ECHOES OF EXILE. Moscow Archives and the Arts in Paris 1933-1945

echoes of exile

Présentation et discussion avec  Ines Rotermund–Reynard, Isabelle le Masne de Chermont, Bénédicte Savoy, Sandra Dahlke et Didier Schulmann

MERCREDI, 17 DECEMBRE 2014

18H30

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

A partir de 1933, le régime national-socialiste a poussé des milliers d’allemands sur les routes de l’exil. Paris devint alors la capitale de « la meilleure Allemagne », selon le mot de Heinrich Mann. Artistes, journalistes, écrivains, historiens, hommes politiques, sans parler de tous ceux qui fuirent parce que Juifs,  y exprimèrent librement, avec leurs moyens artistiques et intellectuels, leur opposition aux Nazis. Au début de la guerre la grande majorité des ces exilés furent internés dans des camps français. En 1940, l’armée allemande envahit la France : la documentation, les papiers et la correspondance des exilés constituèrent les premières cibles de l’Occupant. Tout ce matériel devint alors du « displaced object » – confisqués, déplacés, spoliés, mais aussi souvent miraculeusement préservés.

Depuis la fin de la guerre certaines de ces sources sont conservées dans les Archives spéciales/RGVA à Moscou. Confisqués par l’armée allemande à partir de 1940, ces fonds furent saisis au titre de trophées par l’Armée Rouge dans les ruines de l’IIIème Reich et transférés en Union soviétique. A Moscou, ils restèrent – jusqu’à la perestroïka – exclusivement accessibles aux membres du KGB. Leur existence, leur divulgation, leur exploration toute récente et l’insertion des données qu’ils révèlent constituent un évènement majeur de l’historiographie et de l’archivistique du mouvement des idées, au cours des années trente.

Le livre Echoes of Exile – Moscow Archives and the Arts in Paris 1933-1945 présente de nouvelles perspectives de recherche, qui résultent, entre autres, du dépouillement des documents conservés à Moscou et permettent de jeter un nouveau regard sur l’épicentre culturel que fut Paris pour ces exilés pendant les années 1930. Les contributions des onze auteurs français, russes, américains et allemands s’inscrivent dans le débat actuel autour des biens spoliés et de leur restitution ouvrant ainsi un large dialogue scientifique interdisciplinaire et transnational.

Ines Rotermund-Reynard, docteur en histoire de l’art, éditrice du livre «  Echoes of Exile. Moscow Archives and the Arts in Paris 1933-1945 », directrice du projet de recherche « Les Archives spéciales de Moscow et les arts à Paris 1933-1945 », organisé par l’Institut historique allemand de Moscou (DHI Moskau) en coopération avec le Centre allemand d’histoire de l’art à Paris.

Isabelle le Masne de Chermont, archiviste paléographe, directrice du département des manuscrits de la BNF, co-commissaire de l’exposition » A qui appartenaient ces tableaux ? » (2008), co-auteur avec Didier Schulmann du rapport « Le pillage de l’art en France pendant l’occupation et la situation des 2000 œuvres confiées aux Musées nationaux » (2000), co-éditrice de la nouvelle édition de « Rose Valland, Le Front de l’Art : Défense des collections françaises, 1939-1945 », Paris 2014.

Bénédicte Savoy, professeur d’histoire de l’art à l’Université TU Berlin, auteur de nombreux travaux consacrés à l’histoire des spoliations artistiques entre France et Allemagne (« Patrimoine annexé : les saisies de biens culturels opérées par la France en Allemagne autour de 1800 », Paris 2003), à la naissance des musées d’art en Europe et à la mise en place transnationale, aux XVIIIe et XIXe siècles, de disciplines universitaires telles l’archéologie et l’histoire de l’art.

Sandra Dahlke, directrice adjointe de l’Institut historique allemand à Moscou (DHI Moskau), historienne et spécialiste de l’histoire de l’Union soviétique, auteur du livre « Individuum und Herrschaft im Stalinismus : Emel’jan Jaroslavskij (1878- 1943 »), München 2010.

Didier Schulmann, Conservateur au Musée national d’art moderne, Bibliothèque Kandinsky, co-auteur avec Isabelle le Masne de Chermont du rapport « Le pillage de l’art en France pendant l’occupation et la situation des 2000 œuvres confiées aux Musées nationaux » (2000).

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3, 75004, Paris

 

 

FABRIQUES DU CINÉMA EXPÉRIMENTAL

 

La Fabrique du cinéma experimental-Couv seule-web2

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

FABRIQUES DU CINEMA EXPERIMENTAL

publié par PARIS EXPÉRIMENTAL

en présence de Christian Lebrat, Éric Thouvenel, Carole Contant

et des artistes Frédérique Devaux et Silvi Simon

MERCREDI 10 DECEMBRE 2014, 18h30

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

 Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 Comment vivent et travaillent, à l’ « ère du numérique », les cinéastes expérimentaux ? Qu’en est-il de leur attachement à la matérialité de l’objet-film ? Quels sont leurs outils, leurs rapports à la création, leurs manières de penser, de fabriquer et d’habiter les images et les sons ? Comment financent-ils leurs projets ? Quel regard portent-ils sur leur parcours et sur les mutations décisives que connait aujourd’hui le cinéma, y compris « expérimental », envisagé dans sa dimension esthétique, pratique, technique, économique et institutionnelle ?

Cet ouvrage s’attache à soulever ces questions à travers neuf entretiens menés avec des cinéastes de générations et d’horizons différents, mais qui ont en commun de porter un regard lucide et singulier sur leur propre travail, comme sur la façon dont le tournant numérique l’affecte – et pas nécessairement, comme le voudraient tant d’idées reçues, de manière négative – depuis près de quinze ans. De la survivance glorieuse de pratiques du film artisanales et sophistiquées, aux hybridations et métissages permis par les outils numériques comme par la délocalisation des images hors de la salle de cinéma, en passant par la nécessaire réflexion sur la maîtrise économique et politique des outils de production des films, se dessinent ainsi les formes vivantes d’un engagement qui n’a rien d’anachronique, mais demeure et insiste comme une lueur particulière, et nécessaire, dans le grand flou des images contemporaines. Pour cela, on a fait le choix de rester au plus près de la pratique de ces cinéastes pour qui faire un film est un acte du corps autant que de l’esprit, de la main autant que de l’œil, et qui considèrent que les manières de faire sont, aussi, des manières de penser.  Afin d’accompagner et de prolonger la parole des cinéastes, chaque entretien est suivi d’une filmographie complète et d’une iconographie contenant des reproductions de photogrammes, des photographies de leur matériel, des schémas préparatoires et des partitions visuelles, qui éclairent sous un autre angle la genèse de leurs travaux. L’ensemble est complété par un glossaire et une bibliographie.

 Entretiens avec Martin Arnold, Frédérique Devaux, Olivier Fouchard, Ken Jacobs, Christian Lebrat, Rose Lowder, Nicolas Rey, Silvi Simon, José Antonio Sistiaga.

Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un essai sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (Presses Universitaires de Rennes, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une trentaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Il mène également une activité de programmateur, au sein de l’université, dans des lieux associatifs et des institutions muséales.

 Carole Contant est cinéaste. Membre du Collectif Jeune Cinéma depuis 1997, elle autoproduit de nombreux films en Super8, notamment au sein du groupe les petits films. Ses films sont fréquemment sélectionnés dans des festivals de cinéma documentaire, d’art vidéo et de cinéma expérimental. Depuis 2008, elle tourne des vidéos pour des compagnies de danse et des associations engagées dans une écologie locale et durable. Elle est également programmatrice au sein de l’association peti peti, où elle mène une activité pédagogique soutenue, en particulier autour des relations entre danse et cinéma.

 Fondées en 1983, les éditions Paris Expérimental se consacrent essentiellement au cinéma d’avant-garde et expérimental. Elles publient des livres de références ainsi que des essais sur des cinéastes, des films ou des points particuliers de l’histoire de cette forme de cinéma.

 http://www.paris-experimental.asso.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

ON KAWARA (1933, Kariya – 2014, New-York)

“I’m still alive”

Dès les années 1940, très jeune, On Kawara connait déjà un grand succès. Il est alors reconnu au Japon comme un artiste confirmé, ouvrant des perspectives à sa génération, en trouvant dans son art les formulations adéquates aux expériences traumatisantes de la guerre.

Il peint à cette période des toiles figuratives, de facture très graphique, dans un style pouvant s’apparenter au surréalisme. Ces œuvres évoquent souvent des personnages solitaires aux visages déformés, enfermés dans des pièces recouvertes de carrelage.
Il réalise notamment une série de portraits de japonais entre 1955 et 1956, au départ pour former un livre : Death masks.

Ces dessins, comme la plupart de ses œuvres de jeunesse sont marqués par la tragédie des bombardements nucléaires. Il en tire finalement un port-folio de 30 gravures publié en 1995 et intitulé Tanatophanies, ou Apparitions de la mort.

On Kawara voyage beaucoup toute sa vie, et c’est aussi ce qui détermine son mode de production. Il partage en quelque sorte sa vie avec son public, à la fois en tant qu’être subjectif qui prend connaissance des événements et des lieux, mais aussi en tant qu’observateur objectif de ses expériences dont il va commencer à enregistrer les données mesurables ainsi que les coordonnées avec la plus grande précision possible.

C’est le 4 Janvier 1966 qu’il peint sa première « Date painting », avec un procédé qu’il reproduira jusqu’à la fin de sa vie. Il s’agit d’un protocole assez rigoureux, avec la réalisation d’un monochrome foncé au centre duquel  est peinte en blanc la date du jour de la réalisation de la peinture dans la langue du pays dans lequel se trouve l’artiste ce jour la. Chaque peinture est conservée dans une boite en carton sur mesure, et accompagnée d’une page de journal local daté du jour de la réalisation.

Le format de ces toiles varie de 20,5 x 25,5 cm à 155 x 226 cm. Les toiles sont tendues sur des châssis de bois de 5 cm d’épaisseur et retournées sur les côtés du châssis pour être ensuite fixées au dos.
La face et les côtés sont ensuite recouverts de peinture acrylique, chaque toile étant peinte d’une couleur spécifique. Enfin, la date est peinte en blanc au centre de chaque toile.

Ce travail met en place l’enregistrement de données biographiques précises, comme des sortes de coordonnées temporelles et spatiales sur la durée et le caractère limité de sa vie.

Ces notes de la conscience du temps sont réalisées sous différentes formes et se réfèrent à différentes situations et activités en rapport avec son lieu de séjour du moment.

« Today, I read, I went, I met, I got up … ».