Yves Kovacs, réalisateur

Né en 1934 à Tours, Yves Kovacs fait des études de droit et de  lettres puis s’oriente vers le journalisme et la critique dans les domaines du cinéma et de la photographie. En 1965, il est rédacteur en chef de Surréalisme et Cinéma. En 1958 puis de 1962 à 1967,  il est assistant auprès de réalisateurs comme Marc Allégret, William Klein, Eric Rohmer, Jacques Prévert, Orson Welles, entre autres.

A partir de 1967, il collabore à de nombreuses émissions artistiques télévisées. De 1975 à 1981, il réalise quinze émissions pour la série culturelle « zig-zag » puis en 1983 une fresque artistique et historique en deux parties, Paris-Paris, ou Le Temps d’une génération. Parmi ses nombreuses réalisations on remarque « Peinture Aujourd’hui l’art vivant »(1972), ainsi que des portraits d’André Kertèsz, Hans Hartung, Juan Gris, François Morellet, Richard Lindner, Picabia, Raymond Hains, André Masson, entre autres.

Son parcours professionnel reste très lié au Centre Georges Pompidou, auquel il consacre  dès 1975 un film « Un Outil pour demain » (prod. par Teri Wehn-Damisch). En 1979 il  reçoit le Grand Premier Prix du Festival international du Film sur l’Art pour son film « Malevitch ou l’impatience des limites ». Une rétrospective de ses films sur l’art est organisée au Cinéma du Musée national d’art moderne du 19 février au 15 mars 1992.

Pendant toute sa carrière de réalisateur, Yves Kovacs a collecté, trié et conservé une grande quantité de documents utiles à son travail de documentariste. Après son décès en 1998, son épouse Françoise a choisi de confier à la Bibliothèque Kandinsky l’ensemble de ces dossiers documentaires, qui ont enrichi les dossiers d’artistes constitués par l’équipe en charge des dits dossiers.

Les archives audiovisuelles d’Yves Kovacs  ont été confiées à l’Inathèque de France et à la Cinémathèque française où elles constituent deux « Fonds Yves Kovacs ».


Consulter le fonds à la Cinémathèque française
Consulter le fonds à l’INA

Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

IMG_20150930_115357

Peintre, poète, cinéaste, dramaturge, romancier… Isou se passionne précocement pour la littérature et la philosophie, lisant adolescent, selon son propre témoignage, Dostoïevski, Marx ou Proust. Il a dès 1942 l’intuition d’un nouveau système poétique et musical exposé dans le Manifeste de la poésie lettriste. Il engage également la rédaction de La Créatique ou la Novatique (1942-1976), dans lequel il énonce les lois d’une méthode de création à partir de laquelle il redéfinira et transformera à peu près tous les domaines de la culture, des sciences aux arts en passant par les techniques, la philosophie, la théologie et la vie.

S’établissant clandestinement à Paris en août 1945, il y rencontre rapidement des personnalités du monde intellectuel comme Pierre-Albert Biro, André Gide, Tristan Tzara ou André Breton. Le 8 janvier 1946, il organise avec Gabriel Pomerand la première manifestation lettriste  ; mais c’est après un coup d’éclat au Théâtre du Vieux Colombier où, contre Tristan Tzara, il annonce la naissance d’une révolution poétique qu’il obtient le soutien de Raymond Queneau ou Jean Paulhan pour la publication de son Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique à La Nouvelle Revue Française (NRF) en avril 1947.  Gaston Gallimard accepte ensuite de publier en octobre un ouvrage défini comme un roman, mais prenant la forme de « mémoires », L’Agrégation d’un Nom et d’un Messie. Suivront de nombreuses publications : Le surréalisme et André Breton (1948), L’économie politique et l’érotologie (1949), Les arts plastiques (1950), Le roman et la prose (1950), Le cinéma (1951), Le Théâtre (1952), qui constitueront les premiers fondements d’un désir plus global de transformer radicalement la société, en s’appuyant sur les concepts d’« externé » (la jeunesse) et de créativité généralisée. 

Continuer la lecture de Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

143873_couverture

Le Centre national des arts plastiques (CNAP) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent au lancement du livre

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE

de Valérie Da Costa

Lundi 2 novembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou

Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À l’occasion de la récente parution de son livre sur Pino Pascali (Pino Pascali : retour à la Méditerranée) aux Presses du réel, Valérie Da Costa, en dialogue avec Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou et Xavier Douroux, directeur des Presses du réel et du Consortium, Dijon, présentera le travail de Pino Pascali, figure centrale de l’art italien des années 60.

Pino Pascali (1935-1968) est une comète de l’art italien du XXe siècle. En quatre années seulement, de 1964 à 1968, il a su créer une œuvre exceptionnelle. Sa conception audacieuse de la sculpture, de par les matériaux employés, ainsi que sa réflexion sur l’exposition en font une figure centrale de l’art des années 1960. Pino Pascali : retour à la Méditerranée est le premier livre consacré en France à l’artiste italien. L’œuvre y est analysée en fonction de thèmes : la temporalité de la sculpture, la mise en scène de soi, la sculpture comme art environnemental, l’attachement à la Méditerranée, l’intérêt pour l’anthropologie. Les propos de l’artiste, ainsi que les nombreuses archives, principalement celles conservées à la Fondazione-Museo Pino Pascali, constituent le matériau inédit de l’analyse de cette œuvre bien au-delà de son rattachement à l’Arte Povera.

Continuer la lecture de PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

Charlotte Salomon

Charlotte Salomon

Les collections imprimées viennent de s’enrichir de la publication aux éditions du Tripode de l’œuvre de Charlotte Salomon, Vie ? ou Théâtre ?, reproduite dans sa totalité et traduite en français. Très bien traduite.

Il s’agit d’une autobiographie en images, peinte à la gouache sur papier, avec les trois couleurs primaires, le noir et le blanc, enrichie d’annotations manuscrites, soit intégrées à l’image, soit écrites sur des feuilles de papier-calque qui viennent se superposer aux peintures. Poussée par la nécessité impérieuse de s’exprimer, Charlotte Salomon réalisa de 1941 à 1942 plus de mille peintures. 781 composent Vie ? ou Théâtre ?, dont 558 numérotées. L’ordre voulu par l’artiste a été perdu dans la tourmente de la guerre, mais reconstitué par l’éditeur. Les feuilles de calque sont reproduites en petit à côté de chaque image.

A ces deux types de texte s’ajoutent les mentions de mélodies, car Vie ? ou Théâtre ? est une opérette, ein Singerspiel, une pièce chantée, usant avec ironie d’un genre léger pour raconter le triste destin d’une famille prise dans le drame d’une époque sombre. Les noms des protagonistes ont été changés pour d’autres aux sonorités plus ludiques et plus évocatrices. « Lorsque la vie a donné toute sa mesure, c’est au théâtre qu’il faut recommencer. »

Jugée sans talent particulier, Charlotte Salomon s’obstine à dessiner. Etudiante à l’école des Beaux-Arts de Berlin, elle doit fuir l’Allemagne nazie. Ses parents lui font rejoindre ses grands-parents recueillis sur la côte d’Azur par une riche américaine, Ottilie Moore, à qui Charlotte dédie sa pièce.

Continuer la lecture de Charlotte Salomon