées lors d’entretien avec les artistes. Le dépôt d’œuvres du Musée national d’art moderne à la station fait l’objet d’une abondante documentation.

Deux œuvres sont également entrées en collection à l’occasion de ce don : la maquette de la chapelle de Flaine par Marcel Breuer et les esquisses de Hantaï pour cette même chapelle.

Consulter l’instrument de recherche.

Voir le film Flaine, porte du désert blanc, par Gérard Sire

Claude Rutault. D’où je viens, où je suis, où je vais.

En liaison avec l’exposition présentée à la galerie du Musée jusqu’au 11 janvier prochain (commissaire Michel Gauthier), la Bibliothèque Kandinsky propose de découvrir une sélection de pièces extraites du fonds d’archives de l’artiste.  Le fonds actuellement en cours de classement a fait l’objet d’un descriptif préalable par Marie-Hélène Breuil, qui a consacré sa thèse et plusieurs publications à l’artiste.

Claude Rutault : Ecriture, peinture, sociabilité, par Marie-Hélène Breuil. Presses Universitaires de Rennes, 2014.
Claude Rutault : Ecriture, peinture, sociabilité, par Marie-Hélène Breuil. Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Comment expliciter l’œuvre d’un artiste qui lui-même alimente son travail d’une intense production écrite sans être dans la citation directe ou la paraphrase ? C’est là une difficulté pour qui s’intéresse au travail de Claude Rutault.  Le fonds d’archives remis par l’artiste à la Bibliothèque Kandinsky en 2014 montre bien le lien prégnant entre écrit et création artistique, avec des textes presque rédigés comme des « modes d’emploi » pour l’artiste, mais aussi pour les collectionneurs. Il s’agit d’un passage permanent de la théorie à la pratique, comme le montre les nombreux textes très riches qui constituent en grande partie ce fonds.

Le protocole de la « définition/méthode » est en 1973 une véritable rupture dans la conception traditionnelle de la peinture qu’il définit ainsi « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel.

Il s’agit pour cette première définition / méthode d’accorder à l’objet pictural un statut tout à fait novateur, ou plutôt de déconstruire son statut d’origine, en harmonisant le tableau et son support d’accrochage à l’unisson dans une même couleur.

C’est cette « d/m 1 » qui ouvre les vitrines présentées aujourd’hui à la Bibliothèque Kandinsky, et la sélection de documents qui suivent vise à retracer le processus artistique de Claude Rutault à travers ses grands projets, tous régis par les d/m et la proposition d’une nouvelle politique de la peinture, une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

 

SPÉCIMEN aux éditions Le Feu sacré

144876_couverture-specimen

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Specimen, publié par les éditions Le Feu Sacré, en présence de l’artiste Ève Chabanon, des graphistes Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez ainsi que de certains contributeurs.

Mercredi 16 décembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Le lancement sera l’occasion d’une performance de Ève Chabanon, suivie d’une projection du film de Hedwig Houben, Personal Matters and Matters of Fact (22’). La bibliothèque mettra à la disposition du public une série de documents de référence cités dans les différentes contributions de l’ouvrage. Ces documents pourront être scannés sur place. Ramenez vos clefs USB !

Au printemps 2012, Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez conçoivent l’identité graphique de la maison d’édition Le Feu Sacré. Pour ce faire, le duo réalise deux caractères : le Feu, un alphabet au dessin géométrique original dont l’usage se limite aux couvertures des ouvrages, et le Thermidor, employé pour les textes courants des éditions.

Suite à la parution des trois premiers ouvrages de la maison, Fabien Thévenot, directeur de publication, envisage de publier un spécimen relatif au Thermidor – c’est-à-dire une démonstration des possibilités offertes par le caractère ainsi qu’une mise en valeur des enjeux formels et techniques qui l’accompagnent. C’est alors que le studio de graphisme propose à l’artiste Ève Chabanon d’imaginer comment dépasser la vocation purement formelle d’un spécimen typographique, inversant au passage les rapports conventionnels établis entre leurs professions. Conçu à partir d’un alphabet préexistant, le Thermidor relève d’un genre de caractère habituellement désigné sous le terme de « revival ». Les enjeux de sa conception induisent des notions de temporalité, d’appropriation et d’actualisation. Devenu sujet, le Thermidor est dès lors prétexte à invitations. Différents auteurs issus des champs de l’art ou du design se prêtent ainsi à l’exercice du Spécimen, permettant au caractère de revêtir des formes diverses en fonction des domaines invoqués. Parfois, certains auteurs franchissent les frontières présupposées de leurs disciplines, permettant des détours tant théoriques, littéraires qu’artistiques.

Le Spécimen n’est donc pas à proprement parler un ouvrage spécialisé sur la typographie ou sur la question de la « reprise », mais bien plutôt un recueil de textes que le lecteur est convié à ouvrir en fonction de ses propres points de curiosité.

 

Conception éditoriale : Ève Chabanon

Conception graphique : Thomas Bizzarri & Alain Rodriguez

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.lefeusacre-editions.com

www.bizzarri-rodriguez.com

www.evechabanon.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

 

 

 

 

Galerie Arnaud Lefebvre, Paris

Situé à l’origine au 30 rue Mazarine, dans le 6ème arrondissement de Paris, la galerie Arnaud Lefebvre est désormais située au 10 rue des Beaux-Arts. Arnaud Lefebvre ouvre cette galerie en 1986, avec une activité de courtage en art et d’achat-vente.

La galerie s’oriente d’abord sur l’art concret et l’art conceptuel. Elle expose notamment le travail de Mel Bochner et Lawrence Weiner entre 1993 et 1996. Puis sa programmation se centre sur la poésie spatiale et sonore, à partir du milieu des années 1990. Deux expositions marquent cette rencontre. La première est celle d’Erik Satie, Hollis Frampton, Reno Odlin, qui s’est tenue du 3 au 30 mai 1996 et dans laquelle a lieu la première présentation de « pages au mur » à la galerie, avec les Lettres de Hollis Frampton (A Young Man’s Book). La seconde expose des poèmes de Carl Andre (Passport et Yutacan), du 21 mars au 17 mai 1997.

La rencontre d’Arnaud Lefebvre avec Carl Andre a eu une importance Continuer la lecture de Galerie Arnaud Lefebvre, Paris