Donation Ida Gianelli

C’est dans les années 1960 qu’Ida Gianelli s’intéresse à l’art contemporain, engagent des recherches pour la réalisation du catalogue Piero Manzoni à l’occasion de l’exposition à la Tate Gallery (Londres). Elle poursuit ses recherches et collabore à l’exposition Art Pauvre Land Art Art conceptuel pour la Galerie Municipale d’Art Moderne de Turin.

A partir de 1972, elle programme de nombreuses expositions à la Samangallery à Gênes, alternant artistes américains et européens. Elle accueille ainsi Sol LeWitt, Louise Nevelson, Joseph Kosuth, Lawrence Weiner, Dan Graham, Brenda Miller (premier spectacle solo en Italie), Charles Simonds (premier spectacle solo en Italie), Jennifer Bartlett (premier spectacle solo en Europe), Matt Mullican (première en Europe), Maria Nordman (premier solo en Italie), Cindy Sherman (première en Europe), ou encore Joseph Beuys, Tony Cragg, Michele Zaza, Niele Toroni, Daniel Buren, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Rebecca Horn (premier spectacle solo en Italie), Reiner Ruthenbeck, Hans Haacke, Marco Bagnoli, Giovanni Anselmo, Laura Grisi, Alighiero Boetti, Giorgio Pinces, Frederike Pezold (premier spectacle solo en Italie), Hanna Frenzl (premier spectacle solo en Italie), Luciano Fabro…

Castello di Rivoli, dont Ida Giannelli fut directrice de 1990 à 2008.
Castello di Rivoli, dont Ida Giannelli fut directrice de 1990 à 2008.

Continuer la lecture de Donation Ida Gianelli

Kandinsky, secret. – l’énigme du premier tableau abstrait

Kandinsky, secret. – l’énigme du premier tableau abstrait

de Andréi Nakov, présentation par l’auteur.

Editions les presses du réel – Collection Fama, direction éditoriale : Xavier Douroux

Mercredi 2 décembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

presses du réel Kandinsky, secret - l’énigme du premier tableau abstrait de Andréi Nakov

Peint à Munich en 1911 Tableau avec cercle est le premier tableau abstrait de Kandinsky et non moins dans l’histoire de l’art moderne. Pourtant cette oeuvre fut de longues décennies durant une  énigme pour l’histoire de l’art et non moins pour l’artiste à qui la réalisation de cette peinture a posé des problèmes complexes.

Laissée « en dépôt » à Moscou en décembre 1921 lors du départ de Kandinsky pour Berlin, l’oeuvre disparaît par la suite dans les oubliettes de l’histoire. Kandinsky n’arrive pas à obtenir de Russie même une photographie de cette peinture qui de cette façon est réduite au silence. En raison de la censure culturelle exercée par le régime soviétique elle disparaît de l’horizon de l’histoire. A la fin des années soixante dix bien après la mort de l’artiste elle est redécouverte en URSS et présentée en public seulement en 1989. Pourtant, à ce jour cette oeuvre capitale dans l’histoire de l’art moderne, n’a pas bénéficiée d’une étude exhaustive et de ce fait n’occupe non plus la place qui lui revient dans notre Panthéon culturel.

Au delà d’une interprétation novatrice ce livre dévoile les multiples niveaux de censure dont la première abstraction a souffert à l’époque de sa création et probablement souffre encore. Tableau avec cercle est interprété par Andréi Nakov avec un regard neuf et à l’aide de documents inédits concernant les circonstances de sa réalisation de même que ses sources culturelles. Résultat d’une recherche autant exhaustive qu’exemplaire ce texte permet d’appréhender le contexte culturel de l’époque et d’accéder à l’essence de l’esthétique kandinskienne.

 

Galerie Henriette, Paris

Née à Montmartre, Henriette Gomès débute son activité comme collaboratrice de Pierre Loeb, dont la galerie située alors au 2, rue des Beaux-Arts à Paris, constitue un lieu de rencontres et d’expositions essentiel pour les artistes d’avant-guerre. Henriette rencontre son futur mari, André, qui est alors journaliste et technicien de radio, en 1937 et l’épouse un an plus tard. Quelques mois après son mariage, elle quitte Pierre Loeb en très bons termes pour ouvrir sa propre galerie.

En 1938, elle ouvre la « Galerie Henriette » avenue Matignon, à Paris et inaugure son nouveau local avec une exposition de Rouault. Pendant deux années, elle y expose Cézanne, Gromaire, Brauner, Vieira da Silva, Arpad Szenes, Pierre Charbonnier, Hartung, etc. Mais la guerre met fin à son activité : en tant que juive, elle est contrainte de quitter Paris en mai 1940 – elle part à La Rochelle avec la famille de Pierre Loeb, pendant qu’André Gomès est mobilisé – et sa galerie est confisquée comme bien juif. Après s’être retrouvés à Nîmes, Henriette et André Gomès voyagent en France où ils consolident ou créent de nouvelles relations amicales avec les artistes qui fuient Paris.

Continuer la lecture de Galerie Henriette, Paris

Galerie Darthea Speyer, Paris

Américaine, née à Pittsburgh (Pennsylvanie), Darthea Speyer arrive à Paris en 1950 comme attachée culturelle à l’ambassade des Etats-Unis, après des études en histoire de l’art à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York. Chargée de promouvoir les collections américaines en France et responsable d’un programme d’expositions consacrées à l’art américain contemporain, sa vocation naît de ce premier emploi.

Elle ouvre une galerie au 6, rue Jacques-Callot dans le 6ème arrondissement de Paris, en 1968. La programmation a pour ambition de faire découvrir des artistes américains au public français, avant de s’attacher à présenter également des artistes français découverts à Paris. C’est son frère, James, qui a conçu l’architecture de la galerie. La galerie Darthea Speyer est surtout proche de l’ « école de Chicago », exposant des artistes tels que Leon Golub,  Ed Paschke et Peter Saul, mais aussi Beaufort Delaney, Zuka, ou encore la sculpture de George Segal, Roseline Granet et Irmgard Sigg.

En un peu plus de quarante ans de carrière, la galerie Darthea Speyer organise plus de 150 expositions monographiques d’artistes américains ou français, presque toujours accompagnées d’un catalogue bilingue. Elle ferme définitivement ses portes en 2012, après avoir publié pour son quarantième anniversaire un catalogue de tous les cartons d’invitation édités depuis son ouverture. Darthea Speyer est décédée le 20 mai 2014 à Washington.

Le fonds d’archives est constitué d’une importante documentation photographique sur trois artistes représentés par la galerie : Brancusi (reproductions d’œuvre et documentation), Etienne-Martin (reproductions d’œuvre, portraits, vues d’atelier, vues de l’artiste au travail) et François Stahly (reproductions d’œuvres, documentation).

A ces archives photographiques s’ajoutent quinze ouvrages dont un catalogue rétrospectif sur les cartons d’invitation édités par la galerie Darthea Speyer, entre 1968 et 2008. Les autres documents sont des catalogues d’exposition d’autres galeries ou institutions, dont une majorité documente le travail d’Etienne-Martin.

Consulter l’instrument de recherche.

Quelques pièces concernant Raoul Dufy

Né au Havre le 3 juin 1877, Raoul Dufy interrompt ses études à l’âge de 14 ans pour travailler, mais s’inscrit au cours du soir de l’Ecole municipale des beaux-arts où il suit les cours du peintre Charles Lhuillier. En 1899, bénéficiant d’une bourse de la ville du Havre, il suit à Paris les cours de Léon Bonnat à l’Ecole nationale des beaux-arts. Il loue un atelier à Montmartre. En 1905 au Salon des Indépendants, Dufy découvre l’œuvre de Matisse « Luxe, calme et volupté » qui l’impressionne fortement. A partir de 1906, il entame une période fauve durant laquelle il s’initie à la gravure sur bois.

Il épouse Eugénie Brisson en 1911, le couple s’installe 5 impasse de Guelma, dans un atelier que Dufy conservera jusqu’à sa mort. Avec le couturier Paul Poiret rencontré quelques années auparavant, il crée cette même année une entreprise d’impression de tissus, La Petite Usine, réalisant des imprimés qui contribueront à la renommée du couturier. L’année suivante, la firme de soieries lyonnaise Bianchini-Férier lui offre un contrat, il est engagé comme artiste-décorateur. Ce travail sur étoffe libère son dessin qui devient plus souple et ses compositions plus aérées et colorées.

Continuer la lecture de Quelques pièces concernant Raoul Dufy

Rose par Rose Lowder

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent au lancement de la monographie numérique Rose par Rose Lowder, publiée aux éditions Light Cone

Mercredi 18 novembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à
reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En raison des mesures de sécurité renforcées, merci de bien vous inscrire à l’adresse de réservation et d’imprimer la contremarque qui vous sera envoyée en confirmation.

atte36a2

Rose Lowder, en compagnie de l’éditrice Diana Vidrascu et du critique Enrico Camporesi, nous présentera cet e-book enrichi, autoportrait d’une des plus importantes artistes du film expérimental contemporain.

Rose Lowder, née en 1941 au Pérou,  a étudié les arts plastiques à Lima puis à Londres où elle a aussi travaillé comme monteuse dans l’industrie du cinéma. En 1977, elle fonde les Archives du film expérimental d’Avignon et concentre depuis ses recherches sur l’aspect visuel du processus cinématographique.

Rose Lowder a réalisé plus de 40 films en 16 mm, dont la plupart sont conçus image par image, et construits essentiellement lors du tournage. Ses films se composent principalement d’images filmées dans son environnement proche, qu’elle ordonne selon une précise partition visuelle. Ses œuvres font partie des collections permanentes de nombreux musées (Musée national d’art moderne, MoMA, Art Gallery of Ontario) et ont fait l’objet de nombreuses rétrospectives (Art Institute of Chicago, California Institute of the Arts, Tate Modern, Cinémathèque française).

Dans ce livre, Rose Lowder explique son approche unique de la création cinématographique et livre ses expériences de 40 ans de pratique. Ses réflexions sont accompagnées d’extraits de chacun de ses films -sélectionnés par l’artiste elle-même, – et d’un texte critique d’Enrico Camporesi (attaché de conservation au Centre Pompidou).  Le format e-book enrichi permet ainsi une exploration approfondie des images en mouvement grâce à sa capacité d’intégrer des séquences vidéo dans le texte, en invitant le lecteur à passer librement du visionnement d’images au texte.

Rose par Rose Lowder est disponible sur iBooks, une application permettant d’acquérir des livres numériques dans une boutique en ligne puis de les lire à l’aide d’un iPad, d’un iPhone, d’un iPod touch ou d’un Mac. iBooks est distribuée gratuitement par Apple.

Light Cone a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap pour la publication de cet e-book.

Light Cone est une association à but non lucratif dont l’objectif est la distribution, la connaissance et la sauvegarde du cinéma expérimental. Son action concerne aussi bien les formes explorées par ce cinéma à travers l’histoire que les recherches contemporaines, en France comme à l’étranger.

Le lancement sera suivi d’une séance de projections à 20h des films de Rose Lowder au Cinéma 2, dans le cycle FILM (Tarif : 6 € / TR 4 € / Gratuit pour les Laissez-Passer dans la limite des places disponibles).

www.lightcone.org

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

Accueil du séminaire de Master 2 Recherche en design, ENS Cachan, 10 novembre 2015

Une vingtaine d’étudiants accompagnés de C. Geel, C. Brunet et E. Challine ont assisté à une présentation des outils et ressources disponibles en matière de design et d’expositions de design à la Bibliothèque :

  • Le catalogue raisonné des expositions qui permet de repérer les expositions de design tenues au Centre Pompidou ; les fiches déjà renseignées permettent le repérage rapide des sources disponibles au sein de la BK et des Archives du Centre Pompidou.
  • Les reportages muséographiques dédiés aux expositions, récemment indexés et numérisés, dont l’accès en ligne se fait progressivement. Ces reportages couvrent les montages, vernissages et vues de salles, ils sont complétés par une riche documentation préparatoire consultable sur place.
  • 440 titres de revues touchant au design ou à l’architecture comprenant une rubrique design. Les revues courent une période chronologique et un périmètre géographique large, la dimension technique est très présente. A noter les revues produites par le Centre de création industrielle (CCI) avant la fusion avec le MNAM, comme Traverses par exemple. Ces revues permettent de retrouver des articles théoriques, des présentations de recherche et d’expérimentation sur les formes, les matières, les lieux de monstration de design.
  • Le fonds d’archives d’Ettore Sottsass dont la richesse montre tous les intérêts du designer en matière d’architecture, d’habitat, de paysage, de design industriel, d’objets courants, de mobiliers… riches de nombreux agenda et carnets de croquis, d’environ 10.000 photographies d’objets, d’environ 100.000 photographies de voyages, de rencontres, de performances, de détails d’architecture, de paysages ; ou encore les collections d’estampes, cartes postales, emballages, revues etc… de multiples points d’accès pour un fonds qui couvre toute la seconde moitié du XXe siècle.

Accueil du séminaire Mémoire et transferts culturels, Université Paris 8, 5 novembre 2015

Après une visite du nouvel accrochage des collections modernes, les participants ont tenu leur séance à la Bibliothèque Kandinsky. Deux expériences de réactivation de sources d’archives au sein du musée leur ont été présentées.

En juillet 2014 ouvrait au Centre Pompidou l’exposition Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire. Issue de la volonté de marquer les 25 ans de la mythique exposition de 1989, cette exposition exclusivement documentaire visait à confronter différentes sources d’archives aux récits tenus au sujet de l’exposition depuis 25 ans.

En engageant le travail sur les archives de l’exposition (photographies, notes, correspondance, croquis), il est vite apparu que ces sources nouvelles ou redécouvertes questionnaient tant la réception critique que les travaux universitaires entrepris au sujet de l’exposition, tant les récits des acteurs que les mémoires construites après l’exposition. Restituer cette intrication n’était possible qu’en rendant accessible quelques pièces exemplaires extraites des milliers de pages d’archives produites au cours des cinq années de préparation de l’exposition. La nécessité pour un public spécialisé de recourir à des gisements plus complets a conduit à imaginer le principe d’une université d’été, au cœur même de l’exposition et en présence du public afin de consulter et confronter les sources, de générer au sein d’ateliers d’écriture une production écrite réactive vis-à-vis des archives découvertes, de produire un discours scientifique renouvelé sur cette exposition. Il s’agissait bien de proposer une relecture de l’évènement, du contexte, de l’historiographie par un retour aux sources primaires qui permettent de produire un nouveau propos historique. Une manière d’exposer la production du discours scientifique, et ce au vu et su des publics, de l’exposer au débat, voire à la controverse.

Ce procédé a été reconduit en juillet 2015 pour une deuxième université d’été consacrée aux spoliations des œuvres d’art par les nazis. Exploitation des images et des archives écrites, recoupement des sources conservées au sein des musées, des Archives nationales, des archives du ministère des Affaires étrangères etc… ont permis la production d’un Atlas des sources, directement au cœur du musée. Une publication est en cours d’élaboration.