Cinéplastique

INTRODUCTION A LA CINEPLASTIQUE
REFLETS, SCINTILLEMENTS ET CLIGNOTEMENTS
VENDREDI 3 OCTOBRE – 12H – CINEMA 2 – ENTREE LIBRE

Cinéplastique est un cycle annuel de séances pédagogiques présentées par Arnaud Maillet, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, accompagnant la projection de films et de vidéos des trois collections du Musée National d’Art Moderne : la collection Film, la collection Nouveaux médias et la collection audiovisuelle de la Bibliothèque Kandinsky.

Nouvelle image

A l’occasion de la première séance, la Bibliothèque Kandinsky programme le film 16 mm, Martha Boto et Gregorio Vardanega de 1969.  A mi-chemin entre le film d’auteur et le film documentaire, ce document véritable témoin de l’œuvre cinétique, rejoint ce premier programme du cycle dédié aux reflets, scintillements et clignotements de l’image en mouvement.  Il fut probablement réalisé par Gregorio Vardanega à l’occasion de la grande rétrospective organisée en 1969 à la Galerie Denise René.

Les séances auront lieu dans la salle Cinéma 2 (niveau -1) du Centre Pompidou, Place Georges Pompidou, 75004 Paris, à partir de 12 h. Entrée libre (dans la limite des places disponibles).  

Programme détaillé des séances

Séance 1 : Vendredi 3 octobre 2014, de 12h à 15h 
Reflets, scintillements et clignotements

  • Joris Ivens, Regen (La pluie), 1929, film 35 mm, noir et blanc, silencieux, 14’42’’.
  • Henri Chomette, Jeux de reflets et de la vitesse, 1923-1925, film 35 m, noir et blanc, silencieux, 07’23’’.
  • Martha Boto, Gregorio Vardanega, Vues d’œuvres de Martha Boto et Gregorio Vardanega, vers 1969, 16 mm, couleur, silencieux, 10’.
  • Hi Hirsh, Automn Spectrum, 1957, 16 mm couleur, sonore, 6’04’’.
  • Gary Hill, Mirror Road, 1975-1976, video, NTSC, couleur, silencieux, 6’27’’.
  • Joan Jonas, Left Side, Right Side, video, NTSC, noir et blanc, sonore, 8’54’’.
  • Bill Viola, The Reflecting Pool, 1977-1979, video, NTSC, couleur, son, 7’.

Séance 2 : Vendredi 14 novembre 2014, de 12h à 15h
Cinéma, vidéo et peinture : citation, traduction, transposition

  • Michael Mazière, Cezanne’s Eye ii, 1982-1988, film 16 mm noir et blanc et couleur, sonore, 23’27’’.
  • Ian Ladislav Galeta, Water Pulu, 1987-1988, film 35 mm, couleur, sonore, 09’19’’.
  • Gary Hill, Bathing, 1977, vidéo, NTSC, couleur, sonore, 4’ 31’’.
  • Andrea Kirsch, Dreaming in Yellow While Searching for Carpaccio Gold, 1990, film Super 8, couleur, sonore, 8’ 23’’.
  • Malcolm LeGrice, Berlin Horse, 1970, film 16 mm, couleur, sonore, 06’52’’ (copie Béta numérique).

Séance 3 : Vendredi 5 décembre 2014, de 12h à 15h
Kenneth Anger : couleur et musique      

  • Kenneth Anger, Eaux d’artifice, 1953, film 16 mm, couleur, sonore, 13’.
  • Kenneth Anger, Inauguration of the Pleasure Dome, 1954-1978, film 16 mm, couleur, sonore, 35’.

Séance 4 : Vendredi 13 février 2015, de 12h à 15h
Le geste graphique            

  • Hans Namuth & Paul Falkenberg, Jackson Pollock, 1951, film 16 mm couleur, sonore, 10’14’’.
  • François Campaux, Henri Matisse, 1946, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 22’.
  • Paul Haesaert, Visite à Picasso, 1949, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 20’18’’.
  • Anonyme, [Kandinsky en train de peindre], s.d., film, noir et blanc, silencieux, 2’49’’.
  • Gary Hill, Picture Story, 1979, vidéo, NTSC, couleur, sonore, 6’27’’.

 Séance 5 : Vendredi 6 mars 2015, 12h-15h
Métamorphoses      

  • Oskar Fischinger, Seelische Konstruktionen, vers 1927, film 35 mm, noir et blanc, sonore, 9’.
  • Oskar Fischinger, Wachs Experimente, 1923, film 35 mm noir et blanc et couleur, silencieux, 10’.
  • Pol Bury, Clovis Prévost, 8500 tonnes de fer, 1972, film 16 mm noir et blanc, sonore, 13’46”.
  • Tony Hill, Expanded Movie, 1990, film 16 mm couleur, sonore, 13’04’’.
  • Gary Hill, Happenstance (Part One of Many Parts), 1983, video, NTSC, noir et blanc, sonore, 6’49’’. 

Séance 6 : Vendredi 17 avril 2015, de 12h à 15h
Animation graphique          

  • Harry Smith, Early Abstractions, 1939-1956, film 16 mm, couleur, sonore, 23’.
  • Norman McLaren, Synchromy, 1971, film 35 mm, couleur, sonore, 7’27”.
  • Thierry Vincens, Giraglia, 1968, film 35 mm, couleur, sonore, 5’37”.
  • Jordan Belson, Allures, 1961, film 16 mm couleur, sonore, 7’27”.
  • James Whitney, Lapis, 1963, film 16 mm, couleur, sonore, 9’20’’.

Séance 7 : Vendredi 15 mai 2015, de 12h à 15h
Animation et bricolage       

  • Len Lye, Experimental Animation, 1933, film 35 mm, noir et blanc, sonore, 2’07’’.
  • Oskar Fischinger, Komposition in Blau, 1935, film 35 mm couleur, sonore, 3’30”.
  • Alexandre Alexeieff, Claire Parker, Night on Bald Mountain (Une nuit sur le mont Chauve), 1933, film 35 mm noir et blanc, sonore, 9’.
  • Jean Desvilles, Une semaine de bonté ou les sept éléments capitaux, entre 1961-1965, 16 mm, noir et blanc, sonore, 18’.
  • Robert Breer, TZ, 1979, film 16 mm, couleur, sonore, 9’
  • Robert Breer, Sparkill Ave !, 1992, film 16 mm couleur, sonore, 5’
  • Karo Goldt, Subrosa, 2004, video, PAL, couleur, sonore, 3’.
  • Michel Gondry, Human Behaviour, 1994, video, PAL, couleur, sonore, 4’12’’.
  • Michel Gondry, Jöga, 1997, video, PAL, couleur, sonore, 3’24’’.

Renseignements : valentina.valentini@centrepompidou.fr

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique? Vincent Normand

© Is it a duck ? Is it a rabbit ? Joseph Jastrow, Popular Science Monthly, 1899

Dans le cadre du cycle de rencontres qu’ils organisent, la Bibliothèque Kandinsky et le Centre national des arts plastiques ont le plaisir de vous inviter à la présentation de

VINCENT NORMAND

mercredi 8 octobre, à partir de 18h30 à la Bibliothèque Kandinsky

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique ?

L’histoire des expositions fait actuellement l’objet d’un regain d’intérêt, dans un mouvement d’introspection sous-tendu par la spécialisation du rôle du commissaire d’exposition et la définition de sa fonction auteur. Le médium de l’exposition est cependant problématique à différents égards, symptomatique de divers processus d’institutionnalisation et des néo-positivismes que ceux-ci produisent. La recherche dont cette présentation rendra compte propose de considérer l’exposition comme un genre en soi, et d’en retracer la constitution historique en l’inscrivant d’une part dans l’histoire plus large du modernisme et d’autre part dans la matrice anthropologique de la modernité. À partir du médium de l’exposition, et à travers une sélection d’images et de diagrammes reconstituant quelques aspects de cette recherche, il s’agira de réinscrire l’espace de l’art dans une géographie des frontières conceptuelles et des lignes de partages que la modernité a simultanément imprimé dans le monde et naturalisé comme sol ontologique. Le médium de l’exposition peut être considéré comme un genre qui, du fait de son histoire institutionnelle (le musée), est constitué par la dialectique qui articule les opérations d’objectification aux processus de subjectivation, les sujets aux objets, et le discours des uns aux modes d’existence des autres. Le médium de l’exposition peut alors être décrit comme une « pratique de la limite » située à la charnière entre les fonds et les figures, consacré à la scénographie de leur séparation conceptuelle, politique et ontologique, mais où le clivage binaire que cette séparation implique est suspendu, rendu explicite, soumis à un processus de « dé-monstration », et transformé en un regard stéréoscopique sur sa construction historique. Cette scénographie de la limite, qu’on qualifiera d’ « ontographique », est une définition de l’exposition qui implique d’abandonner les histoires de l’art formalistes et les subjectivités artistiques comme principales ressources de légitimation de l’espace de l’art. En retour, elle permet de saisir les frontières et limites qui, dans leurs formes structurales présentes comme dans leurs ombres portées historiques, constituent les bordures ontologiques de cet espace, afin de situer le rôle de l’exposition dans la transformation de ses opérations conceptuelles et politiques.

Biographie : Vincent Normand est auteur et commissaire d’expositions. Ses projets d’expositions incluent Sinking Islands (Mexico City : LABOR, 2012), Fun Palace (Paris : Centre Pompidou, 2010) ainsi que le triptyque The Sirens’ Stage / Le Stade des Sirènes / Lo Stato delle sirene (Londres : David Roberts Art Foundation ; Paris : Fondation Kadist ; Rome : Fondazione Nomas, 2010). Il est co-auteur du film Contre-Histoire de la Séparation (avec Etienne Chambaud, 2010). De 2010 à 2012 il a co-édité la revue Criticism et co-dirigé le centre d’art Forde à Genève. Il co-dirige désormais le journal et plateforme de recherche Glass Bead (glass-bead.org), et enseigne à l’Ecole Cantonnale d’Art de Lausanne (ECAL). Sa recherche a notamment fait l’objet de conférences au Centre Pompidou (Paris), au Banff Center (Banff, Canada), à Artist’s Institute (New York), ou au Witte de With (Rotterdam). Il est par ailleurs membre de Synapse – International Curators Network au Haus der Kulturen der Welt, Berlin. Ses textes récents comprennent Echiquiers et Ronciers (in Pierre Huyghe, Paris : Centre Pompidou ; Cologne : Ludwig Museum ; Los Angeles : LACMA, 2013), The Unlimited Realm of the Limit: Objectivity and Schizophrenia (wdwreview.org) et In the Planetarium (in Art in the Anthropocene: Encounters Among Aesthetics, Politics, Environments and Epistemologies, Open Humanities Press, 2014, ed. Heather Davis and Etienne Turpin).

En 2013, il a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques pour son projet de recherche “The mute things speak to me”: géologie de l’exposition.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY                                                            Centre Pompidou, niveau 3, 75004, Paris

 

Conférence Vidéo et après : la Vidéo à Vincennes, centre universitaire expérimental, 1969/1980

La Bibliothèque Kandinsky est associée au programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique » dans le cadre du Labex Arts H2H.  Le Centre Pompidou propose ainsi plusieurs fois par an des séances dédiées aux vidéos conservées dans la collection du Musée national d’art moderne ou à des problématiques touchant à l’émergence de l’art vidéo. 


Videovincennes

 

 

 

Revues en ligne

 

Depuis Septembre 2014,  plusieurs revues en abonnement à la Bibliothèque Kandinsky sont désormais disponibles en version électronique en accès libre depuis un poste de travail du Centre Pompidou.

La version électronique de ces revues permet une recherche par mot dans l’ensemble du texte des articles parus ces dernières années.  Les articles sont disponibles au format PDF et sont également téléchargeables.

revues en ligne

Anabases d’Eric Baudelaire

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP, la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY  du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou  et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le mercredi 24 septembre, à partir de 18h30 le lancement de :

ANABASES

Publié par Archive Books

L’occasion d’une discussion rythmée par l’idée de l’Anabase, où l’ouvrage prend sa source, qui permettra d’évoquer tour à tour les enjeux graphiques posés par cette monographie d’artiste, mais également les liens entre cinéma et littérature, ou plus spécifiquement la place de « l’espace littéraire » au cinéma.

En présence de :

Eric Baudelaire, artiste

Jean-Pierre Rehm, critique d’art et directeur du FIDMarseille

Jean-Marie Courant (Regular), designer graphique

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 BIBLIOTHEQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3,

75004 Paris

Ettore Sottsass

Grâce à la très belle donation consentie en juillet 2013 par  Madame Barbara Radice Sottsass, le Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle conserve les archives du grand designer italien dont quelques pièces sont présentées actuellement dans les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky. Alors que la collection du musée comportait déjà 431 pièces (dessins et objets), cette donation permet désormais de mettre à disposition des chercheurs et spécialistes du design des ensembles essentiels à la connaissance et à la compréhension du travail de l’artiste.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Les quelques 120 carnets de dessins et agendas contenus dans le fonds vont prochainement être numérisés, facilitant les recherches sur la gestation des projets de Sottsass en matière de design industriel, de céramiques, de mobiliers, de bijoux, d’architecture imaginaire… 10.000 photographies d’objets et de présentations pour des expositions des années 1950 à la fin de sa vie montrent également la diversité de sa production qui donna lieu à de multiples catalogues et articles de revues, déjà présents dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky.  Par ailleurs, des années 1930 aux années 1950, alors qu’il était difficile de se procurer des livres illustrés, rares et chers, Ettore Sottsass a rassemblé et classé dans des boites diverses collections : cartes postales, illustrations découpées dans des magazines, ou prélevées sur des emballages d’objets, affiches politiques, touristiques, publicitaires… constituant un répertoire iconographique et typographique auquel il s’est référé tout au long de sa vie.   
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sa pratique systématique de la photographie se rapproche de cette même logique : 100.000 vues sous forme de négatifs et planches-contact ont ainsi été réalisées entre 1950 et 2007, classées et organisées par ses soins et ceux de ses assistants. Utilisée ainsi de manière systématique pendant un demi-siècle, la photographie constitue une sorte de carnet de notes, témoignage de ses voyages, de ses rencontres, des vernissages et autres évènements auxquels il participe. On accompagne ainsi ce voyageur infatigable dans tous les pays d’Europe, aux Etats-Unis, en Inde, au Yémen, au Japon, en Chine, au Vénézuela… on découvre un œil attentif aux paysages, aux détails architecturaux, aux enseignes, aux matériaux mais aussi aux hommes et femmes dont il réalise les portraits ou qu’il photographie au cours de performances, de manifestations etc… dans la revue Terrazzo qu’il contribue à fonder, Ettore Sottsass disposera d’une rubrique intitulée Travel notes dans laquelle il associe texte et photographies, montrant que le geste photographique est aussi pensé comme partie intégrante de son œuvre.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

 

Ettore Sottsass fut aussi un collectionneur de livres, sa bibliothèque personnelle, riche de près de 6.000 ouvrages, comme ses textes manuscrits et certains dossiers de projets, font également partie de la donation consentie par Mme Barbara Radice Sottsass au profit du Centre Pompidou. Ces parties du fonds rejoindront la Bibliothèque Kandinsky dans les années à venir.     

 

Repères biographiques

14 sept. 1917   Naissance à Innsbrück

1939                     Diplôme d’architecture au Politecnico de Turin

 1946-1947     Démarre sa carrière d’architecte, participe au plan Marshall pour la reconstruction des villes de Savona et Novara

1956                     Voyage aux Etats-Unis où il travaille avec George Nelson, découvre le travail de Charles Eames et la peinture informelle de Pollock, De Kooning, Gorky. Voyage à San Juan, Porto Rico ; à Haiti ; à Cuba ; à Saint-Domingue et en Dominique.

1958                     Début de la collaboration avec Olivetti. Conçoit des machines à écrire, et calculatrices (« Elea 9003 » 1958, « Tekne 3 » 1958-1960, « Praxis 48 » 1962-1963, « Valentine » 1969). Il reçoit le Compasso d’oro en 1959 pour Elea 9003.

1961                     Voyage en Inde où les couleurs, les modes de vie et le rapport à la mort bouleversent sa vision du monde. (Inde à New Delhi, Khajurâho, Agra, Fatehpur Sikri, Amber, Jaipur, Gwalior, Mahabalipuram, Madras, Konarak, Bhubaneswar, Benares, Bhopal, Sanci, Bombay ; en Thailande à Bangkok ; sur l’Ile de Ceylan ; au Népal à Katmandou, Patan ; en Birmanie ; au Pakistan à Karachi).

 1962                     Se rend à Palo Alto en Californie aux États-Unis pour se faire soigner d’une grave maladie. Il y découvre les mouvements underground américains : la contestation étudiante, le Pop Art, la Beat Generation. De ses voyages, naissent les séries Céramiques des ténèbres (1963) et Céramiques des lumières (1964).

1976                     Exposition Ettore Sottsas Jr : de l’objet fini à la fin de l’objet, Centre Georges Pompidou – Centre de création industrielle, commissaire : François Burkhardt.

1981                     Fonde le groupe Memphis. Il obtient l’appui financier d’Ernesto Gismondi, patron d’Artémide, société italienne d’art de la table et de luminaires, l’assistance commerciale du magasin Godani et l’aide technique de l’ébéniste Renzo Brugola et s’entoure également de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi et de Barbara Radice, journaliste et critique d’art qui prend la direction artistique du groupe. Il quittera Memphis en 1985. Fonde la société Sottsass Associati avec Marco Zanini et Aldo Cibic et se consacre à des travaux de design industriel et d’architecture pour des clients tels Apple, Phillips…

1987-1989             Réalise la maison Wolf, au Colorado, Etats-Unis.

1992                      Expose une collection de mobilier Memphis lors de l’exposition « Rovine » à la Design Gallery Milano, à Milan. Réalise la maison Yuko, à Tokyo, Japon.

1994                      Ettore Sottsass, rétrospective, Centre Georges Pompidou – MNAM-CCI, commissaire Marie-Laure Jousset.

[…] Imprégné des éléments de la vie quotidienne, issu de toute une série de fragments d’images, de souvenirs de voyages, de cultures exotiques, tout le travail de Sottsass donne l’idée d’un grand collage spatial. Sa démarche ne suit pas, en effet, des lois strictes de composition, et ses projets procèdent souvent de l’assemblage de formes archétypes et de figures simples, cylindres, sphères, carrés…, s’opposant dans l’esprit à tout processus rationnel. in Brigitte Fitoussi, Le Magazine, n°80, 15 mars-15 mai 1994.

2005                      Rétrospective au Musée d’Art moderne et contemporain de Trento et Rovereto, Italie. 

 31 déc. 2007  Décès à Milan.