Martial Raysse. Deux ou trois pas dans les nuages

Enfant terrible de la côte niçoise, naturellement trempé en martialcolor et aux antennes de néon vibrant sur les ondes de swinging sixties, Martial Raysse sût instiller son « Hygiène de la vision » dans des assemblages hétéroclites connectés aux temps des Prisunics et à la société des loisirs, avec une pincée de mauvais goût. Il sera vite embarqué dans l’aventure des Nouveaux Réalistes à côté d’Arman et d’Yves Klein, imaginant une nouvelle géographie artistique étendue sur l’axe Los Angeles – Nice – Tokyo. Il y débarquera avec la même vivacité pour retrouver le milieu de Chelsea Hotel, pour côtoyer Virginia Dwan, Alexandre Iolas, Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Désenchanté, il s’aventurera dans les espaces sidéraux du Grand Départ, parmi des formes en liberté, éléments nouveaux d’une exploration imaginaire syncrétique et poétique. Pour subir ensuite, en milieu du chemin, la révélation de la peinture avec la série Spelunca et pour y croire, aujourd’hui encore, dans les grandes kyrielles carnavalesques et populaires de la peinture à l’état sauvage.

En écho à la grande rétrospective qui lui est dédié par le Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky capture cette trajectoire remarquable d’un artiste qui a su expérimenter et se réinventer avec fougue et opiniâtreté. En filigrane, elle restitue ici à travers les regards de Jacqueline Hyde, Harry Shunk et János Kender, Jean-Yves Mock ou bien à travers les livres d’artiste édités par Claude Givaudan et Sergio Tosi, le parcours en couleurs fluo de Martial Raysse tout en évoquant quelques épisodes – charnière : du « Dylaby » de 1962 au Stedelijk Museum d’Amsterdam, à travers la Biennale de Venise de 1966 et jusqu’à la petite plaquette exquise quasi-anonyme de Riverside D tout seul Ankammon. Les archives personnelles, généreusement prêtées par Madame Brigitte Camelot viennent ponctuer de manière significative l’ensemble de cette présentation.