Stéphanie Solinas. Déserteurs – en toute chose il faut considérer la fin

deserteurs 

© Stéphanie Solinas, 2014

La Bibliothèque Idéale de Stéphanie Solinas

Jeudi, 6 novembre, à partir de 18h30                                                                                      à la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

À l’invitation de la Bibliothèque Kandinsky, MNAM/ Centre Pompidou, Stéphanie Solinas a exploré la Réserve des ouvrages rares et précieux conservés dans ses collections. Déserteurs – en toute chose il faut considérer la fin, conférence – performance menée par l’artiste en collaboration avec les équipes de la Bibliothèque, est un parcours, une construction, une sélection de livres d’artistes et autres documents, dont l’ouvrage de Solinas, Déserteurs – Cent photographies, entré dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky en 2013, constitue le seuil. Conçue en écho à l’exposition Déserteurs – il faut dormir comme un lion/sans fermer les yeux se déployant à la Société Française de Photographie et à l’église Saint-Eustache, la rencontre avec l’artiste au travers des ouvrages de la collection de la Bibliothèque Kandinsky est la troisième forme de Déserteurs proposée par Solinas pour le Mois de la Photo 2014. Elle recompose un cheminement au travers des imprimés, des images, l’élaboration d’un regard sur les archives de notre mémoire, artistique, individuelle, collective.

Formée à la photographie à l’ENS Louis Lumière, docteur en Arts Plastiques, Stéphanie Solinas développe une œuvre variée (images, livres, installations…), foncièrement photographique, qui n’a de cesse d’interroger ce médium. Au travers de dispositifs et autres systèmes élaborés, sa pratique, tournée vers la figure de l’Autre et sa définition, explore l’opération de « voir ». Son travail a fait l’objet d’expositions personnelles à La Maison Rouge (Paris), au FOAM Museum (Amsterdam), au J1 (Marseille-Provence 2013), à la Société Française de Photographie, à l’église Saint-Eustache (novembre 2014, Mois de la Photo 2014), etc. Il est présent dans les collections du Fonds National d’Art Contemporain, de la Bibliothèque Nationale de France, du CNAC Georges Pompidou/Bibliothèque Kandinsky, du Musée de L’Elysée, du Musée Nicéphore Niepce, de Pier 24 Photography, des collections particulières. En 2013, Stéphanie Solinas a reçu le Prix Edouard Barbe (Prix des Collectionneurs, remis par le CNAC Le Magasin). Elle enseigne à Sciences Po Paris, aux Beaux-Arts de Rouen & Le Havre (ESADHAR). Stéphanie Solinas vit et travaille à Paris. Elle est actuellement en résidence à La Villa Belleville.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY                                                            Centre Pompidou, niveau 3                                                                75004, Paris

 

 

 

 

 

 

 

Conférence Vidéo et après : Muntadas, propositions critiques.

Nouvelle image (1)Lundi 3 novembre à 19h00  

salle Cinéma 2

Présentée par  Antoni Muntadas

 

Dès ses premières vidéos, Muntadas a centré son activité artistique Nouvelle image (2)sur la critique des médias : la télévision, la presse, la publicité, mais aussi l’architecture, et celle, invisible, des réseaux de communication. Il est un des tout premiers artistes à avoir réalisé un travail pour Internet The File Room (1994), vaste base de données collective sur la censure. Il questionne les systèmes de pouvoir qui s’exercent à travers l’instauration des frontières, le processus de la traduction, les rituels sociaux et politiques, les rapports du public et du privé.

Muntadas présentera quelques-unes de ses installations et interventions ainsi que des vidéos telles que les actions corporelles de 1971, Media Ecology Ads (1982), Video is Television ? (1989) ou Alphaville (2011).

Nota bene : exceptionnellement, l’entrée au cinéma 2 se fera depuis la piazza, à droite de l’entrée principale, suivre signalétique.

Projection/conférence organisée dans le cadre du programme de recherche Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique du Labex Arts-H2H en partenariat avec l’Université Paris 8 et la BnF

Vidéo et après est un cycle de rencontres avec des artistes et des historiens de l’art proposant projections, conférences, performances et discussions. Parcourant l’histoire des pratiques artistiques liées à la vidéo et au son, depuis le début des années 1960 jusqu’à nos jours, «Vidéo et après» se consacre essentiellement aux vidéos d’artistes de la collection du Musée national d’art moderne.

Contact : videoetapres@centrepompidou.fr

La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Cette synthèse a été établie par Camille Martin, stagiaire dans le cadre du programme Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968,  en partenariat avec le Labex Arts H2H

Afin de faire un état des lieux de l’ensemble de la documentation sur la vidéo présente au Centre Pompidou, nous avons cherché tout d’abord à référencer les différentes sources d’informations disponibles, le but étant dans un premier temps de définir et cartographier notre domaine de recherche. Le premier problème repose sur la difficulté à isoler et identifier la documentation sur « la vidéo », notamment parce que les sources consultées ne font généralement pas cette distinction. Elles réfèrent leurs informations le plus souvent par titre ou nom de l’artiste et non par « médium » ou « domaine artistique ». On comprend alors qu’une recherche exhaustive demanderait donc de reprendre l’ensemble de l’histoire des manifestations de l’établissement.

Une autre spécificité de cette recherche est que l’émergence de la vidéo dans cette période correspond au début du Centre Pompidou. Ainsi, on remarque que comme « nouveau médium», la vidéo et les usages qui lui étaient associés (expérimentation, performance, militantisme, éducation populaire…) trouvaient d’avantage leur place dans des événements courts et de natures assez hétérogènes (projections, colloques, publications, ateliers pour le public, productions d’artistes…) que dans les espaces d’expositions à proprement parler. Ainsi une première recherche montre qu’à ce moment-là la vidéo est plutôt présentée dans les espaces de projection du 3ème étage, dans le forum ou encore au fil de la programmation de la BPI. Par ailleurs on remarque que ces événements sont souvent organisés à l’initiative de plusieurs acteurs, entre autres : le « service audiovisuel », la « coordination des manifestations » ou encore la BPI.

Cette recherche s’étend donc sur une histoire plus large de l’institution, relevant des usages et des préoccupations que la vidéo soulevait à l’époque. Ainsi il semble indispensable au regard des multiples dimensions et domaines que la vidéo pouvait toucher de commencer tout d’abord par une recherche très large reprenant l’ensemble des événements ayant un rapport avec ce médium. Continuer la lecture de La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Erika Balsom, Exhibiting Cinema in Contemporary Art

* omslag Exhibiting Cinema_DEF

Dans le cadre de la programmation « Duchamp du Film » (du 24 sept. au 29 oct. 2014), la Bibliothèque Kandinsky en collaboration avec le département Film du Musée National d’Art Moderne accueille ERIKA BALSOM pour une présentation de son volume Exhibiting Cinema in Contemporary Art (Amsterdam University Press, 2013)

le jeudi, 9 octobre,  à partir de 18h30

L’ouvrage est rapidement devenu un livre de référence sur la question de l’image en mouvement dans le contexte muséal et des expositions. Exhibiting Cinema in Contemporary Art explore l’émergence du cinéma comme médium primaire de production artistique, tout en offrant une investigation détaillée de sa genèse, de ses caractéristiques principales, de ses dérives et ramifications. L’auteure interroge aussi le point nodal des études cinématographiques – la nature du cinéma, son passé, son présent et son devenir à l’ère du tournant numérique. Riche en réflexions théoriques et dans les analyses critiques, Exhibiting Cinema in Contemporary Art tourne son regard vers l’histoire du cinéma du point de vue de l’art d’aujourd’hui.

La conférence (en anglais) sera suivie par une discussion avec le public et modérée par Enrico Camporesi.

Erika Balsom enseigne la théorie et l’histoire du cinéma au King’s College à Londres. Après avoir obtenu son doctorat à Brown University, elle a été Mellon postdoctoral fellow à l’Université de Californie (Berkeley). Elle a également enseigné à Carleton University (Ottawa). Ses publications ont paru dans Artforum, Screen, Cinema  Journal, et elle travaille en ce moment sur un livre dédié aux stratégies de distribution et de diffusion du film d’artiste et expérimental.

Enrico Camporesi, chercheur au Centre Pompidou, prépare actuellement une thèse sur des problèmes de restauration et muséologie du film d’artiste et expérimental à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et à l’Université de Bologne. Il écrit régulièrement sur l’image en mouvement pour plusieurs revues (Fata Morgana, Necsus – European Journal of Media Studies, La Furia Umana). Il est également commissaire de programmes de films et avec Jonathan Pouthier il présente en ce moment le cycle « Duchamp du film » au Centre Pompidou.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

Parcours dans les collections imprimées de la Bibliothèque Kandinsky

Valdimir Maïakowski, El Lissitzky, 1923
Valdimir Maïakowski, El Lissitzky, 1923

 

 

Avant-gardes artistiques en Europe et graphisme : 1917-1940

La Bibliothèque Kandinsky propose une version numérisée d’une sélection d’objets imprimés, livres et revues, issus de ses collections, illustrant les expérimentations visuelles auxquelles se sont adonnés quelques artistes européens au lendemain de la première Guerre mondiale jusqu’aux années 30. Il s’agit d’artistes appartenant aux courants des avant-gardes : futuristes, Dada, constructivistes principalement, qui rompent avec les anciennes règles typographiques, transgressent les conventions en matière d’édition et proposent de nouvelles lectures plus optiques que phonétiques.

Ainsi, le futuriste napolitain, Francisco Cangiullo (1888-1977) dans Caffeconcerto qui paraît en 1919, carnet imprimés sur différentes couleurs, présente des figures composées de chiffres de lettres et d’autres éléments tirés de la casse d’imprimerie, accompagnées de dessins.

La même année, dans La Fin du Monde filmée par l’Ange N. D. : roman, écrit par Blaise Cendrars et illustré par Fernand Léger, c’est la technique du pochoir qui est employée pour poser les couleurs sur le texte.

Dans l’anthologie de poèmes de Vladimir Maïakovski, Dlja golosa (Pour la voix) parue en 1923 à Berlin et qui demeure l’oeuvre graphique la plus connue d’El Lissitzky (1890-1941), ce sont les éléments typographiques qui contribuent à une perception accrue des poèmes et la présence d’un système tout à fait original d’onglets remplaçant le sommaire qui sont innovants.

Dans Die Scheuche (L’Epouvantail) écrit par Kurt Schwitters (1887-1948) en 1925, Theo Van Doesburg (1883-1931) construit les personnages à partir des lettres de l’alphabet tandis que John Heartfield (1891-1968) en 1929, en pleine République de Weimar, ajoutera dans son Deutschland Deutschland über alles est, best-seller de Kurt Tucholsky, au jeu sur les éléments typographiques, les images photographiques.

De photographie, il est essentiellement question dans la Foto-Auge de Jan Tschichold, paru en 1929 au format A4, et qui constitue un autre exemple de cette Nouvelle Typographie : mise en page asymétrique, emploi exclusif des bas de casse, une reliure à la japonaise pour donner du volume à l’ouvrage en raison d’un nombre limité de pages (94).

Enfin dans ce parcours, Piet Zwart (1895-1977), graphiste néerlandais et figure de l’avant-garde graphiste internationale des années 20-30, membre du Cercle des nouveaux graphistes publicitaires avec Kurt Schwitters et Jan Tschichold, utilise le photomontage pour la page de couverture de Het Linnen Venster, premier numéro de la série sur le cinéma édité à Rotterdam à partir de 1931.

C’est en tout plus de vingt livres et quinze revues qui ont été sélectionnés dans nos collections pour illustrer les innovations en matière de conception graphique en Europe dans la première moitié du 20e siècle, où aux artistes déjà cités, s’ajoutent bien sûr les noms de Marinetti, Karel Teige, Laszlo Moholy-Nagy, etc.

A l’issue de ce parcours, qui n’a pas la prétention de faire le tour complet du sujet, nous ne saurions trop vous recommander de vous replonger dans l’excellente histoire du design graphique de Philip B. Meggs, de lire ou relire Jaroslav Andel, Avant-garde design : 1900-1950, de parcourir Le livre des livres : graphisme des livres au fil du temps de Mathieu Lommen (éditions Pyramid, 2012) et surtout de visiter la Bibliothèque Kandinsky dont la collection constitue une base de réflexion très pertinente pour tout chercheur, enseignant ou étudiant dans le domaine du design graphique.

Pour plus d’information sur la sélection opérée pour la numérisation des livres et revues, ainsi que pour les références bibliographiques, consulter notre portail : Parcours dans les collections imprimées : Avant-gardes et graphisme