Cinéplastique

INTRODUCTION A LA CINEPLASTIQUE

ANIMATION ET BRICOLAGE

VENDREDI 15  MAI – 12H – CINEMA 2 – ENTREE LIBRE

« Cinéplastique » est un cycle annuel de séances pédagogiques présentées par Arnaud Maillet, Maître de Conférences à l’UFR d’Art et d’Archéologie, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne et accompagnant la projection de films et de vidéos des trois collections du Musée National d’Art Moderne : la collection Film, la collection Nouveaux médias et la collection audiovisuelle de la Bibliothèque Kandinsky.

15maiRobert Breer, TZ (c) Centre Pompidou, MNAM-CCI

La dernière séance de « Cinéplastique » prévue le 15 mai 2015 portera sur le thème de l’animation et du bricolage et la Bibliothèque Kandinsky programme,  à cette occasion, le film « Une semaine de bonté ou les sept éléments capitaux » réalisé par Jean Desvilles entre 1961 et 1965.  Film d’animation d’une histoire gothique d’après les collages de gravures anciennes du roman surréaliste de Max Ernst conçu et publié par l’artiste en 1933 pendant un voyage en Italie.

La séance aura lieu dans la salle Cinéma 2 (niveau -1) du Centre Pompidou, Place Georges Pompidou, 75004 Paris, à partir de 12 h. Entrée libre (dans la limite des places disponibles).

Vous trouvez ici le programme complet et détaillé :

Len Lye, Experimental Animation, 1933, film 35 mm noir et blanc, sonore, 2’07’’.

Oskar Fischinger, Komposition in Blau, 1935, film 35 mm couleur, sonore, 3’30”.

Alexandre Alexeieff, Claire Parker, Night on Bald Mountain (Une nuit sur le mont Chauve), 1933, film 35 mm noir et blanc, sonore, 9’.

Jean Desvilles, Une semaine de bonté ou les sept éléments capitaux, entre 1961-1965, film 16 mm noir et blanc, sonore, 18’.

Robert Breer, TZ, 1979, film 16 mm couleur, sonore, 9’

Robert Breer, Sparkill Ave!, 1992, film 16 mm couleur, sonore, 5’

Karo Goldt, Subrosa, 2004, video, couleur, sonore, 3’.

Michel Gondry, Human Behaviour, 1994, vidéo, couleur, sonore, 4’12’’.

Michel Gondry, Jöga, 1997, vidéo, couleur, sonore, 3’24’’.

TAYFUN SERTTAS

15042015

 

La Bibliothèque Kandinsky accueille Tayfun Serttas, jeune artiste stambouliote, pour une conférence où il présentera trois projets qu’il a réalisés autour des archives photographiques dans l’objectif de rétablir la mémoire des minorités non-musulmanes d’Istanbul.

 MERCREDI 15 AVRIL à 18h30

La conférence sera l’occasion de revenir sur trois chantiers archivistiques que Tayfun Serttas a mis en place autour de la mémoire de Pera, quartier greco-arménien d’Istanbul :

Les archives d’Osep Minasoglu : Photographe de studio, Osep Minasoglu documente la vie nocturne du quartier qui se transforme au fur et à mesure des départs de ses habitants.

Les archives de Maryam Sahinyan : Sans jamais abandonner une certaine distance bienveillante, travaillant pendant cinq décennies dans un petit studio de 18 m², la photographe Maryam Sahinyan dessine le portrait démographique de Pera.

Le cimetière d’architectes : Les bâtiments construits par les architectes grecs et arméniens pendant les dernières décennies de l’Empire Ottoman et les premières années de la République de Turquie sont démolis sous prétexte de nouveaux plans d’urbanisme. Tayfun Serttas essaie de trouver une solution pour en garder au moins quelques traces.

Tayfun Serttas (1982) vit et travaille à Istanbul. Il compléta ses études d’anthropologie avec un programme de master interdisciplinaire et un mémoire sur « Photographie et minorités à Istanbul dans le contexte du modernisme et de la représentation culturelle ». Sa pratique artistique en garde la trace ; son travail est imprégné des sujets comme l’anthropologie urbaine, l’égalité sociale, le patrimoine culturel et altérité, la critique de la société civile, la sociologie de la vie quotidienne, les minorités, la transformation urbaine, et les stratégies socio – politiques. Ses installations se composent souvent de divers médias comme les objets trouvés, les sculptures, les photographies, les dessins ou encore la vidéo. En variant ses points de vue, Serttas critique la mémoire normative des sociétés modernes. A mi-chemin entre sociologue et artiste, à travers expérimentations et recherches interdisciplinaires il interroge l’écriture de l’histoire officielle.

Entrée libre sur réservation obligatoire par courriel : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – CENTRE POMPIDOU Niveau 3

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY’S SUMMER UNIVERSITY 2 – 11 July 2015, CENTRE POMPIDOU

Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm
Caption of the « Martyrs » room, Musée du Jeu de Paume, Paris. Négative b/w sur planfilm 20 x 25 cm. Left side of the two captions taken by photographic chamber on spring 1942 by the  ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg) Photo service. These negatives were recently used to almost completely identify the looted works of art exhibited in the Jeu de Paume spaces at the time : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

 

PRIMARY SOURCES AT WORK

Nazi Looted Art – the Parisian scene

 CALL FOR PARTICIPATION

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records and appropriations. As interdisciplinary initiative, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around source materials. It will be held in the museum’s space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents until September 2015. The space will be invested with facsimiles, reproductions and archival material invoked during the working sessions. Conceived following the Atlas model, it will be photographed each day. The working material will be annotated and commented by the participants during writing workshops. The editorial production of this material will be assembled in the format of a journal – « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky »- as a critical anthology registering the debates during the sessions and as a graphic production.

During the last twenty years, the crimes of plundered art and its subsequent restitutions were the object of various forms of discourse: historical, institutional, juridical or artistic. Numerous symposia as well as artistic projects are permeated by the crucial, even though technical, question of patrimonial legacy. For the next edition of its Summer University, the Bibliothèque Kandinsky will re-examine this question going along the primary sources.

Getting back to the topic of primary sources convokes the entire spectrum of their meanings and uses. Sources have a pivotal role in the writing and understanding of history. They also shed light on the often tortuous trajectory of some objects and on the legitimacy of restitution requests. They are frequently invested by complex intellectual and artistic operations seeking to find out the right distance in bringing up this phenomenon and the meanings of a past which inscribes itself in our present.

Nevertheless, a source “in itself” says very little. To make sense, it has to be articulated by multiple contextual connectors capable of conveying the stakes, scale and layers of the plundering process. A selection of sources will be available during the Summer University; participants are invited to bring up and contribute with their own resources, used in their research. Confronted to a diverse repertoire of sources, each participant will be expected to put together historiographical thinking, critical sense and inventiveness. The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2015 edition will give the opportunity to put the sources “at work” and to bring together young researchers, curators and artists around the poignant subject of Nazi looted art on the Parisian scene.

Continuer la lecture de BIBLIOTHEQUE KANDINSKY’S SUMMER UNIVERSITY 2 – 11 July 2015, CENTRE POMPIDOU

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY, 2-11 juillet 2015, Centre Pompidou

Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm
Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au  printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète
des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : 
http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

LES SOURCES AU TRAVAIL
Les spoliations d’oeuvres d’art par les nazis – la scène parisienne

APPEL A CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du  Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages et appropriations. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la
Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, etc., qui partagent un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires.

Implantée dans une salle du musée, la grande table-vitrine autour de
laquelle s’assemblera l’Université d’été sera constamment visitable jusqu’en septembre, au-delà des dix journées de son déroulement. Les cimaises dont la table-vitrine est entourée recueilleront les fac-similés, ou les reproductions, des sources archivistiques et des documents proposés ou évoqués au cours des séances. A l’issue de chaque étape du déroulement du programme de l’Université d’été, ces planches seront photographiées. Dans le cadre d’ateliers
d’écriture, les planches seront annotées, commentées et assorties de notices par les participants et les intervenants, sous la conduite d’une direction artistique et avec l’aide de graphistes qui en assurent la mise en page. La production éditoriale de ces échanges, le « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky », sera alors, tout à la fois, un recueil de sources, un reflet du travail accompli et des questionnements partagés, et une création graphique.

Le crime des spoliations et la politique de restitutions qui lui a répondu ont fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, d’importants investissements, historiographiques, institutionnels, juridiques ou même artistiques. De nombreux colloques ou propositions artistiques récentes montrent à l’envie les enjeux brûlants qui se profilent derrière cette question patrimoniale qui n’est technique qu’en apparence. Dans la nouvelle édition de son Université d’été, la
Bibliothèque Kandinsky propose de procéder à un réexamen du dossier en revenant au point de départ, c’est-à-dire aux sources.

Les sources ? On n’insiste jamais assez sur la multiplicité de leur sens et de leurs usages. Elles servent à écrire et comprendre l’histoire de ce qui s’est passé. Dans le cas présent, ce sont elles également qui permettent de débrouiller le parcours tortueux des oeuvres et la légitimité des éventuelles demandes de restitution. Elles peuvent enfin servir de support à des opérations intellectuelles plus complexes, celles d’artistes contemporains dont les oeuvres, se référant à celles que les nazis ont ciblées du fait de leur auteur ou de leur propriétaire, disent quelque chose de la manière dont ce
passé est partie prenante de notre présent. Or une source, en elle-même, à elle seule, ne dit rien ou si peu. Ce qui fait sens, c’est la manière dont nous sommes capables de les articuler les unes aux autres, de procéder à des raccords contextuels multiples et de donner à voir la stratification des enjeux de la spoliation.

L’Université d’été mettra un choix de sources à disposition des participants qui sont, pour leur part, invités à enrichir cet ensemble en apportant les sources utilisées dans leurs travaux. Il s’agira certes, par un travail collectif, de mettre en oeuvre un répertoire d’opérations historiographiques, mais aussi d’exercer son sens critique et sa capacité d’inventivité. L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky 2015 sera donc l’occasion de mettre les sources « au travail » – de mettre au travail de jeunes chercheurs, étudiants conservateurs ou artistes sur les sources des spoliations d’oeuvres d’art par les nazis sur la scène parisienne.

Continuer la lecture de UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY, 2-11 juillet 2015, Centre Pompidou