Archives de catégorie : Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

J6 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mercredi 8 juillet

CHAPITRE III. VIE DES IMAGES ET DES REPRESENTATIONS

9h30 — Leila DANZIGER
« Un atlas pour les bibliothèques spoliées »

9h45 — Benjamin FELLMANN
« Nazi-looted pianos in the Palais de Tokyo : Primary sources and artistic practice at work. Laetitia Badaut Haussmann’s installation „No One Returns“ and the storage of pianos from Jewish owners in
the basement of the Palais de Tokyo during the Occupation »

10h00 — Raphaël DENIS
« La Loi normale des erreurs » : présentation du projet.

10h15 — Discussion

11h00 – Arno GISINGER, artiste et enseignant-chercheur à l’Université Paris 8, Paris
Retour sur l’exposition « Invent arisiert », Mobiliendepot Wien, Autriche (2000)
et Anna ARTAKER, artiste et chercheuse, Akademie der Bildenden Künste Wien (Autriche)
Retour sur l’exposition « Rekonstruktion der Rothschild’schen Gemäldesammlung in Wien », Autriche,
(2013-2014)

12h00 – Laetitia BADAUT HAUSSMANN, artiste, Paris (sous réserve)
Retour sur l’exposition « No One Returns », Palais de Tokyo, Paris (2010)

12h30 – Ellie ARMON AZOULAY, artiste, Israel/ France
« Evolution of display and the role of Jeu de Paume »

15h00 – Visite du Palais de Tokyo et du site Bassano avec Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherches au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique

J5 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mardi 7 juillet

Journée de travail conçue et accueillie par les Archives Nationales, site de Pierrefitte avec Isabelle CHAVE, conservatrice

1. Les lieux de l’histoire : la scène parisienne
10h00 « Des lieux de production des archives en 1939-1945 aux centres de conservation en 2015 : une lecture cartographique »,
par Yann POTIN, AN, et Cyril DAYDÉ, MAE

10h30 Échanges et questions

2. Les acteurs des pillages et de la spoliation
10h45 « Hermann Bunjes et la Kunsthistorische Forschungsstätte à Paris », par Christian FUHRMEISTER, ZIKG Munich

11h00 « Commissariat général aux Questions juives : organisation, rôle et archives », par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

11h20 « Administrateurs provisoires et marchands d’art : rôle et traces dans les archives judiciaires »,
par Violaine CHALLÉAT-FONCK, AN

11h40 « Commissaires priseurs : ventes, marché de l’art et traces dans les archives », par Isabelle ROUGE-DUCOS, SIAF

12h00 Échanges et questions

12h20 Sophie JULIARD-LEPRÊTRE
« Marché de l’art et spoliation d’oeuvres d’art à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale »

12h45 Déjeuner sur place

3. Identification et revendication des biens patrimoniaux et artistiques spoliés
13h45 « L’administration des Beaux-arts et les spoliations (le rôle de Jacques Jaujard et de Rose Valland, la mise à l’abri des collections, la récupération artistique) »,
par Clothilde ROULLIER et Marine ZELVERTE, AN

14h30 Échanges et questions

14h45 Małgorzata A. QUINKENSTEIN
« Arthur Bryks and Foundation La Porza. The search for personal stories in the context of European history of looted art »

4. Indemnisations et restitutions
15h30 « Service de restitution des biens des victimes des lois et mesures de spoliations : organisation, rôle et archives »,
par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

15h50 « L’indemnisation des biens spoliés dans le cadre des dommages de guerre », par Sylvie ZAÏDMAN, AN

16h15 Échanges et questions

5. Clôture de la journée.
16h30 « L’actualisation du Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions (Paris, La Documentation française, 2000) », par Emmanuel PÉNICAUT, SIAF

J4 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, lundi 6 juillet

CHAPITRE II.
BIOGRAPHIES DES FONDS D’ARCHIVES ET DES SOURCES ECRITES

Journée de travail accueillie par les Archives diplomatiques (Ministère des Affaires Etrangères), à La
Courneuve, avec Frédéric BALEINE DU LAURENS, ministre plénipotentiaire hors classe, Anne
LISKENNE, conservatrice et Cyril DAYDÉ, conservateur.

Salle B.038. Les sessions de la matinée sont ouvertes au public.

10h00 – Christian FUHRMEISTER,
historien de l’art, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich
« Pour une cartographie historique et géographique de fonds d’archives sur les spoliations nazies d’oeuvres d’art »

11h00 – Ines ROTERMUND-REYNARD, historienne de l’art
« Une diaspora d’archives : parcours d’archives privées »

12h00 — Frédéric BALEINE DU LAURENS,
ancien directeur des Archives diplomatiques
« Une histoire des archives de la spoliation aux Archives diplomatiques »

13h00 — Déjeuner sur place

14h00 — Patricia KENNEDY GRIMSTED
« ‘Biography’ of ERR Archival Remains in France and Sources Relating to the Retrieval and Restitution of ERR Loot »

14h30 — Emily LÖFFLER
« Retours d’oeuvres d’art depuis la Zone française d’occupation en Allemagne ou Comment faire parler le livre d’inventaire du Central Collecting Point Baden-Baden »

14h45 – Sylvie HARBURGER
« Comment reconstituer la production artistique d’un artiste dont le fonds d’atelier a été pillé pendant l’Occupation, le cas Francis Harburger (1905-1998) »

15h00 – Discussion

15h30 – Présentation des instruments de recherche dans les archives de la récupération des biens culturels spoliés et des zones d’occupation française en Allemagne et en Autriche.

Exposition de quelques documents-types,
avec Anne LISKENNE et Cyril DAYDÉ

J3 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, samedi 4 juillet

Centre Pompidou, niveau 4

9h30 — MaryKate CLEARY
« The Galérie Paul Rosenberg : Networks of trade and mechanisms of transfer in the Nazi-era French art market »

9h45 — Nicolas FIERVILLE
« De la stigmatisation à la mémoire: l’itinéraire d’Otto Freundlich & de son Homme nouveau entre l’Allemagne et la France »

10h00 — Discussion

11h00 – Didier SCHULMANN,
conservateur, Bibliothèque Kandinsky, MNAM, Centre Pompidou
« Histoires d’oeuvres à l’épreuve des sources. Retour d’expériences »

11h45 – Muriel de BASTIER,
responsable du Service des biens culturels de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS)
« Portrait d’un homme : l’itinéraire du MNR n° 801 jusqu’à sa restitution »

12h15 Discussion

14h30 – Atelier de travail autour des oeuvres MNR dans les collections MNAM/Centre Pompidou, avec Camille MORANDO (responsable de la documentation des oeuvres pour les
collections modernes au MNAM/ référente pour les oeuvres MNR, MNAM/ Centre Pompidou)

17h00 – Visite au Jeu de Paume

 

J2 : Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, 3 juillet

CHAPITRE I.
BIOGRAPHIES DES OEUVRES ET DES COLLECTIONS

9h30 – Elia GAETANO
« Les Italiens de Paris »

9h45 – Valerie ENDER
« The lost artworks of the Thannhauser galleries during WWII »

10h00 – Wiebke HÖLZER
« French artworks in the collection of Max Liebermann »

10h15 — Discussion

11h00 – Leora AUSLANDER, Arthur and Joann Rasmussen, Professor in Western Civilization, University of Chicago
« How things live the transition from peace to war and back again »

12h00 Discussion

Centre Pompidou, niveau 4. 

Ouverture de l’Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour 

14h00 – Éric MICHAUD, directeur d’études, CRAL-CEHTA, EHESS
« L’histoire de l’art et le sang germanique : de la Völkerwanderung au national-socialisme »

15h00 – Florent BRAYARD, directeur du CRH, responsable de l’équipe « Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS
« Le meurtre des Juifs d’Europe »

16h00 — 17h30 Discussion

18h30 Ouverture publique de l’Université d’été
en petite Salle, forum -1
Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou
Bernard BLISTÈNE, Directeur, Musée National d’Art Moderne,

suivie à 19h00 de la conférence inaugurale, par Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art à la Technische Universität Berlin
« La « diaspora des oeuvres ». Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées.»

La « diaspora des oeuvres » Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées

2 juillet 2015
Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm
Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre
photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une
identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

Conférence inaugurale 
Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art
à la Technische Universität Berlin

Les travaux de Bénédicte Savoy portent sur les spoliations d’oeuvres
d’art, sur les transferts culturels en Europe des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que sur l’histoire des musées et des collections. Elle est
notamment l’auteure de  Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels pratiquées par la France en Allemagne autour de 1800
(Paris, MSH, 2003).

18h30 – PETITE SALLE, NIVEAU -1
Entrée libre dans la limite des places disponibles

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY, 2-11 juillet 2015, Centre Pompidou

Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm
Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au  printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète
des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : 
http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

LES SOURCES AU TRAVAIL
Les spoliations d’oeuvres d’art par les nazis – la scène parisienne

APPEL A CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du  Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages et appropriations. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la
Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, etc., qui partagent un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires.

Implantée dans une salle du musée, la grande table-vitrine autour de
laquelle s’assemblera l’Université d’été sera constamment visitable jusqu’en septembre, au-delà des dix journées de son déroulement. Les cimaises dont la table-vitrine est entourée recueilleront les fac-similés, ou les reproductions, des sources archivistiques et des documents proposés ou évoqués au cours des séances. A l’issue de chaque étape du déroulement du programme de l’Université d’été, ces planches seront photographiées. Dans le cadre d’ateliers
d’écriture, les planches seront annotées, commentées et assorties de notices par les participants et les intervenants, sous la conduite d’une direction artistique et avec l’aide de graphistes qui en assurent la mise en page. La production éditoriale de ces échanges, le « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky », sera alors, tout à la fois, un recueil de sources, un reflet du travail accompli et des questionnements partagés, et une création graphique.

Le crime des spoliations et la politique de restitutions qui lui a répondu ont fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, d’importants investissements, historiographiques, institutionnels, juridiques ou même artistiques. De nombreux colloques ou propositions artistiques récentes montrent à l’envie les enjeux brûlants qui se profilent derrière cette question patrimoniale qui n’est technique qu’en apparence. Dans la nouvelle édition de son Université d’été, la
Bibliothèque Kandinsky propose de procéder à un réexamen du dossier en revenant au point de départ, c’est-à-dire aux sources.

Les sources ? On n’insiste jamais assez sur la multiplicité de leur sens et de leurs usages. Elles servent à écrire et comprendre l’histoire de ce qui s’est passé. Dans le cas présent, ce sont elles également qui permettent de débrouiller le parcours tortueux des oeuvres et la légitimité des éventuelles demandes de restitution. Elles peuvent enfin servir de support à des opérations intellectuelles plus complexes, celles d’artistes contemporains dont les oeuvres, se référant à celles que les nazis ont ciblées du fait de leur auteur ou de leur propriétaire, disent quelque chose de la manière dont ce
passé est partie prenante de notre présent. Or une source, en elle-même, à elle seule, ne dit rien ou si peu. Ce qui fait sens, c’est la manière dont nous sommes capables de les articuler les unes aux autres, de procéder à des raccords contextuels multiples et de donner à voir la stratification des enjeux de la spoliation.

L’Université d’été mettra un choix de sources à disposition des participants qui sont, pour leur part, invités à enrichir cet ensemble en apportant les sources utilisées dans leurs travaux. Il s’agira certes, par un travail collectif, de mettre en oeuvre un répertoire d’opérations historiographiques, mais aussi d’exercer son sens critique et sa capacité d’inventivité. L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky 2015 sera donc l’occasion de mettre les sources « au travail » – de mettre au travail de jeunes chercheurs, étudiants conservateurs ou artistes sur les sources des spoliations d’oeuvres d’art par les nazis sur la scène parisienne.

Continuer la lecture de UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY, 2-11 juillet 2015, Centre Pompidou

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Située dans l’espace même du musée, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prend la forme d’une succession d’ateliers de travail exclusivement arrimés aux sources primaires de la construction du savoir artistique : photographies, manuscrits (notes, rapports, questionnaires) et aux “sources des sources“ (périodiques, catalogues et dossiers documentaires, dossiers de presse).

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public transversal de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Leur participation les conduit à exposer l’état de leurs travaux, à les confronter aux différentes formes de documentation et à contribuer au débat critique autour de modes de production et de réception de l’histoire de l’art. Les séances de présentation de travaux alternent avec des ateliers d’écriture et avec les visites des réserves de musées, de dépôts d’archives ou d’ateliers d’artistes. L’Université d’été inclut la production d’une publication, reflet des débats et espace de consignation des contributions des chercheurs.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Travailler sur l’histoire des expositions dans une institution dont le cœur d’activité consiste à en produire sans cesse de nouvelles est sans aucun doute une démarche intrigante. Travail sans fin qui suppose de se retourner sur les expositions passées, questionnant ainsi les pratiques curatoriales à l’œuvre, il est aussi pour l’archiviste une bonne occasion de revenir aux bases de sa pratique professionnelle. Ainsi se pencher sur une exposition passée en la qualifiant de « légendaire » a suscité quelques interrogations. En effet, alors que la légende constitue un « récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination populaire ou l’invention poétique »[i], l’impact mémoriel comme la matérialité des archives de l’exposition s’imposent à nous comme des faits réels, contribuant à construire autour de Magiciens de la terre (1989) un discours historique, contrepoint de la légende créée autour de cet évènement.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l'Université d'été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d'Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l’Université d’été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d’Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sans doute l’invention poétique s’incarne-t-elle aux yeux du public d’aujourd’hui par l’œuvre imaginée par Sarkis à partir des photographies prises pendant l’exposition de 1989. Continuer la lecture de Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.