Archives de catégorie : Actualités / News

Hommage à Marie-Hélène Breuil

« il a fallu longtemps pour reconnaître la toile nonpeinte  comme une des plus belles peintures de paysage. il a fallu que la toile peinte de la même couleur que le mur lui indique le chemin, en avant-garde. Il a fallu se planter devant un des modèles les plus anciens de la peinture, l’ouverture, l’entrée de la caverne, la fenêtre, reconnaître qu’une nouvelle étape pouvait être franchie, sauter le pas » (claude rutault, dé-finitions/méthodes 1973-2016, relire [sans bégayer] – réécrire [sans recopier] – repeindre [sans imiter])

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter pour rendre hommage à Marie-Hélène Breuil, à son travail sur l’œuvre de Claude Rutault et sur la restauration d’art contemporain à l’occasion de la présentation des éléments des archives de Claude Rutault et de l’ouvrage « dé-finitions/méthodes 1973 – 2016 », Genève, Mamco, 2016

Jeudi 5 octobre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Une table ronde en présence de Claude Rutault, David Kidman, cinéaste, et époux de Marie-Hélène Breuil, Thierry Davila, responsable des éditions au Mamco, Genève, Jean-Philippe Billarant, collectionneur et mécène, Jeanne Gailhoustet, artiste et directrice de l’École nationale des beaux-arts de Limoges, Emilie Parendeau, artiste, Marc Kopylov, éditeur aux Éditions des Cendres, Paris, Cécile Dazord, conservatrice et chercheuse au Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf) Agnès Cascio, restauratrice, Adriana Blendea, restauratrice.

Marie-Hélène Breuil est disparue le 1 avril 2016.

Son intérêt pour le travail de Claude Rutault date de plus de vingt ans, mais la collaboration s’est intensifiée avec le travail sur la publication de Claude Rutault, définitions/méthodes le livre, Paris, Productions Flammarion 4, 2000, livre entièrement réalisé par les Éditions des Cendres. Elle a publié de nombreux articles par la suite, organisé des expositions et également écrit quatre livres sur l’ensemble et sur les aspects spécifiques du travail de Claude Rutault ; claude rutault, le jeu de la peinture sur une grille de marelle, 2009-1971, Paris, Bernard Chauveau  Editeur, 2009. « Entretien écrit avec Claude Rutault », dans Michel Gauthier, Marie-Hélène Breuil, Claude Rutault, Paris, Flammarion, 2011, Claude Rutault, peinture, écriture, sociabilité́, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014 (le sujet de sa thèse de doctorat, soutenu en 2009), Claude Rutault, L’Inventaire, Genève, Mamco, 2015.

Sa contribution à la compréhension et interprétation du travail de Claude Rutault est largement reconnue et saluée. En 2015, elle a travaillé sur les archives de Claude Rutault en vue de leur donation à la Bibliothèque Kandinsky. Une sélection à partir du fonds d’archives conservé à la Bibliothèque sera présenté lors de la soirée.

En parallèle du travail sur Claude Rutault, Marie-Hélène Breuil a enseigné l’histoire de l’art au département de la restauration des œuvres sculptées à l’École supérieure des beaux-arts de Tours, en tant que co-coordinatrice du cycle ces dernières années, où elle a proposé, puis mené des études sur la restauration des œuvres contemporaines. Elle a mené des programmes de recherche sur des questions sur les possibilités de restauration des œuvres, compliquées par la conception, les matériaux, les technologies et leur obsolescence de ces travaux. Un croisement inévitable avec le travail de Claude Rutault s’est opéré. Un nouveau film en hommage à Marie-Hélène sera projeté lors de la soirée ainsi que son film portrait, réalisés par David Kidman.

Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d’autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

www.centrepompidou.fr

 

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Jacques Donguy, PD-EXTENDED 1 POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

PD-EXTENDED 1  POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

Livre de Jacques Donguy, présentation par l’auteur

en présence de Gaëlle Théval, universitaire, et de Sarah Cassenti, maquettiste

Mercredi 7 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Monographie de référence consacrée au pionnier de la poésie numérique en France, cet ouvrage propose une documentation illustrant de nombreux projets récents, notamment pd-extended 1, ainsi qu’un corpus théorique compose de l’ensemble des textes de Donguy initialement publiés entre 1984 et 2015, et devenus pour la plupart introuvables.

Pd-extended 1 – Poésie numérique en Pure Data débute par une préface explicative de Jacques Donguy, sous le titre “Médias liquides en Pure Data”, introduisant une série de 80 captures d’écran du projet de 2013 pd-extended 1, texte en aléatoire composé de typographies, d’images et de sons.

L’ouvrage documente aussi d’autres projets, dont plusieurs œuvres produites sur le mythique Atari 520ST (1993), Tag-Surfusion 3D créé à São Paulo en 2009 pour l’Année de la France au Brésil et Numerica 11 (2011).

Suit l’ensemble des textes théoriques publiés sur plus de 30 ans, textes parus soit en revues (Autrement, Le Magazine Littéraire, Celebrity Cafe…), soit à l’occasion de colloques universitaires ou dans des publications devenus aujourd’hui inaccessibles, dont un texte pionnier paru en 1984 dans la revue Inter au Québec. Un corpus théorique consacré à ce qu’on a d’abord appelé la Poésie électronique, puis, suite au manifeste paru dans Art Press en 2002, la Poésie numérique. Les annexes sont composées d’une liste des performances de Poésie numérique que Jacques Donguy a réalisées, d’une liste de ses publications sur supports numériques (CD, CD-ROM, DVD, DVD-ROM), et d’une liste des expositions incluant la Poésie numérique en France et à l’étranger.

Par ce corpus de textes théoriques, il s’agit d’une traversée de l’histoire de la poésie numérique, mouvement littéraire international apparu au début des années 1980 avec les premiers ordinateurs portables grand public et les pratiques liées au minitel. On pourra également saisir les flottements sur l’appellation de ce mouvement, l’évolution rapide des capacités de la mémoire de l’ordinateur et constater l’obsolescence accélérée des logiciels et des systèmes d’exploitation. Dépendante depuis Gutenberg de la technologie de l’imprimerie, la notion de littérature, élargie ici à l’image et au son, sera confrontée à son propre avenir et aux différentes formes de pérennisation. Qu’en est-il d’une littérature qui ne dépend plus exclusivement du médium typographique?

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du Centre national des arts plastiques (édition numérique).

Jacques Donguy

Critique d’art, poète, traducteur d’Augusto de Campos et théoricien (il a enseigné à Paris I), co-fondateur de la galerie d’art contemporain J&J Donguy, il pratique le premier en France, depuis 1983, la Poésie numérique (ce dont témoigne la publication d’un article dans Inter au printemps 1984), en collaboration entre autres pour les performances avec Guillaume Loizillon, Laurent Mercier ou Étienne Brunet. Il utilise depuis le début l’ordinateur en faisant appel à des procédures basées sur le hasard, en écho direct à Stéphane Mallarmé et à son Coup de Dés.

Jacques Donguy est aussi l’éditeur, avec Sarah Cassenti et Jean-François Bory, de la revue Celebrity Cafe.

Sarah Cassenti

Graphiste de l’ouvrage, Sarah Cassenti est artiste, à l’origine du groupe des Idiotes avec Hélène Defilippi. Elle a récemment participé au livre Le Générateur 10 ans d’art et de performances 2006-2016.

Gaëlle Théval

Chercheure associée au THALIM de l’Université Paris 3, spécialiste des poésies expérimentales, elle a notamment publié Poésies ready-made, XXe-XXIe siècles (L’Harmattan, 2015).

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

L’œuvre d’art comme vedette de cinéma

Séance du samedi 22 Avril- 11h15- Cinéma 2- Entrée Libre

Dans les années 1940-1950, les films documentaires sur l’art matérialisent des recherches formelles fortement expérimentales, de sorte qu’« un film sur l’art n’est réussi que s’il est également, franchement, un film d’art » (Steven Jacobs). Plus qu’objets de documentaire, les œuvres d’art sont souvent mises en mouvement, sinon animées par le médium filmique : elles deviennent même des acteurs de cinéma à part entière.


Henri Alekan, L’Enfer de Rodin © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky, Fonds Audiovisuel

Luciano Emmer, Raconto da un affresco, 1946, 35 mm, noir et blanc, sonore, 10’

Alain Resnais, Gaston Diehl et Robert Hessens, Vincent Van Gogh, 1948, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’53’

Henri Storck, Le monde de Paul Delvaux, 1944-1946, 16 mm, noir et blanc, sonore, 11’

Henri Alekan, L’Enfer de Rodin, 1959, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’

Carlos Vilardebo, Le cirque de Calder, 1961, 16 mm, couleur, sonore, 18’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Natalia Klanchar, Isabelle Daire, Etienne Sandrin, Bibliothèque Kandinsky, service des collections films et nouveaux-médias.

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous convier à la rencontre – débat autour de la parution de

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

Sous la direction de V.I. Rakitine, A.D. Sarabyanov

(ed. Global Expert and Service Team)

Lundi 13 mars, à partir de 18h30

Salle de Lecture de la Bibliothèque Kandinsky,

Centre Pompidou – Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Les deux premiers tomes de l’Encyclopédie, consacrés aux arts plastiques et à l’architecture contiennent une synthèse systématique des documents consacrés à l’histoire et à la théorie du mouvement avant-gardiste en Russie, à partir de 1907 et jusqu’en 1932.

Ces documents réunissent toutes les informations générales sur les participants du mouvement avant-gardiste russe de la première moitié du XXe siècle : artistes, architectes, photographes, hommes de lettres, auteurs dramatiques, etc. Le caractère unique de l’Encyclopédie consiste dans l’envergure du travail scientifique réalisé par ses auteurs et leurs collaborateurs scientifiques.

Avec plus de 2000 œuvres picturales et graphiques, accompagnées d’un riche apparat bibliographique, l’Encyclopédie rassemble des œuvres à travers les collections de la Galerie nationale Tretiakov, du Musée d’État russe, des établissements culturels et collections particulières de la Russie et du monde entier.

Les deux volumes comprennent plus de 1200 articles rédigés par 169 historiens de l’art russes et internationaux. 88 musées russes et étrangers, des fonds d’archives littéraires et artistiques, des collectionneurs particuliers et des galeries ont également contribué à cet ouvrage. Avec un souci d’exhaustivité, cette édition

publie, pour la première fois, les biographies de plusieurs dizaines d’artistes avant-gardistes inconnus jusqu’à présent, des documents d’archive exceptionnels et de photographies, pour une grande partie, inédites.

Le troisième tome, conçu en deux volumes, paraîtra en 2019 et sera consacré aux concepts, tendances, écoles, expositions et associations artistiques qui ont dessiné l’avant-garde russe.

 

Historien de l’art, spécialiste de l’avant-garde russe, Vassili Ivanovitch Rakitine a commencé à étudier à partir du milieu des années 1960 l’histoire du modernisme et de l’avant-garde russe. Les contacts avec le grand collectionneur de l’avant-garde russe Georges Costakis ont eu un impact considérable sur son parcours. Il a été commissaire et organisateur de plusieurs expositions de l’avant-garde russe, en particulier de la « Grande Utopie », et des expositions de Marc Chagall en Allemagne, Autriche, Finlande, Italie. En 1992 il a initié le projet éditorial RA (« Avant-garde russe ») et a préparé la publication d’une série de mémoires d’avant-gardistes russes.

Historien de l’art, spécialiste de la peinture de l’avant-garde russe et de l’œuvre de Wladimir Baranoff-Rossiné, Andreï Dmitrievitch Sarabyanov a publié l’ouvrage

« L’avant-garde russe inconnue dans les musées et collections particulières ». Grâce à lui des dizaines de toiles d’avant-gardistes russes sont désormais connues du public. Il est également l’éditeur et rédacteur de la série d’ouvrages « Archives de l’avant-garde russe » (en collaboration avec V. Rakitine).

 

Labex Arts-H2H Offre d’emploi: Ingénieur d’étude en traitement des données documentaires

Le projet « Isidore Isou, l’art à la lettre » prend comme point d’étude la dimension structurellement pluridiciplinaire du mouvement lettriste, tel que reflétée dans la construction théorique de son fondateur. Lecteur insatiable et promoteur de la créativité incessante, Isidore Isou élabore de nombreuses théories qui touchent à la fois aux arts plastiques, à la littérature, au cinéma expérimental, aux arts du spectacle et à l’invention performative, mais aussi à l’économie politique, aux mathématiques, à la médecine ou bien à la psychologie. La mise en œuvre, en 2016, d’une campagne de traitement matériel et intellectuel des archives conduira à une programmation culturelle pluridisciplinaire au Centre Pompidou, en 2018, qui mêlera exposition, projections, performances et événements discursifs.

Sous l’autorité du responsable du secteur des archives et de la documentation, il a en charge le classement et la description des archives d’Isidore Goldstein dit Isidore Isou. Le traitement de ce fonds s’effectue dans le cadre du programme de recherche « Isidore Isou, l’art à la lettre » au sein de la Bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du MNAM-CCI, et en relation avec les chercheurs, conservateurs et archivistes associés au projet.

Pour la fiche du projet:

http://www.labex-arts-h2h.fr/offre-d-emploi-ingenieur-d-etude.html

Merci d’envoyer vos candidatures à l’adresse:

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

avant le 17 mars 2017

 

 

Cinéplastique – L’age d’or du film sur l’art

Paul Haesaerts, Visite à Picasso © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandinsky, Fonds Audiovisuel

Dans les années 1940–1950, le fort développement du film documentaire sur l’art permet de populariser les Beaux-Arts. Ce geste politique possède une double fonction: accomplir un projet humaniste d’éducation par la culture; prolonger la guerre entre Etats par un autre moyen, celui de la culture.

François Campaux, Matisse, 1945-1946, noir et blanc, sonore, 22’      La caméra suit le processus créateur geste par geste et l’œuvre se crée sous le regard du spectateur pendant la fameuse séquence du ralenti. On peut ainsi ressentir jusqu’aux doutes, aux hésitations et aux repentirs de l’artiste.

Paul Haesaerts, Visite à Picasso, 1950, noir et blanc, sonore, 20’18 »   Réalisé en 1949, où la vie du peintre est portée à l’écran au moyen d’un ingénieux système permettant de suivre la gestualité et les mouvements de l’artiste aux prises avec la naissance d’une œuvre. Picasso y peint derrière une vitre dont la transparence nous permet d’observer l’évolution de sa composition.

Hans Namuth, Jackson Pollock 51, 1951, couleur sonore, 09’33’’             Le film reprend le système de visionnage à travers la vitre qui cette fois est placée au sol afin de respecter la technique du dripping de l’artiste qui plaçait ses toiles au sol au moment de les peindre. Chaque hésitation devient visible pour le spectateur : après une première tentative sur verre l’artiste insatisfait efface son tableau pour en recommencer un autre.

Luciano Emmer, Picasso, 1954, couleur, sonore, 43’20’’  (extrait)
Pendant que la caméra explore l’univers figuratif de Picasso, les commentaires en voix-off (écrits partiellement par le peintre Guttuso et dits par Jean Davy) analysent dans les détails les vues sur les œuvres tout en racontant la vie, les influences et les évolutions artistiques de Picasso. Les scènes finales montrent l’artiste au travail, images authentiques pour les futures générations.

 

Séance 1 – Populariser les Beaux-Arts

Samedi 4 mars, 11h15, Cinéma 2, Entrée Libre

 

« Cinéplastique » est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseilleurs à la programmation: Isabelle Daire, Natalia Klanchar, Etienne Sandrin, service des Collections Films, Bibliothèque Kandinsky et Nouveaux-Médias

NEGOPIF

Avec aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

Conférence – performance pour la clôture des négociations et l’entrée dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky de l’édition du PIF, « La critique d’art ».

negopif

Vendredi, 16 décembre 2016, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En 2014, la Bibliothèque Kandinsky a choisi d’acquérir l’un des exemplaires de l’édition d’artiste du PIF, conçu par le duo d’artistes aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii.

L’exemplaire proposé à l’acquisition comprend le « Que sais-je » consacré à « La critique d’art ».  Le tarif de cet exemplaire a fait l’objet d’une longue négociation, publiée au fur et à mesure des échanges sur la plateforme en ligne www.negopif.com et qui a rendu publique la négociation entre les artistes et l’acquéreur, relative à la fixation du prix de cette œuvre.

Au rythme des lettres adressées par les artistes et des réponses rédigées par l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky, la négociation a fait l’objet d’une réflexion sur l’élaboration des valeurs esthétiques, sur les critères de jugement qui sont convoqués dans le jeu de l’échange et sur les modalités critiques de construction d’une collection documentaire.

La conférence – performance qui conclura la série des négociations et signera l’entrée dans les collections de la bibliothèque de cet exemplaire d’artiste, sera l’occasion d’un jeu de mise en abîme des discours.

Duo d’artistes formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii, explore les champs croisés entre les arts visuels et le spectacle vivant.  Selon leurs mots, la « préoccupation principale est de pousser le bouchon et de réussir à faire coexister des questions graves (comme l’extension maximale de la précarité, la mort des idées, la crise de la démocratie, la domination du pire ou la fin du monde) avec un imaginaire léger (meubles doués de raison, nuages coureurs, gaz hilarants, fleurs bègues, animaux sans têtes) ». La fixation du prix du Pif a fait l’objet de nombreuses interventions à la Galerie mfc-michèle didier à Paris (2013), à la FIAC, Cité de la mode et du design (2015), au 6B (Saint-Denis), au DOC (Paris) et au Festival Mon inouïe Symphonie (Dunkerque) en 2016.

Appels à candidature du LABEX CAP – micro-projet « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants »

APPEL A CANDIDATURE

Dans le cadre du micro-projet

Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants du Labex CAP
A l’occasion du bicentenaire du Musée des artistes vivants, en 2018, le Musée d’Orsay et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou sont convenus d’organiser au sein de leurs parcours de visite des modules d’exposition consacrés à l’histoire de cette collection dont ils sont tous deux affectataires. Le projet proposé s’attachera à mettre en évidence la concordance ou les écarts entre les choix accomplis par l’institution, d’une part, et le cours de l’histoire des arts au moment où ces choix ont été accomplis, d’autre part. Une étude quantitative et qualitative, effectuée par le vacataire sur tout ou partie des collections héritées du Musée des artistes vivants (et du Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines), permettra de faire apparaître des épisodes historiques significatifs d’engagement, de non-engagement ou de désengagement de l’institution, illustrant ainsi un moment de l’histoire du goût.

Intitulé : jeune chercheur en immersion pour une vacation recherche de 6 mois (70h par mois)

Lieu d’accueil : documentation du MNAM/ documentation du musée d’Orsay

Profil : doctorant ou post-doctorant ; français courant et aptitude à déchiffrer l’écriture manuscrite

Début de la vacation : 16 janvier 2017

Domaine de recherche : Histoire des collections, Questions patrimoniales.

Expérience de recherche souhaitée : traitement d’archives manuscrites, traitement de bases de données.

Dossier : Une lettre de candidature adressée à M. Nicolas LIUCCI-GOUTNIKOV, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Un curriculum vitae incluant la liste des publications du candidat.

Les dossiers de candidature doivent parvenir au plus tard le 15 décembre 2016 à l’adresse suivante : recherche@centrepompidou.fr

Plus de renseignements au : 01 44 78 40 99

et sur le site du Labex CAP: http://labexcap.fr/

 

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY : C’EST PARTI !

Jour 1 – jeudi 23 juin – programme

9h00 – Accueil des participants (entrée Rambuteau) et petit déjeuner de bienvenue (Salon du Musée)
10h00 – 11h30 – Présentation de l‘Université d‘été par les organisateurs suivie par un tour de table (Musée, Niveau 5)

11h30 – 12h15 – Franck Leibovici (artiste), « Diagrammes conversationnels »

12h15 – 13h00 – Présentation de l‘atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

14h30 – Beat Tour dans Saint-Germain-des-Près avec Rani Singh (Getty Research Institute)

Dans la deuxième moitié du 20e siècle, Paris a constitué un centre d‘attraction pour les écrivains Beat. Attirés par le spectre de la Lost Generation, son sillage artistique et littéraire, par l‘attitude libérée et une atmosphère générale détendue, ils y ont créé quelques-unes de leurs créations les plus célèbres. Dans les pas des beatniks, le tour visitera quelques endroits iconiques où ils ont vécu, aimé et écrit. A partir de sources primaires, poèmes, correspondance, fragments de journaux et récits qui explorent des aspects cruciaux comme le bouleversement des modes de vie sociaux, la place du politique et les complexités du processus de publication, il s‘agira d‘explorer l‘héritage que les écrivains beat nous ont transmis à l‘aune des mutations numériques du 21e siècle.

The city of Paris beckoned many of the Beat writers in the mid-20th century. Lured by the mystique of the Lost Generation, and its artistic and literary heritage, coupled with its liberal attitude and relaxed environment the Beat writers created some of their most iconic works in the City of Lights. Following in the footsteps of the Beats, the walking tour will visit iconic locations where the Beats lived, loved and created. Using original source material such as poems, letters, journal entries, and first-hand accounts to explore issues that were of concern at the time including shifting social mores, the increasing grip of politics, (both at home and abroad) and the ongoing challenges of publishing their works, we will examine these ideas, consider the legacy the Beats have left and discuss how things have changed (or not) in the digital era of the 21st century.

18h30 – Ouverture publique de l’Université d’été
Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky, Niveau 3. Entrée libre
Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou
Bernard Blistène, Directeur, Musée National d‘Art Moderne, Centre Pompidou

19h00 – Conférence inaugurale
Fred Turner, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University
Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity

Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l‘ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l‘encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d‘autres dans une longue histoire de soulèvements Romantiques et de s‘interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.

Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-century America. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture‘s person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.

Alain Jouffroy et les artistes

salle Jouffroy

Lundi 13 Juin à 19h

Musée national d’art moderne, niveau 5, salle 34

Confirmation obligatoire à envoyer avant le mercredi 08 juin 2016 à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

La Bibliothèque Kandinsky vous convie à la table ronde Alain Jouffroy et les artistes qui se déroulera dans la salle que le Musée National d’Art Moderne lui consacre au sein des collections modernes dans le cadre de l’exposition Passeurs. La discussion dirigée par Pascal Letellier réunira Jean-Pierre Raynaud, Gérard Fromanger et Christian Lhopital et sera un moment privilégié pour les écouter échanger à propos de leurs relations avec  Alain Jouffroy. Marine Nédélec, doctorante à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, interviendra également sur la notion d’individualisme révolutionnaire, question centrale de l’œuvre d’Alain Jouffroy.

Tout au long de sa vie Alain Jouffroy entretint de longues amitiés avec de nombreux artistes. Dès le début des années 1950 avec l’appui de Christian Zervos il écrivit régulièrement dans la revue Cahiers d’art. En 1960-61, dans le contexte de la guerre d’Algérie il a porté la parole de plusieurs artistes à travers des manifestations à Paris, Venise et Milan sous le nom d’« Anti-Procès ». En 1965, une nouvelle page s’ouvrit avec le groupe informel des artistes « objecteurs ».  En 1974, il devint rédacteur de la revue XXe siècle et en 1977 il fut le commissaire d’une des expositions inaugurales  de l’ouverture du bâtiment du Centre Pompidou : « Guillotine et peinture ». Parti vivre au Japon dans les années 1980, il découvrit  la dynamique de sa scène artistique, participant activement à la reconnaissance d’artistes nippons en Europe.  Esprit curieux et auteur prodigieux de plusieurs milliers de textes à propos de plus de 276 artistes, Alain Jouffroy a su saisir, enregistrer et transmettre la formidable énergie artistique de son temps.

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré

unnamed

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré.

Pour sa première publication, la maison d’édition T&P Publishing / T&P Work Unit réunit l’historienne et théoricienne du design, Catherine Geel, le dessinateur et typographe Karl Nawrot, et les graphistes Guillaume Grall et Benoît Santiard de Building Paris, autour du travail du designer français Pierre Paulin.

La présentation du livre, qui réunira Catherine Geel, Karl Nawrot et Building Paris, sera introduite par Marie Lejault, éditrice de l’ouvrage. Une signature du livre et de l’affiche aura lieu à l’issue de cette rencontre.

Mercredi 1er juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à :

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Tout – ou presque – des images et des créations iconiques de Pierre Paulin est disponible sur le net, suite au premier travail de recension réalisé du vivant du designer, sous la direction de Catherine Geel*. Depuis les premières expositions institutionnelles** consacrant son œuvre et permettant la re-découverte du travail du designer, éditions, rééditions et événements se sont multipliés, permettant une reconnaissance plurielle de son travail.

Dernier événement en date, l’exposition monographique qui se tient au Centre Pompidou Paris, jusqu’au 22 août 2016.  L’occasion pour l’historienne de réenvisager le travail de recherche et de recollement des archives mené il y a une dizaine d’années. Karl Nawrot participe à cette nouvelle approche avec un travail de digestion original qui s’empare de l’œuvre de Pierre Paulin pour en offrir une relecture à la fois fidèle et radicale. Enfin, charge à Building Paris d’articuler ces réinterprétations dans un ouvrage à la fois petit, précis et illustré.

* Catherine Geel (dir.), Pierre Paulin Designer, Paris, Archibooks, 2008

** Pierre Paulin Superdesigner, Design Parade 02, Villa Noailles, Hyères, France, 2007 

Pierre Paulin, le design au pouvoir, Mobilier national, Paris, France, 2008

Pierre Paulin Supermoderne, Grand-Hornu Images, Grand-Hornu, Belgique, 2008

Le livre, réalisé en partenariat avec France Culture, a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Catherine Geel est historienne et enseignante en histoire et théorie du design. Elle enseigne à l’École normale supérieure de Cachan, à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et co-dirige le Dirty Art Department au Sandberg Instituut, Master de la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam. Elle a travaillé sur Pierre Paulin de 2006 à 2008 et a été commissaire de deux expositions le concernant à la Villa Noailles (2007), au Grand Hornu (2008). Son dernier ouvrage paru est Alessandro Mendini. Écrits 1972-2012. Architecture, design et projets aux Presses du Réel. 

Karl Nawrot (Walter Warton) est graphiste. Il a d’abord étudié le dessin à Lyon avant d’intégrer le Werkplaats Typografie à Arnhem. Il a enseigné à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam (2008-2012) et à l’Université de Séoul (2012 à 2015). Il a reçu en 2015 le premier prix du concours international de l’affiche et du graphisme à Chaumont.

Building Paris est formé par Benoit Santiard et Guillaume Grall. Ils sont tous deux diplômés de l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) Olivier-de-Serres et ont travaillé dans différentes agences de design graphique, en France et en Angleterre avant de fonder en 2012 leur studio. Ils enseignent depuis 2008 à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée.

www.buildingparis.fr

www.voidwreck.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

Dakar 66, Le premier Festival mondial des arts nègres.

untitled2                    Dakar 66                          Le premier Festival mondial des arts nègres 

Rencontre avec Cédric Vincent

Mercredi 11 mai 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Du 1er au 24 avril 1966, Dakar fut le théâtre d’un événement qui attira des milliers de spectateurs venus du monde entier : le Festival mondial des arts nègres. Cette vaste manifestation était organisée par l’État sénégalais et la Société africaine de culture, réseau international structuré autour de l’influente revue Présence africaine. Inauguré par André Malraux, le Festival proposa plusieurs centaines de pièces de théâtre, de spectacles de danse et de projections de films, ainsi que deux vastes expositions, l’une de sculpture « traditionnelle », l’autre d’art moderne. Répercutée par de nombreux médias, la manifestation eut un puissant impact sur l’articulation d’imaginaires culturels et politiques au Nord comme au Sud du Sahara et bien au-delà, en Amérique du Nord, au Brésil et dans les Caraïbes. En pleine Guerre froide, le Festival fut aussi le théâtre d’affrontements à visée géopolitique qui débordèrent le projet initial.

untitled

La conférence de Cédric Vincent se tiendra au carrefour de la thématique des « global sixties » et de l’histoire des expositions et du panafricanisme. En prolongement de l’exposition Dakar 66 : Chroniques d’un festival panafricain (Musée du Quai Branly, du 16 février au 15 mai 2016), le chercheur reviendra sur ce Festival, encore peu exploré, pour en discuter la complexité, les contradictions et les enjeux. Présenté comme la mise en scène de la Négritude, le Festival se voulait tout à la fois un inventaire des expressions culturelles africaines et le vecteur d’une société nouvelle aux prises avec les promesses des Indépendances. Cédric Vincent s’arrêtera également sur le Musée dynamique et son exposition d’art « traditionnelle », présentée lors de son inauguration par le Président sénégalais Léopold Sédar Senghor comme le « vrai centre du Festival » et s’intéressera enfin à comprendre le Festival de Dakar dans une perspective relationnelle avec le Premier festival culturel panafricain d’Alger (1969), et le Festac – le Second festival mondial des arts nègres de Lagos (1977).

untitled3

Cédric Vincent est docteur en anthropologie, chercheur associé au centre d’Anthropologie de l’écriture (EHESS) où il codirige le programme « PANAFEST archive » avec le soutien de la Fondation de France. Il a bénéficié en 2015 d’un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée Le Premier festival mondial des arts nègres : enquêtes et archives.

Avec la participation de

Sarah Frioux-Salgas – Responsable des archives au Musée du Quai Branly

Dominique Malaquais – Chargée de recherches (CNRS-IMAf), codirige le programme PANAFEST archive (sous réserve)

 

Lien vers le document de l’exposition :

http://www.quaibranly.fr/fileadmin/user_upload/2-Evenements/expositions-et-installations/2015-16-expositions-et-installations/2016-dakar-66/2016-04-31-v2Dakar_66.pdf

 

Cette recherche a bénéficié du soutien du Cnap.

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

anarchive 6 avec Masaki Fujihata

dfkkh

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous convier au lancement d’anarchive 6 avec Masaki Fujihata – en présence de l’artiste avec la participation d’Anne-Marie Duguet, directrice de la collection anarchive et professeur émérite à l’Université Paris 1, de Jean-Louis Boissier, professeur émérite à l’Université Paris 8, et de Virginie Pringuet, conceptrice du projet AtlasMuseum.

Mercredi 13 avril 2016, à partir de 19h00

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce titre d’anarchive est la première monographie consacrée à Masaki FUJIHATA. Des premiers films d’animation et images de synthèse des années 1980 aux installations interactives et expérimentations actuelles avec le laser, le GPS ou Internet, il est possible de consulter, grâce à une application de Réalité Augmentée, 54 vidéos (films et documentations sur ses installations) et cinq modèles 3D qui sont autant d’interprétations de ses travaux. Des textes de l’artiste et des essais originaux d’auteurs japonais et français, éclairent les enjeux majeurs de ses recherches.

Masaki Fujihata est né à Tokyo en 1956. Après des études à l’Université des arts de Tokyo, il enseigne dans le département d’ « Environnement et Information » à l’Université Keio. Il développe ensuite un programme Intermedia et un département d’arts plastiques, et crée un cursus de master en cinéma et nouveaux médias à l’Université des arts de Tokyo. Artiste internationalement reconnu pour ses installations et ses recherches dans le domaine des médias, il obtient le Grand Prix Ars Electronica avec Global Interior Project #2 en 1996, et à nouveau en 2013 avec « Voices of Aliveness ». Son installation interactive « Beyond Pages » est conservé dans la collection du Musée des médias du Z.K.M. à Karlsruhe.

 Fondée à l’initiative d’Anne-Marie Duguet, anarchive est « une collection de projets multi-médias interactifs invitant à explorer l’ensemble de l’œuvre d’un artiste à partir d’archives multiples. »

La Bibliothèque Kandinsky conserve dans ses collections l’ensemble des éditions anarchive, monographies de Thierry Kuntzel, Jean Otth, Fujiko Nakaya, Michael Snow et Antonio Muntadas.

 Masaki Fujihata signera son ouvrage, à partir de 17h à la Librairie Flammarion du Centre Pompidou.

Anarchive, 2016

ISBN : 978-2-9518132-3-6

Trilingue: Français/Japonais, Anglais

Distribution : les presses du réel

Cet ouvrage a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Avec la participation du DICRéAM Centre national du cinéma et de l’image animée, de la Japan Foundation et la coopération du ZKM | Karlsruhe et de Ars Electronica

Coproduction : École supérieure des Beaux-Arts de Nantes

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

http://www.anarchive.net/

http://carnetbk.hypotheses.org/333