Archives de catégorie : Evenements BK

« 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou est heureuse de vous accueillir pour la troisième séance du séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris » organisé par l’Institut national d’histoire de l’art dans le cadre du programme de recherche éponyme, en partenariat avec les Archives de la critique d’art, la Bibliothèque Kandinsky et l’Institut national de l’audiovisuel,

Vendredi 15 décembre 2017, Bibliothèque Kandinsky, de 17h30 à 20h30
Entrée libre sur réservation à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr
Centre Pompidou, Niveau 3

Sous l’intitulé « Biennale de Paris : scènes nationales, scènes internationales », le séminaire réunira Hélène Meisel (Centre Pompidou-Metz) et Annabela Tournon (EHESS/Ensa Bourges).
En présence de documents choisis, il s’agira d’évoquer la matérialité des archives de la Biennale de Paris dans leur diversité et d’interroger ce qu’elles dévoilent des réseaux artistiques d’alors. A titre d’étude de cas, il sera question de la Section de l’Amérique latine à la Biennale de 1977, de ses paradoxes et ambiguïtés. Si elle répondait au souhait des organisateurs que la participation internationale soit confiée à des spécialistes d’une région ou d’une scène artistique, certains des artistes exposés critiqueront ce fonctionnement, soulignant les enjeux politiques de ces ambitions internationales. Ces épisodes signalent aussi la place de la Biennale de Paris dans l’histoire de l’art de pays tels que le Mexique, le Brésil ou l’Argentine.
Pour en savoir plus sur le projet de recherche : https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/decembre-2017/biennale-de-paris-scenes-nationales-scenes-internationales.html

Annabela Tournon est historienne de l’art. Elle finalise actuellement une thèse à l’EHESS-CEHTA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – Centre d’Histoire et de Théorie des Arts) sur les Grupos, collectifs d’artistes actifs dans les années 1970 au Mexique. Elle a récemment organisé l’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México » au musée Amparo au Mexique. Elle est membre des groupes de recherche « Global Art Prospective » du programme «Histoire de l’art mondialisée » de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris) et de la Red Conceptualismos del Sur.
Sur le thème des groupes d’artistes au Mexique dans les années 1970 elle a notamment publié « L’art conceptuel sous influence : les Grupos (Mexique, 1970) », dans les Cahiers du Musée National d’Art Moderne (n°122, février 2013), « “Aunque al seco tronco lo sigan regando”. Reprises du muralisme chez les grupos (1968-1978)» dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, janvier 2015, « Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui. Tlatelolco, 2 octobre 1968 » dans Le Temps suspendu. Art contemporain et temps de l’histoire, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, novembre 2016, ainsi qu’édité le catalogue d’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México », éditions Museo Amparo, Puebla, Mexique, 2017.

Hélène Meisel est historienne de l’art, critique et commissaire. Après des études d’histoire de l’art menées à la Sorbonne et achevées par un master professionnel consacré à « L’art contemporain et son exposition », elle entame sous la direction d’Arnauld Pierre une recherche doctorale sur la subsistance subjective dans l’art conceptuel. Elle assiste parallèlement Claire le Restif au Crédac d’Ivry-sur-Seine sur l’exposition « Le travail de rivière » (2009), puis Guillaume Désanges dans ses différents projets curatoriaux et performatifs (2010). En 2011, elle bénéficie d’une bourse d’études du Centre Pompidou-Paris et explore, dans ce cadre, les archives de la Biennale de Paris dont elle réactive certains dispositifs. En 2012, elle est résidente au sein du Pavillon, au Palais de Tokyo. Depuis 2013, elle est chargée de recherche et d’exposition au Centre Pompidou-Metz, et travaille aux côtés d’Hélène Guenin sur l’exposition «Sublime. Les tremblements du monde » (2016). En 2017, elle est commissaire avec Emma Lavigne de l’exposition « Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie ». Pour le Frac Lorraine de Metz, elle réactive certains moments du Festival International de Science-fiction de Metz dans le cadre de l’exposition « Si ce monde vous déplaît » (2013). Ses articles sont parus dans différentes revues critiques telles que 20/27, Les Cahiers du musée national d’art moderne, Volume, Palais, 02, Semaines, etc.

https://www.centrepompidou.fr/
https://www.inha.fr/

Cycle CNAP/BK « Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne »

Dans le cadre des rencontres mensuelles du cycle réalisé en partenariat avec le Centre national des arts plastiques, l’artiste Hélène Bertin, initiatrice du projet de recherche et de publication, donnera une conférence intitulée «Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne », illustrée par une sélection de documents de la bibliothèque de Valentine Schlegel et des collections de la Bibliothèque Kandinsky

Mercredi 13 décembre 2017, à 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Valentine Schlegel est une femme, végétarienne, céramiste, méditerranéenne, maçonne, fumeuse, artiste et marin. Née en 1925, elle navigue entre Sète et Paris. Elle n’a cessé de travailler tout en restant dans l’ombre de la scène artistique et dans la lumière méditerranéenne. Faisant toujours passer son mode de vie en priorité, elle a développé des sculptures à vivre, en commençant par la céramique utilitaire. Elle prolonge sa passion pour les arts du feu avec des cheminées en plâtre, aux heures solitaires ; elle sculpte des couverts en bois ou façonne des sacs en cuir, aux heures amicales. Publié en coédition par <o> future <o> et le CAC Brétigny, Valentine Schlegel: je dors, je travaille est un catalogue «bio-monographique» réunissant des documents d’archives et une nouvelle iconographie. Des notices biographiques séquencent le livre et éclairent la démarche et la vie de l’artiste. Cette monographie de référence permet de documenter l’ensemble des cheminées réalisées  chez des particuliers―une centaine de 1959 à 2002. Les autres pans de son travail sont également abordés afin de saisir l’ensemble de sa pratique, intimement liée à son mode de vie : les questions d’autonomie de production et d’amitié sont centrales. «je dors» et «je travaille» sont deux énoncés peints sur une pancarte réversible accrochée à la porte de son atelier sétois. Ils correspondent à deux temps différents de ses journées, invitant à l’isolement ou à la compagnie. Ces deux «activités» ne sont pas à prendre comme des opposés mais plutôt indissociables l’une de l’autre : elles servent de structure à l’édition en rendant perceptibles les choix de modes de vie personnels et professionnels de Valentine Schlegel.

Hélène Bertin est née en 1989 dans le Luberon. Elle développe une pratique qui entrelace le travail d’artiste, de curateur et d’historienne. Elle se cogne au travail de Valentine Schlegel en 2012. Peu à peu, elle rencontre ses amis et grâce à eux, son œuvre dans son  ensemble. En 2016, Céline Poulin l’invite à déployer une exposition sur le travail de Valentine Schlegel au sein du CAC Brétigny. L’exposition « Cette femme pourrait dormir dans l’eau », se – déplie  du 30 septembre au 9 décembre 2017, de concert, exposition et édition permettent de découvrir ses sculptures et son parcours.

Valentine Schlegel: je dors, je travaille  est  publié par <o> future <o> et le CAC Brétigny avec le soutien à l’édition du Cnap, du conseil  départemental de l’Essonne et de la Fondation de France.

Conception éditoriale: Hélène Bertin, Charles Mazé & Coline Sunier, <o> future <o>
Textes: Hélène Bertin
Design graphique: Charles Mazé & Coline Sunier
ISBN 978-2-9560078-0-7

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

 

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky

Dans le cadre des manifestations dédiées à la célébration des 40 Ans du Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique autour du projet « Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky » menée en partenariat avec La Criée centre d’art contemporain de Rennes et ses artistes invités.

Mercredi, 6 Décembre 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky répond à l’invitation des 40 ans du Centre Pompidou et convie différentes personnalités – un acrobate, un musicologue, deux chercheuses d’art et cinq artistes – à prendre pour objet d’études, d’aventures et de curiosités le fonds de la bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du Musée national d’art moderne.
Pendant un an Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour – artistes associés au cycle que mène La Criée centre d’art contemporain autour du récit -, ainsi que Sophie Kaplan, curatrice et directrice de La Criée, et leurs invités Jean-Baptiste André, François Bonnet, Virginie Yassef, Sophie Lapalu et Nico Dockx ont arpenté les rayonnages de la Bibliothèque du Musée national d’art moderne, rencontré et échangé avec l’équipe de la Bibliothèque. Certains la connaissait depuis longtemps et y avaient déjà travaillé, d’autres la découvrait. Certains y sont venus régulièrement, d’autres plus ponctuellement. Certains y ont fait des recherches sur des fonds d’archives précis, d’autres sont partis dans des directions plus incongrues.
La restitution de leurs recherches dessinera un portrait de la Bibliothèque Kandinsky par ses marges, ses cotes, ses bruissements secrets…
Pour l’occasion les tables et vitrines de la salle de lecture de la BK formeront plusieurs îlots, où l’on découvrira les productions des artistes nées de leurs arpentages.

Le deuxième volet du projet aura lieu le mardi 6 février 2018 : événement à La Criée. Entrée libre sur réservation obligatoire à :
la-criee@ville-rennes.fr

Commissaires : Sophie Kaplan, directrice ainsi que Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour, artistes associé·e·s à la saison Alors que j’écoutais moi aussi […]
Artistes invités : Jean-Baptiste André, Félicia Atkinson, François Bonnet, Julien Bismuth et Virginie Yassef, Sophie Lapalu, Yann Sérandour et Nico Dockx.
Avec la participation de l’ensemble de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky.

http://www.centrepompidou40ans.fr/
http://www.criee.org/Alors-que-j-ecoutais-moi-aussi-la

Hommage à Marie-Hélène Breuil

« il a fallu longtemps pour reconnaître la toile nonpeinte  comme une des plus belles peintures de paysage. il a fallu que la toile peinte de la même couleur que le mur lui indique le chemin, en avant-garde. Il a fallu se planter devant un des modèles les plus anciens de la peinture, l’ouverture, l’entrée de la caverne, la fenêtre, reconnaître qu’une nouvelle étape pouvait être franchie, sauter le pas » (claude rutault, dé-finitions/méthodes 1973-2016, relire [sans bégayer] – réécrire [sans recopier] – repeindre [sans imiter])

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter pour rendre hommage à Marie-Hélène Breuil, à son travail sur l’œuvre de Claude Rutault et sur la restauration d’art contemporain à l’occasion de la présentation des éléments des archives de Claude Rutault et de l’ouvrage « dé-finitions/méthodes 1973 – 2016 », Genève, Mamco, 2016

Jeudi 5 octobre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Une table ronde en présence de Claude Rutault, David Kidman, cinéaste, et époux de Marie-Hélène Breuil, Thierry Davila, responsable des éditions au Mamco, Genève, Jean-Philippe Billarant, collectionneur et mécène, Jeanne Gailhoustet, artiste et directrice de l’École nationale des beaux-arts de Limoges, Emilie Parendeau, artiste, Marc Kopylov, éditeur aux Éditions des Cendres, Paris, Cécile Dazord, conservatrice et chercheuse au Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf) Agnès Cascio, restauratrice, Adriana Blendea, restauratrice.

Marie-Hélène Breuil est disparue le 1 avril 2016.

Son intérêt pour le travail de Claude Rutault date de plus de vingt ans, mais la collaboration s’est intensifiée avec le travail sur la publication de Claude Rutault, définitions/méthodes le livre, Paris, Productions Flammarion 4, 2000, livre entièrement réalisé par les Éditions des Cendres. Elle a publié de nombreux articles par la suite, organisé des expositions et également écrit quatre livres sur l’ensemble et sur les aspects spécifiques du travail de Claude Rutault ; claude rutault, le jeu de la peinture sur une grille de marelle, 2009-1971, Paris, Bernard Chauveau  Editeur, 2009. « Entretien écrit avec Claude Rutault », dans Michel Gauthier, Marie-Hélène Breuil, Claude Rutault, Paris, Flammarion, 2011, Claude Rutault, peinture, écriture, sociabilité́, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014 (le sujet de sa thèse de doctorat, soutenu en 2009), Claude Rutault, L’Inventaire, Genève, Mamco, 2015.

Sa contribution à la compréhension et interprétation du travail de Claude Rutault est largement reconnue et saluée. En 2015, elle a travaillé sur les archives de Claude Rutault en vue de leur donation à la Bibliothèque Kandinsky. Une sélection à partir du fonds d’archives conservé à la Bibliothèque sera présenté lors de la soirée.

En parallèle du travail sur Claude Rutault, Marie-Hélène Breuil a enseigné l’histoire de l’art au département de la restauration des œuvres sculptées à l’École supérieure des beaux-arts de Tours, en tant que co-coordinatrice du cycle ces dernières années, où elle a proposé, puis mené des études sur la restauration des œuvres contemporaines. Elle a mené des programmes de recherche sur des questions sur les possibilités de restauration des œuvres, compliquées par la conception, les matériaux, les technologies et leur obsolescence de ces travaux. Un croisement inévitable avec le travail de Claude Rutault s’est opéré. Un nouveau film en hommage à Marie-Hélène sera projeté lors de la soirée ainsi que son film portrait, réalisés par David Kidman.

Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d’autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

www.centrepompidou.fr

 

Pierre Leguillon et Oracles. Cartes de visites d’artistes

Vendredi 29 septembre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Activée par Didier Schulmann et Mica Gherghescu, la table-ronde permettra une discussion ouverte entre plusieurs des Oracles, qui souvent, ne se sont pas encore rencontrés…

En présence de : Damarice Amao, Philippe Aronson, Véronique Borgeaud, Claude Closky, Jean-Baptiste Delorme, Clovis Duran, Patricia Falguières, Barbara Fédier, Nicolas Giraud, Victor Guégan, Dean Inkster, Aurélie Jacquet, Angela Lampe, Quentin Lannes, Nicole Marchand-Zañartu, Adrien Mouginot, Carrie Pilto, Jeanne Quéheillard, Charlotte Schaer, Eric Rosencrantz, Christophe Watelet et David Zerbib.

« Oracles. Cartes de visites d’artistes »

Ce livre réunit plus d’une centaine de cartes de visite d’artistes (peintres, sculpteurs, photographes, architectes, graphistes, illustrateurs…), du XVIIIe siècle à aujourd’hui, reproduites sous forme de fac-similé. Les cartes sont glissées comme autant de marque-pages dans un livre dont le texte, écrit à plusieurs voix, retrace l’usage de ces cartes, le contexte social de leur production, et les récits ou les fictions qui les entourent. Les qualités graphiques, souvent inattendues, de ces minuscules objets où chacun-e décline son identité, dressent en creux une histoire du goût et des codes typographiques en Occident. Mais la réunion de ces cartes pose aussi les bases d’une microhistoire de l’art, inspirée par la microstoria italienne, et parfois d’un récit plus libre, affranchi des contextes géographiques et des époques. On peut alors imaginer la constitution de réseaux avant l’avènement de Facebook et voir comment l’artiste se définit dans la sphère sociale, qu’il-elle soit étudiant-e, professeur-e, directeur-trice d’académie, directeur-trice de musée, fondateur-trice d’une revue, d’une entreprise, d’un restaurant, d’un parti politique, etc.

A ce réseau imaginaire ou idéalisé, constitué au hasard des trouvailles, vient se superposer un réseau bien vivant, celui d’étudiants en art ou en histoire de l’art, d’historiens, de bibliothécaires, d’archivistes de fonds privés ou publics, de galeristes, de conservateurs de musées, et d’artistes eux-mêmes, qui a rendu possible l’édification de ce musée de poche. Par la variété des points de vue et des histoires convoqués, le livre constitue en soi un véritable forum de discussion animé par plus de soixante-dix auteur-e-s.

Parmi les artistes : Max Bill, Rosa Bonheur, Irma Boom, Constantin Brancusi, Antonio Canova, Le Corbusier, Sonia Delaunay, Edward Fella, Sylvie Fleury, Guerilla Girls, Walter Gropius, Keith Haring, John Heartfield, Ana Jotta, Paul Klee, Yves Klein, Július Koller, Yayoi Kusama, Christian Marclay, Robert Mallet-Stevens, Piero Manzoni, Filippo Tommaso Marinetti, Karel Martens, Henri Matisse, Annette Messager, Lucia Moholy, Félix Nadar, Francis Picabia, Adrian Piper, Man Ray, Edward Ruscha, Gotffried Shadow, Willem Sandberg, Erik Satie, Sophie Tauber-Arp, Karel Teige, Jack Smith, Andy Warhol, Neill Whistler, Heimo Zobernig, Piet Zwart, etc.

320 pages + 123 cartes de visites

Coédité par la HEAD-Genève et Edition Patrick Frey, Zurich, sous le haut patronage du Musée des Erreurs, Bruxelles.

Directeurs de publication : Pierre Leguillon avec Barbara Fedier, professeurs, et Kyrill Charbonnel, Aurélie Jacquet, Aline Melaet, Anaïs Perez et Charlotte Schaer, étudiant-e-s du WorkMaster, département des Arts Visuels, HEAD-Genève.

Conception graphique : Clovis Duran

www.centrepompidou.fr

https://www.editionpatrickfrey.com/en/books/oracles-artists-calling-cards-pierre-leguillon-barbara-fedier

 

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Jacques Donguy, PD-EXTENDED 1 POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

PD-EXTENDED 1  POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

Livre de Jacques Donguy, présentation par l’auteur

en présence de Gaëlle Théval, universitaire, et de Sarah Cassenti, maquettiste

Mercredi 7 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Monographie de référence consacrée au pionnier de la poésie numérique en France, cet ouvrage propose une documentation illustrant de nombreux projets récents, notamment pd-extended 1, ainsi qu’un corpus théorique compose de l’ensemble des textes de Donguy initialement publiés entre 1984 et 2015, et devenus pour la plupart introuvables.

Pd-extended 1 – Poésie numérique en Pure Data débute par une préface explicative de Jacques Donguy, sous le titre “Médias liquides en Pure Data”, introduisant une série de 80 captures d’écran du projet de 2013 pd-extended 1, texte en aléatoire composé de typographies, d’images et de sons.

L’ouvrage documente aussi d’autres projets, dont plusieurs œuvres produites sur le mythique Atari 520ST (1993), Tag-Surfusion 3D créé à São Paulo en 2009 pour l’Année de la France au Brésil et Numerica 11 (2011).

Suit l’ensemble des textes théoriques publiés sur plus de 30 ans, textes parus soit en revues (Autrement, Le Magazine Littéraire, Celebrity Cafe…), soit à l’occasion de colloques universitaires ou dans des publications devenus aujourd’hui inaccessibles, dont un texte pionnier paru en 1984 dans la revue Inter au Québec. Un corpus théorique consacré à ce qu’on a d’abord appelé la Poésie électronique, puis, suite au manifeste paru dans Art Press en 2002, la Poésie numérique. Les annexes sont composées d’une liste des performances de Poésie numérique que Jacques Donguy a réalisées, d’une liste de ses publications sur supports numériques (CD, CD-ROM, DVD, DVD-ROM), et d’une liste des expositions incluant la Poésie numérique en France et à l’étranger.

Par ce corpus de textes théoriques, il s’agit d’une traversée de l’histoire de la poésie numérique, mouvement littéraire international apparu au début des années 1980 avec les premiers ordinateurs portables grand public et les pratiques liées au minitel. On pourra également saisir les flottements sur l’appellation de ce mouvement, l’évolution rapide des capacités de la mémoire de l’ordinateur et constater l’obsolescence accélérée des logiciels et des systèmes d’exploitation. Dépendante depuis Gutenberg de la technologie de l’imprimerie, la notion de littérature, élargie ici à l’image et au son, sera confrontée à son propre avenir et aux différentes formes de pérennisation. Qu’en est-il d’une littérature qui ne dépend plus exclusivement du médium typographique?

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du Centre national des arts plastiques (édition numérique).

Jacques Donguy

Critique d’art, poète, traducteur d’Augusto de Campos et théoricien (il a enseigné à Paris I), co-fondateur de la galerie d’art contemporain J&J Donguy, il pratique le premier en France, depuis 1983, la Poésie numérique (ce dont témoigne la publication d’un article dans Inter au printemps 1984), en collaboration entre autres pour les performances avec Guillaume Loizillon, Laurent Mercier ou Étienne Brunet. Il utilise depuis le début l’ordinateur en faisant appel à des procédures basées sur le hasard, en écho direct à Stéphane Mallarmé et à son Coup de Dés.

Jacques Donguy est aussi l’éditeur, avec Sarah Cassenti et Jean-François Bory, de la revue Celebrity Cafe.

Sarah Cassenti

Graphiste de l’ouvrage, Sarah Cassenti est artiste, à l’origine du groupe des Idiotes avec Hélène Defilippi. Elle a récemment participé au livre Le Générateur 10 ans d’art et de performances 2006-2016.

Gaëlle Théval

Chercheure associée au THALIM de l’Université Paris 3, spécialiste des poésies expérimentales, elle a notamment publié Poésies ready-made, XXe-XXIe siècles (L’Harmattan, 2015).

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

L’œuvre d’art comme vedette de cinéma

Séance du samedi 22 Avril- 11h15- Cinéma 2- Entrée Libre

Dans les années 1940-1950, les films documentaires sur l’art matérialisent des recherches formelles fortement expérimentales, de sorte qu’« un film sur l’art n’est réussi que s’il est également, franchement, un film d’art » (Steven Jacobs). Plus qu’objets de documentaire, les œuvres d’art sont souvent mises en mouvement, sinon animées par le médium filmique : elles deviennent même des acteurs de cinéma à part entière.


Henri Alekan, L’Enfer de Rodin © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky, Fonds Audiovisuel

Luciano Emmer, Raconto da un affresco, 1946, 35 mm, noir et blanc, sonore, 10’

Alain Resnais, Gaston Diehl et Robert Hessens, Vincent Van Gogh, 1948, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’53’

Henri Storck, Le monde de Paul Delvaux, 1944-1946, 16 mm, noir et blanc, sonore, 11’

Henri Alekan, L’Enfer de Rodin, 1959, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’

Carlos Vilardebo, Le cirque de Calder, 1961, 16 mm, couleur, sonore, 18’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Natalia Klanchar, Isabelle Daire, Etienne Sandrin, Bibliothèque Kandinsky, service des collections films et nouveaux-médias.

Bogoro

À l’occasion de la parution du livre « bogoro » (aux éditions Questions théoriques) conçu par Franck Leibovici et Julien Seroussi, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à une demi-journée de travail et d’étude exceptionnelle en présence des auteurs et de leurs invités : Marc Dubuisson (directeur des services d’appui judiciaires de la Cour Pénale Internationale à La Haye) et Elisabeth Claverie (sociologue, Directrice de Recherche, CNRS)

Samedi, 25 mars 2017, à partir de 14h30

Bibliothèque Kandinsky

Niveau 3

Centre Pompidou

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce livre retrace un épisode des guerres qui se sont déroulées dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). À partir de transcrits d’audience de le Cour Pénale Internationle (CPI), il revient sur les crimes commis en Ituri lors du conflit armé entre la milice du groupe ethnique héma (Union des patriotes congolais) et les deux milices lendu (la Force de résistance patriotique de l’ituri et le Front des nationalistes intégrationnistes). Entre 2007 et 2014, la CPI a poursuivi les chefs de ces différentes factions armées pour crimes de guerre et crime contre l’humanité.

bogoro  retrace et retranscrit le dispositif procédural, linguistique et technique mis en place dans le cadre du procès. Il revient sur l’agentivité de l’objet juridique, pris dans l’épaisseur des transcriptions, traductions et règles normatives.

« deux fils s’entrecroisent ainsi dans bogoro : la trame narrative liée à l’attaque d’un village ; le déroulé procédural interrompu regulièrement par des péripeties liées au fonctionnement même de la cour, juridique ou technologique. Deux fils qui n’en sont, en réalité, qu’un seul, car la première narration est en partie produite par les règles mêmes de fonctionnement de la cour, et par la façon dont ont été menées, en amont, les enquêtes du procureur. » (Postface de l’édition)

À cette occasion, le laboratoire de conception de l’ouvrage sera présenté dans son format élargi dans le cadre de la Bibliothèque Kandinsky ; il incitera à la participation et aux échanges avec le public, pour aborder les questions de « transfert de pratiques » entre art, droit et sciences sociales mis en œuvre dans ce projet. Les transcrits d’audience sélectionnés dans bogoro seront mis à disposition avec les preuves documentaires déposées au cours du procès; une occasion de découvrir des éléments de muzungu, la version “installée” de bogoro.

Franck Leibovici

principales publications : quelques storyboards (ubuweb, 2003), 9+11 (ubuweb, 2005), des documents poétiques (al dante, 2007), portraits chinois (al dante, 2007), (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques (les laboratoires d’aubervilliers/questions théoriques, 2012) ; des récits ordinaires (avec grégory castéra et yaël kreplak, les presses du réel, 2014) ; bogoro (avec julien seroussi, questions théoriques, 2016)

dernières expositions (groupe) : beat generation (mnam, 2016) ; polyphonies (mnam, 2016) ; dreams and dramas (ngbk, berlin, 2017)

Julien Seroussi

Chercheur en sciences sociales, analyste à la Cour pénale internationale de 2009 à 2012, puis assistant spécialisé au pôle «Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre» du tribunal de grande instance de Paris. Il a notamment publié «S’emparer des faits, un sociologue à la Cour pénale internationale » (Griefs, n° 3, juin 2016) et « Les diables des mille collines, fictions raciales et religieuses dans le génocide des Tutsi » (site de La Vie des idées, octobre 2015).

 

www.centrepompidou.fr

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous convier à la rencontre – débat autour de la parution de

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

Sous la direction de V.I. Rakitine, A.D. Sarabyanov

(ed. Global Expert and Service Team)

Lundi 13 mars, à partir de 18h30

Salle de Lecture de la Bibliothèque Kandinsky,

Centre Pompidou – Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Les deux premiers tomes de l’Encyclopédie, consacrés aux arts plastiques et à l’architecture contiennent une synthèse systématique des documents consacrés à l’histoire et à la théorie du mouvement avant-gardiste en Russie, à partir de 1907 et jusqu’en 1932.

Ces documents réunissent toutes les informations générales sur les participants du mouvement avant-gardiste russe de la première moitié du XXe siècle : artistes, architectes, photographes, hommes de lettres, auteurs dramatiques, etc. Le caractère unique de l’Encyclopédie consiste dans l’envergure du travail scientifique réalisé par ses auteurs et leurs collaborateurs scientifiques.

Avec plus de 2000 œuvres picturales et graphiques, accompagnées d’un riche apparat bibliographique, l’Encyclopédie rassemble des œuvres à travers les collections de la Galerie nationale Tretiakov, du Musée d’État russe, des établissements culturels et collections particulières de la Russie et du monde entier.

Les deux volumes comprennent plus de 1200 articles rédigés par 169 historiens de l’art russes et internationaux. 88 musées russes et étrangers, des fonds d’archives littéraires et artistiques, des collectionneurs particuliers et des galeries ont également contribué à cet ouvrage. Avec un souci d’exhaustivité, cette édition

publie, pour la première fois, les biographies de plusieurs dizaines d’artistes avant-gardistes inconnus jusqu’à présent, des documents d’archive exceptionnels et de photographies, pour une grande partie, inédites.

Le troisième tome, conçu en deux volumes, paraîtra en 2019 et sera consacré aux concepts, tendances, écoles, expositions et associations artistiques qui ont dessiné l’avant-garde russe.

 

Historien de l’art, spécialiste de l’avant-garde russe, Vassili Ivanovitch Rakitine a commencé à étudier à partir du milieu des années 1960 l’histoire du modernisme et de l’avant-garde russe. Les contacts avec le grand collectionneur de l’avant-garde russe Georges Costakis ont eu un impact considérable sur son parcours. Il a été commissaire et organisateur de plusieurs expositions de l’avant-garde russe, en particulier de la « Grande Utopie », et des expositions de Marc Chagall en Allemagne, Autriche, Finlande, Italie. En 1992 il a initié le projet éditorial RA (« Avant-garde russe ») et a préparé la publication d’une série de mémoires d’avant-gardistes russes.

Historien de l’art, spécialiste de la peinture de l’avant-garde russe et de l’œuvre de Wladimir Baranoff-Rossiné, Andreï Dmitrievitch Sarabyanov a publié l’ouvrage

« L’avant-garde russe inconnue dans les musées et collections particulières ». Grâce à lui des dizaines de toiles d’avant-gardistes russes sont désormais connues du public. Il est également l’éditeur et rédacteur de la série d’ouvrages « Archives de l’avant-garde russe » (en collaboration avec V. Rakitine).

 

Labex Arts-H2H Offre d’emploi: Ingénieur d’étude en traitement des données documentaires

Le projet « Isidore Isou, l’art à la lettre » prend comme point d’étude la dimension structurellement pluridiciplinaire du mouvement lettriste, tel que reflétée dans la construction théorique de son fondateur. Lecteur insatiable et promoteur de la créativité incessante, Isidore Isou élabore de nombreuses théories qui touchent à la fois aux arts plastiques, à la littérature, au cinéma expérimental, aux arts du spectacle et à l’invention performative, mais aussi à l’économie politique, aux mathématiques, à la médecine ou bien à la psychologie. La mise en œuvre, en 2016, d’une campagne de traitement matériel et intellectuel des archives conduira à une programmation culturelle pluridisciplinaire au Centre Pompidou, en 2018, qui mêlera exposition, projections, performances et événements discursifs.

Sous l’autorité du responsable du secteur des archives et de la documentation, il a en charge le classement et la description des archives d’Isidore Goldstein dit Isidore Isou. Le traitement de ce fonds s’effectue dans le cadre du programme de recherche « Isidore Isou, l’art à la lettre » au sein de la Bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du MNAM-CCI, et en relation avec les chercheurs, conservateurs et archivistes associés au projet.

Pour la fiche du projet:

http://www.labex-arts-h2h.fr/offre-d-emploi-ingenieur-d-etude.html

Merci d’envoyer vos candidatures à l’adresse:

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

avant le 17 mars 2017

 

 

Cinéplastique – L’age d’or du film sur l’art

Paul Haesaerts, Visite à Picasso © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandinsky, Fonds Audiovisuel

Dans les années 1940–1950, le fort développement du film documentaire sur l’art permet de populariser les Beaux-Arts. Ce geste politique possède une double fonction: accomplir un projet humaniste d’éducation par la culture; prolonger la guerre entre Etats par un autre moyen, celui de la culture.

François Campaux, Matisse, 1945-1946, noir et blanc, sonore, 22’      La caméra suit le processus créateur geste par geste et l’œuvre se crée sous le regard du spectateur pendant la fameuse séquence du ralenti. On peut ainsi ressentir jusqu’aux doutes, aux hésitations et aux repentirs de l’artiste.

Paul Haesaerts, Visite à Picasso, 1950, noir et blanc, sonore, 20’18 »   Réalisé en 1949, où la vie du peintre est portée à l’écran au moyen d’un ingénieux système permettant de suivre la gestualité et les mouvements de l’artiste aux prises avec la naissance d’une œuvre. Picasso y peint derrière une vitre dont la transparence nous permet d’observer l’évolution de sa composition.

Hans Namuth, Jackson Pollock 51, 1951, couleur sonore, 09’33’’             Le film reprend le système de visionnage à travers la vitre qui cette fois est placée au sol afin de respecter la technique du dripping de l’artiste qui plaçait ses toiles au sol au moment de les peindre. Chaque hésitation devient visible pour le spectateur : après une première tentative sur verre l’artiste insatisfait efface son tableau pour en recommencer un autre.

Luciano Emmer, Picasso, 1954, couleur, sonore, 43’20’’  (extrait)
Pendant que la caméra explore l’univers figuratif de Picasso, les commentaires en voix-off (écrits partiellement par le peintre Guttuso et dits par Jean Davy) analysent dans les détails les vues sur les œuvres tout en racontant la vie, les influences et les évolutions artistiques de Picasso. Les scènes finales montrent l’artiste au travail, images authentiques pour les futures générations.

 

Séance 1 – Populariser les Beaux-Arts

Samedi 4 mars, 11h15, Cinéma 2, Entrée Libre

 

« Cinéplastique » est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseilleurs à la programmation: Isabelle Daire, Natalia Klanchar, Etienne Sandrin, service des Collections Films, Bibliothèque Kandinsky et Nouveaux-Médias

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

© Claire Fontaine, Arbeit Macht Kapital, 2004, Néon, verre et cadre métallique courtesy of the artist

En dehors de l’usine. L’operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Séance 2

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

avec Maurizio Lazzarato et Claire Fontaine

Jeudi, 16 février, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À partir des années 1960, l’œuvre et la figure de Marcel Duchamp ont fait l’objet d’une pluralité d’interprétations qui divergent notamment sur le plan des lectures politiques. La pose affectée de l’artiste, ainsi que sa citoyenneté américaine, ont été critiquées de façon virulente par plusieurs artistes se revendiquant de la gauche. Cependant, son « silence » et sa redéfinition du travail artistique ont nourri également une réflexion qui voit Duchamp comme un penseur innovateur du « refus du travail », un des slogans portés par l’operaismo. Lors de cette rencontre-débat, un des représentants les plus persuasifs de cette deuxième lecture, Maurizio Lazzarato, dialoguera avec Claire Fontaine, « artiste ready-made » qui a souvent problématisé la question du refus du travail et de la grève.

Maurizio Lazzarato est sociologue et philosophe. Il vit et travaille à Paris où il poursuit des recherches sur la monnaie, le refus du travail et le concept de guerre (« Guerres et Capital »,  Amsterdam, 2016,  écrit avec Eric Alliez). Il écrit également sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d’images.

Claire Fontaine est une artiste collective basée à Paris et fondée en 2004. Après avoir tiré son nom d’une marque renommée de cahiers d’écoliers, Claire Fontaine s’est auto-déclarée une « artiste ready-made » et elle a commencé à élaborer une version d’art néo-conceptuel qui rappelle souvent le travail d’autres artistes. Elle travaille avec le néon, la vidéo, la sculpture, la peinture et le texte, sa pratique peut être décrite comme un questionnement continu de l’impuissance politique et de la crise de la singularité qui semblent à présent définir la société contemporaine.

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

http://www.ciph.org/

 

 

Lire Debord

image002

Lire Debord

(Éditions L’ échappée, collection « Frankenstein »)

En présence des coordonnateurs de la publication, Laurence Le Bras et Emmanuel Guy

Jeudi, 26 Janvier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

« Debord ne nous laisse, à nous lecteurs, aucun répit. On le savait déjà à travers les livres publiés de son vivant, qui montrent avec quelle ténacité il maintint jusqu’à la fin le cap qu’il avait commencé à suivre au début des années 1950. Mais les notes inédites rédigées tout au long de sa vie pour des projets restés inaboutis incitent aussi à poursuivre sa réflexion sur l’évolution des sociétés contemporaines, et sur les moyens d’enrayer son cours funeste. Ainsi faut-il décrypter ces documents rassemblés et publiés ici pour la première fois : notes préparatoires pour la poursuite de son œuvre autobiographique et critique, définition des bases politiques de l’Internationale situationniste, ou encore un dictionnaire qu’il avait en projet dans les années 1980 en vue de critiquer la corruption du langage par le spectacle. » (Présentation de l’éditeur)

Avec les mises en perspective et des textes critiques signés par François Coadou, Monica Dall’Asta, Gabriel Ferreira Zacarias, Nicolas Ferrier, Jacopo Galimberti, Anselm Jappe, Laurent Jeanpierre, Christian Le Guerroué, Tom McDonough, Patrick Marcolini, Greil Marcus, Fanny Schulmann, Vanessa Théodoropoulou et Frédéric Thomas.

A cette occasion, la Bibliothèque Kandinsky prolongera la rencontre avec une sélection à travers ses collections documentaires autour de l’Internationale Situationniste.

Laurence Le Bras et Emmanuel Guy travaillent depuis 2010 sur le fonds Guy Debord de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir l’accès au fonds d’archive et la réflexion sur l’histoire qu’il peut susciter, ils ont cherché à rassembler une communauté de lecteurs de Guy Debord à travers divers projets: présentations, visites, séminaires, colloques et conférences. Ils ont également assuré le commissariat de l’exposition « Guy Debord. Un Art de la Guerre » du printemps 2013. Depuis, ils poursuivent leur travail de mise à disposition du public des ressources du fonds Guy Debord; Laurence Le Bras en tant que conservatrice au département des manuscrits de la BnF, et Emmanuel Guy en tant qu’historien de l’art et de la littérature à Parsons Paris, The New School, où il dirige le département d’histoire et théorie de l’art et du design. 

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

https://www.lechappee.org/