Hommage à Jacqueline Hyde (1922-2013)

Photographe d’œuvres d’art, c’est d’abord à la revue Future que  Jacqueline Hyde se formera à la prise de vue et au tirage noir et blanc. Jeune femme de 25 ans, née allemande sous le nom de Hilde Heilbronner,  vétéran de  la Royal Air Force où elle servit entre 1940 et 1945 après avoir pris la nationalité britannique, Jacqueline Hyde s’oriente vers une carrière de photographe sur les conseils insistants de sa mère qui la présentera au photographe Georges de Miré puis à Paul Facchetti. Elle poursuit sa formation en photographiant de nombreuses œuvres du Louvre pour le compte de ce dernier puis pour une maison d’édition anglaise qui a le projet de faire paraître un livre de René Huyghe.

En 1949, Jacqueline Hyde devient photographe indépendante spécialisée dans la reproduction d’œuvres d’art. Elle commence alors une carrière fructueuse et collabore avec des acteurs majeurs du monde de l’art parisien notamment Jean Hugues fondateur de la Galerie Le Point Cardinal, les galeristes Alexandre Iolas, Iris Clert, Jean Fournier mais aussi l’artiste Max Ernst ou encore madame Gruner-Schlumberger créatrice de la Fondation des Treilles. Tout au long de sa carrière elle aura contribué à l’iconographie d’une cinquantaine d’ouvrages dédiés à l’art, établit l’inventaire photographique de collections privées ou participé à l’élaboration du catalogue de nombreuses galeries.

En 2012, Jacqueline Hyde a souhaité donner son fonds photographique au Centre Pompidou  où il est maintenant  conservé dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky. Ce formidable corpus de plus de 4000 clichés constitue, pour les chercheurs, une source à part entière de l’art moderne et contemporain  qui « contribuera sans conteste, comme l’a souligné le Président Alain Seban,  à renouveler et à enrichir l’écriture de cette histoire ».