L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Située dans l’espace même du musée, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prend la forme d’une succession d’ateliers de travail exclusivement arrimés aux sources primaires de la construction du savoir artistique : photographies, manuscrits (notes, rapports, questionnaires) et aux “sources des sources“ (périodiques, catalogues et dossiers documentaires, dossiers de presse).

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public transversal de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Leur participation les conduit à exposer l’état de leurs travaux, à les confronter aux différentes formes de documentation et à contribuer au débat critique autour de modes de production et de réception de l’histoire de l’art. Les séances de présentation de travaux alternent avec des ateliers d’écriture et avec les visites des réserves de musées, de dépôts d’archives ou d’ateliers d’artistes. L’Université d’été inclut la production d’une publication, reflet des débats et espace de consignation des contributions des chercheurs.

Le carnet de la BK

Le carnet de la Bibliothèque Kandinsky se veut un carnet de bibliothèque fédérateur des recherches transversales et du partage des savoirs spécialisés des documentalistes, conservateurs et boursiers du Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou, mais aussi des chercheurs extérieurs et artistes-chercheurs qui puisent dans les ressources documentaires de la Bibliothèque et qui contribuent à la mise en valeur de ses collections, dans des projets d’exposition et de recherche innovants. Il participe à l’enrichissment de la réflexion sur le statut des objets documentaires, les méthodes historiographiques et d’analyse et sur la mobilisation de l’outillage documentaire dans l’écriture de l’histoire de l’art moderne et contemporain. Il accompagne en même temps les différents projets scientifiques de partenariat avec le monde universitaire et leur donne une plateforme visible de valorisation et d’échange.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Travailler sur l’histoire des expositions dans une institution dont le cœur d’activité consiste à en produire sans cesse de nouvelles est sans aucun doute une démarche intrigante. Travail sans fin qui suppose de se retourner sur les expositions passées, questionnant ainsi les pratiques curatoriales à l’œuvre, il est aussi pour l’archiviste une bonne occasion de revenir aux bases de sa pratique professionnelle. Ainsi se pencher sur une exposition passée en la qualifiant de « légendaire » a suscité quelques interrogations. En effet, alors que la légende constitue un « récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination populaire ou l’invention poétique »[i], l’impact mémoriel comme la matérialité des archives de l’exposition s’imposent à nous comme des faits réels, contribuant à construire autour de Magiciens de la terre (1989) un discours historique, contrepoint de la légende créée autour de cet évènement.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l'Université d'été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d'Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l’Université d’été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d’Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sans doute l’invention poétique s’incarne-t-elle aux yeux du public d’aujourd’hui par l’œuvre imaginée par Sarkis à partir des photographies prises pendant l’exposition de 1989. Continuer la lecture de Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.