SCULPTURE IN REVERSE par Michael Heizer – Éditions Lutanie

 

sculpture reverse

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou et le Centre national des arts plastiques (CNAP) vous invitent à la présentation de Sculpture in Reverse, de Michael Heizer, en présence de Manon Lutanie, éditrice, et de Raphaëlle Brin, traductrice de l’ouvrage.

Mercredi 21 janvier 2015, à 18h30

Entrée libre sur réservation : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Paru à l’automne 2014 aux Editions Lutanie, Sculpture in Reverse est la réédition et la traduction d’un entretien conduit en novembre 1983 par Julia Brown, critique d’art et commissaire au Museum of Contemporary Art de Los Angeles et publié en 1984 dans le catalogue de l’exposition Michael Heizer, Sculpture in Reverse (MOCA, Los Angeles). L’entretien original est reproduit ici en fac-similé, et sa traduction est accompagnée d’autres images du catalogue initial, agencées dans un nouvel ordre élaboré en étroit échange entre Michael Heizer et Manon Lutanie. Lieu qui fait entendre la voix d’un artiste majeur du premier Land Art américain, lieu également d’une aventure de la recherche et de la réactivation éditoriale, Sculpture in Reverse est à la fois une réflexion sur les modalités de reproduction de l’art et sur les qualités typographiques d’un catalogue-clé de l’édition contemporaine.

À cette occasion, Hard Core, le film réalisé par Walter de Maria en 1969 dans le désert Black Rock de Nevada et  auquel Michael Heizer contribue, sera projeté et présenté par le critique de cinéma Antoine Thirion.

Les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky seront consacrées à Michael Heizer.

L’ouvrage a reçu le soutien du Centre national des arts plastiques (CNAP).

http://www.editionslutanie.fr/

http://www.centrepompidou.fr/

http://www.cnap.fr/

Gustave Miklos. Un grand œuvre caché, éd. Fata Libelli, 2013

Miklos

Danuta Cichocka, libraire, expert en livres de bibliophilie, offre un premier volume sur l’œuvre de l’artiste hongrois dans le domaine du livre et de la reliure, qui a pour mérite d’attribuer à leur véritable auteur les travaux que Miklos a effectués dans l’ombre pour François-Louis Schmied, Jean Dunand ou Jean Goulden.

Ce travail de restitution s’appuie en grande partie sur un cahier des « travaux exécutés pour François », conservé par ses ayants droit.

Gustave Miklos y apparaît comme le grand artiste du renouvellement de l’art du livre au XXe siècle dans la mouvance du cubisme et du style Art déco.

Ayant donné l’impression d’abandonner subitement la peinture en 1921, Miklos a en réalité mis son talent au service de l’atelier Schmied-Dunand, pour lequel il réalisa de somptueux livres de 1922 à 1941.

Le dessin est épuré, les compositions d’une construction très sûre dynamisées par les jeux géométriques et les aplats de couleur. Dans la lignée des Ateliers viennois, virtuosité décorative et richesse ornementale animent des sujets dont l’illustration puise à profusion dans les arts minoen, grec, byzantin, oriental, dans l’art populaire d’Europe de l’Est. L’audace formelle, structurelle, chromatique faisait dire à la critique de l’époque qu’on était en présence d’une « nouveauté d’aspect prodigieux ». Or des années de recherche montrent que l’éloge revient à Gustave Miklos. En fait, on comprend qu’il a financé sa pratique de sculpteur sur métal par la production de livres de bibliophilie.

Le 1er volume établit le catalogue raisonné de l’œuvre pour le livre et la reliure. Un 2e volume, catalogue raisonné de l’œuvre de sculpteur, peintre et décorateur, paru en septembre 2014, est dans nos listes d’acquisition.

The Art of the Adivasi, Musée d’art moderne, Hyogo, 1988

Adivasi-300x224

Un catalogue d’exposition sur l’art des Adivasi est entré dans les collections. Les Adivasi sont un groupe ethnique autochtone de l’Inde. La question des contacts culturels étant un sujet universellement sensible, montrer leur production artistique au japon avait entraîné une polémique en Inde en raison des éventuels effets négatifs que ces contacts auraient sur la tribu : dénaturation de l’art, « spoliation déguisée ». Le commissaire contestait ce risque arguant du fait que nul n’est totalement coupé d’une influence extérieure et que le contact n’implique en rien l’abandon de sa culture d’origine.

Scènes de la vie domestique, scènes de la vie agricole, figures en bronze représentant la faune locale, masques, tuiles faîtières décoratives en argile, le sujet est inhabituel pour la Bibliothèque Kandinsky. Rentré dans les collections suite à l’exposition documentaire présentée Galerie du Musée, au Centre Pompidou, été 2014, pour les 25 ans des Magiciens de la Terre, ce catalogue pourra intéresser les historiens des arts primitifs. A notre connaissance le catalogue n’est dans aucune autre bibliothèque en Europe. Worldcat ne le localise qu’en Amérique du Nord.

Frédéric Bruly Bouabré, éd. X. Barral, 2013

 

Bruly-300x224

La bibliothèque a acquis en 2014 le précieux coffret des œuvres de Frédéric Bruly Bouabré. Edité conjointement par Agnès b et Xavier Barral, ces quatre volumes exhaussent le vœu de l’artiste de voir son œuvre publiée de son vivant.

Le 1er volume reproduit les pensées, songes, révélations consignés de 1945 à 1963 dans le Livre des lois divines révélées.

Le 2e compile l’alphabet bété mis au point à partir de 1950 par l’artiste pour offrir une écriture à sa culture d’origine, celle du peuple bété de Côte d’Ivoire, un alphabet dessiné, composé de syllabes, données avec leur prononciation.

Dans les années 1970 Bruly Bouabré développe sa manière de dessins au stylo-bille et crayons de couleur sur carton, entourés d’un texte en lettres capitales, dont le 3e volume donne deux exemples sous forme de contes, les formes primitives du conte et du dessin se trouvant soutenues par l’écriture en français, apprise à l’école française.

Tout l’œuvre de Bruly Bouabré est le fruit du souci de transmettre aux générations futures, sans rien y changer, le savoir qu’il a hérité des anciens, un patrimoine oral, véhiculé par des générations ; il consigne la tradition mise ainsi au service de l’éducation.

Le 4e volume rassemble photographies, autobiographie, correspondance, dans une langue imagée, savoureuse, qui traduit un esprit inspiré par l’amour qu’il a reçu.

Bruly Bouabré délivre un message de sagesse, de bonté, qu’il nous enjoint à cultiver.

Son premier conseil : être concis.

ART BY TELEPHONE… RECALLED

Art by telephone

ART BY TELEPHONE … RECALLED

Vendredi 16 Janvier 2015, à 18h30

 

Entrée libre sur réservation obligatoire : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Commissaires des expositions/éditeurs du livre : Sébastien Pluot et Fabien Vallos.

Art by Telephone est une exposition conçue par Jan van der Marck, en 1969, au Museum of Contemporary Art de Chicago. Parmi la petite dizaine d’initiatives, fondatrices de la mise en espace de “l’art conceptuel“ de 1967 à 1970, elle est l’une des plus singulières. La description et la transmission des consignes des trente-sept artistes furent supportées par des enregistrements téléphoniques dont le transfert sur un disque microsillon 33 tours tint lieu de catalogue. Par ses références à Marcel Duchamp et aux Telephone Pictures de László Moholy- Nagy, elle est la seule à penser une généalogie des pratiques conceptuelles depuis les avant- gardes historiques.

Art by Telephone… Recalled a été initiée par le programme de recherche En Traduction codirigé par Sébastien Pluot et Fabien Vallos à l’Ecole des Beaux-arts d’Angers. Une série de séminaires ont été développés sur la remise en question de la notion d’original et d’autonomie de l’œuvre, la destitution de la figure de l’auteur, les conséquences éthiques des processus de délégation, de traductibilité et d’opérativité, les phénomènes de versionnage et de dissémination du sens.

De 2012 à 2014, une série d’expositions ont eu lieu simultanément à l’École Supérieure des Beaux-arts d’Angers, au cneai= à Paris, au Capc, musée d’art contemporain de Bordeaux, à la Emily Harvey Foundation de New York, au San Francisco Art Institute, à La Panacée, Centre de culture contemporaine de Montpellier. Chacune de ces expositions a été réalisée avec des étudiants et de jeunes diplômés des écoles d’art qui l’ont accueillie et avec des contributions d’étudiants de l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, et du Barnard College, University of Columbia de New York. Par ailleurs, une série de discussions ont été organisées avec des artistes et des universitaires spécialistes de l’art contemporain. Le présent ouvrage est la somme des recherches théoriques et pratiques qui ont été produites durant ces quatre années. Il permet la redécouverte d’un projet d’exposition et contribue à une compréhension de la pratique artistique depuis les années 1960.

Art by Telephone… Recalled

With texts and works by / Avec les textes et les œuvres de : A Constructed World, The Big Conversation, Mel Bochner, Jean­Baptiste Carobolante, Dieudonné Cartier, Alessandro De Francesco, Jérémie Gaulin, Hans Haacke, Hannah Higgins, Silvia Kolbowski, Quentin Lannes, Nicolas Linel, Eve Meltzer, Brian O’Keeffe, Alice Pialoux, Sébastien Pluot, Julia Robinson, Aurélien Talbot, Fabien Vallos, Jan van der Marck, Chiara Vecchiarelli.

Editors / Directeurs de la publication : Sébastien Pluot & Fabien Vallos

Editorial coordination / Coordination éditoriale: Alice Pialoux Graphic design / Graphisme : Dieudonné Cartier

Page number / Nombre de pages : 502 pages

Distribution / Distribution: R-Diffusion

Co-edition / Co-édition : éditions Mix, La Panacée, cneai=, esba- Talm, Ebabx

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY,  Centre  Pompidou, Niveau 3      75004, Paris