La « diaspora des oeuvres » Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées

2 juillet 2015
Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm
Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre
photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une
identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

Conférence inaugurale 
Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art
à la Technische Universität Berlin

Les travaux de Bénédicte Savoy portent sur les spoliations d’oeuvres
d’art, sur les transferts culturels en Europe des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que sur l’histoire des musées et des collections. Elle est
notamment l’auteure de  Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels pratiquées par la France en Allemagne autour de 1800
(Paris, MSH, 2003).

18h30 – PETITE SALLE, NIVEAU -1
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Gottfried Honegger, 34699

Une délicate « esquisse de biographie », publiée par Limmat, mise en forme par Trix Krebs.

Comme dans un florilège, les textes se succèdent pour évoquer événements, lieux et rencontres qui ont marqué les 34 699 jours vécus par l’artiste suisse à la date de conception du livre.

Le jeu des blocs de texte disposés en alternance confère une tournure poétique aux souvenirs rédigés à la première personne, chaque fois associés à une image.

La mise en forme géométrique et sans majuscules rend un bel hommage à l’art concret du Zurichois, né en 1917, à qui l’on souhaite le meilleur en attendant les 36 500 jours et quelques de son centenaire le 12 juin 2017.

Honegger 1

Aux éditions P

Non pas un livre mais « Une livre », de 420 gr., résultat des travaux de l’atelier de recherche consacré aux pratiques éditoriales dans le domaine de l’art de l’Institut supérieur des arts de Toulouse, dont l’acronyme IsdaT, par une coïncidence tout opportune, signifie « éditer » en russe.

A noter qu’on y trouve trois entretiens réalisés par Jérôme Dupeyrat et Olivier Huz avec des personnalités du monde du livre d’artiste, exerçant des fonctions différentes :

  • Didier Mathieu, directeur du Centre des livres d’artistes à Saint-Yrieix-la Perche;
  • Jérôme Saint-Loubert-Bié, designer graphique ;
  • Marc Camille Chaimowicz, artiste, auteur de livres et autres publications d’artiste.

Une livre

The Demarco Archive

Richard Demarco et Joseph Beuys devant les diagrammes théoriques « Kunst Ist Kapital ».  Edinburgh Festival 1980. Photo Sean Hudson.  Repris dans « The Demarco Collection & Archive : An Introduction », 2009
Richard Demarco et Joseph Beuys devant les diagrammes théoriques « Kunst Ist Kapital ».
Edinburgh Festival 1980. Photo Sean Hudson.
Repris dans « The Demarco Collection & Archive : An Introduction », 2009

La BIBLIOTHEQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou reçoit, à l’occasion de sa présence à Paris,

RICHARD DEMARCO

pour une discussion autour de son parcours, sa collection et le projet The Demarco Archive :

le LUNDI, 22 JUIN, à partir de 18h30

 

Entrée libre sur réservation à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque vous sera délivrée lors de la confirmation d’inscription)

« You cannot miss the Richard Demarco Gallery in Melville Crescent. It is the only building where the lights do not go off at 5.30 p.m. » L’affiche de l’exposition “New Directions” inaugurée en août 1970 pendant le festival d’Edinbourg résume bien l’esprit effervescent, créatif et fédérateur des événements organisés par l’infatigable Richard Demarco. Artiste, fondateur de théâtre, galeriste curieux, formidable imprésario et agrégateur des pratiques artistiques expérimentales, il transforme, dès la fin des années 1960, la scène écossaise en épicentre connecté aux milieux artistiques les plus variés allant de l’Amérique Latine à l’Europe Centrale et de l’Est. Le festival d’Edinbourg deviendra la plateforme d’élection, intermédiale et pluridisciplinaire avant la lettre, de la rencontre entre artistes, galeristes et performeurs comme Joseph Beuys, Marina Abramovic, Ida Biard, Sanja Ivekovic, Goran Trbuljak, Wiesław Borowski, Tadeusz Kantor, Paul Neagu, Günther Uecker, Arnulf Rainer ou Ian Hamilton Finlay. « Strategy : Get Arts » en 1970, « Romanian Art Today » en 1971, « Atelier ’72 Exhibition of 43 Polish artists » en 1972, « Austrian Exhibition » en 1973 ou bien « Aspects ’75. 49 Yougoslav artists » et les actions « Passepart » en 1975 sont autant de repères clé pour comprendre les pratiques alternatives sur les scènes locales et de moments d’échange international qui décloisonnent des situations politiques et territoriales complexes.

La rencontre avec Richard Demarco sera l’occasion de revenir sur son parcours à la fois de galeriste explorateur et d’archiviste méticuleux, auteur d’une foisonnante base documentaire et photographique.

 

 

« You cannot miss the Richard Demarco Gallery in Melville Crescent. It is the only building where the lights do not go off at 5.30 p.m. » announced the poster for the “New Directions” exhibition in august 1970 during the Edinburgh Festival. This little phrase alone sums up the lively, creative and federative mood of the events organised by the ever-active Richard Demarco. Artist, theatre founder, curious gallery owner, formidable impresario and aggregator of experimental artistic practices, Demarco will soon transform, starting with the end of 1960s, the Scottish art scene into a connected hub of various artistic milieus, going from Latin America to Central and Eastern Europe. The Edinburgh Festival will soon become the intermedial, interdisciplinary platform, bringing together artists and performers alike as Joseph Beuys, Marina Abramovic, Ida Biard, Sanja Ivekovic, Goran Trbuljak, Wiesław Borowski, Tadeusz Kantor, Paul Neagu, Günther Uecker, Arnulf Rainer or Ian Hamilton Finlay. « Strategy : Get Arts » in 1970, « Romanian Art Today » in 1971, « Atelier ’72 Exhibition of 43 Polish artists » in 1972, « Austrian Exhibition » in 1973 or « Aspects ’75. 49 Yougoslav artists » and « Passepart » actions in 1975 became landmark events in understanding alternative local practices and the quality of international exchange that broke down territorial and political barriers.

The evening will bring the occasion of going back to Richard Demarco’s trajectory as both prospective gallery-maker and minute archive-gatherer, author of an impressive documentary and photographic database.

 

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – CENTRE POMPIDOU

Niveau 3