Archives de catégorie : Cycle CNAP/BK

Conférence Alice Motard, « Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) »

“Ay-O”,Couverture de Japanese Schmuck (No. 8), édité par Taii Ashizawa, Takehisa Kosugi, David Mayor. Beau Geste Press, 1976

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence d’Alice Motard, Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) .

Mercredi 26 avril 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alice Motard, commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, présente jusqu’au 28 mai 2017 une exposition sur la maison d’édition indépendante Beau Geste Press fondée en 1971 par le couple d’artistes mexicains Martha Hellion et Felipe Ehrenberg.  Avec leurs deux enfants, ils s’installent dans une ferme du Devon, en pleine campagne anglaise, où ils forment avec quelques amis, parmi lesquels l’artiste et historien de l’art anglais David Mayor, « une communauté de duplicateurs, d’imprimeurs et d’artisans ». L’exposition retrace l’histoire de Beau Geste Press à travers les quelques 75 livres d’artiste publiés par ses membres fondateurs et les invités ou visiteurs occasionnels de son antenne rurale – poètes visuels, artistes néo-dadaïstes ou dans la mouvance Fluxus – au cours de ses cinq  années d’existence. Ce faisant, elle met en exergue la singularité de cette maison d’édition qui, tout en opérant à la périphérie des centres artistiques de l’époque, peut être érigée en modèle de production, reproduction et diffusion artistique ayant anticipé les pratiques de mise en réseau de l’ère numérique.

En évoquant les modes opératoires de la Presse (économie de moyens, autonomie de production, distribution des livres par le biais du service postal, résidences d’artistes), Alice Motard rendra compte à l’occasion de cette conférence du foisonnement créatif, de la productivité, et du rayonnement international de cette communauté de courte durée. Elle reviendra sur les enjeux d’une telle exposition et les choix méthodologiques et curatoriaux mis en œuvre pour raconter Beau Geste Press sans dénaturer ou trahir l’esprit et les formes d’action d’une des aventures éditoriales collectives les plus fécondes de sa génération.

Alice Motard est depuis 2016 commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. De 2008 à 2013, Alice Motard a été la directrice adjointe et chargée des expositions du centre d’art contemporain Raven Row à Londres, où elle a notamment conçu et organisé l’exposition collective Unto This Last (2010) et co-commissarié les expositions The Stuff That Matters (2012), la première présentation de la collection de textiles de Seth Siegelaub, et la première rétrospective posthume de l’artiste tchèque Běla Kolářová (2013). Pendant les deux ans qu’elle a par la suite passés au centre d’art contemporain et de design de Spike Island à Bristol (2014–16) en tant que commissaire d’exposition, elle a notamment organisé un projet hors les murs avec Gareth Moore ainsi que les premières expositions institutionnelles au Royaume-Uni de Anna Franceschini, Isabelle Cornaro, Reto Pulfer, Michael Beutler et Xavier Antin. Elle est diplômée du master Curating Contemporary Art du Royal College of Art de Londres et titulaire d’un DEA d’histoire de l’art obtenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à la Freie Universität de Berlin.

Pour mener sa recherche sur Beau Geste Press, Alice Motard a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques.

www.capc-bordeaux.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective aux Editions Loevenbruck

parmentier

© Paris, Editions Loevenbruck. Photo Fabrice Gousset

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective publié par les Éditions Loevenbruck.

Une table ronde organisée à cette occasion réunira Guy Massaux, directeur scientifique de l’ouvrage et Ludovic Balland qui en a réalisé la conception graphique. La discussion sera modérée par Jean-Marc Poinsot, président des Archives de la critique d’art.

Mercredi 8 févier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Cette monographie vient compléter, à travers l’œuvre singulièrement radicale de Michel Par­mentier, l’histoire de la peinture de la seconde moitié du XXe siècle. Le titre mentionne deux œuvres de Michel Parmentier, celle que l’artiste situait à l’origine de son œuvre (Décembre 1965), et sa dernière, réalisée le 20 novembre 1999. Les contenus de cet ouvrage ont été constitués et rassemblés par Guy Massaux, co-fon­dateur, avec Bénédicte Victor-Pujebet, de l’association Michel Parmentier (AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles), un premier état ayant fait l’objet de l’exposition « Michel Par­mentier. Déc. 1965 – 20 nov. 1999, une rétrospective. », qui s’est tenue à la Villa Tamaris Centre d’Art, à l’été de 2014.

L’ensemble édité ici réunit un choix de 31 œuvres majeures de l’artiste, contextualisé par 278 documents (pour la plupart inédits) provenant du fonds d’archives Michel Parmentier, de différentes bibliothèques, collections publiques et privées. D’autre part, cinq textes inédits sont publiés : une introduction à l’œuvre de l’artiste par Robert Bonaccorsi, deux textes critiques signés respectivement Philip Armstrong et Jean- Marc Poinsot, et un récit de création d’Agnès Foiret. Enfin, une analyse rigoureuse accom­pagne l’œuvre de Michel Parmentier et les documents reproduits, à travers des textes et commentaires de Guy Massaux.

Avec le soutien à l’édition du Cnap et de la Villa Tamaris Centre d’art.

Éditeur scientifique : Guy Massaux (association Michel Parmentier, AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles)

Auteurs : Philip Armstrong, Robert Bonaccorsi, Agnès Foiret, Guy Massaux et Jean-Marc Poinsot

Conception graphique : Ludovic Balland, Typography Cabinet, Bâle  avec Emmanuel Crivelli

Typographie originale : NEXT ©Ludovic Balland

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

www.loevenbruck.com

 

« La Nouvelle Typographie» de Jan Tschichold, Editions Entremonde

149660_j_tschichold-nouvelle_typo-couv

Une table ronde avec Robin Kinross, fondateur de la maison d’édition Hyphen Press, auteur de l’introduction de l’ouvrage, Philippe Buschinger, enseignant à l’École Estienne, traducteur du livre, et Victor Guégan, docteur en histoire de la typographie, auteur d’une thèse sur Jan Tschichold.
Mercredi 23 novembre 2016, à partir de 19h
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’ouvrage emblématique de Tschichold, La Nouvelle Typographie (1928) est un véritable mani­feste pour la modernité, analogue dans son domaine au livre du Corbusier Vers une architecture. Prenant la forme d’un manuel, l’auteur y fait table rase de la typographie ancienne qui ne trouve grâce à ses yeux que dans son contexte historique, maintenant dépassé.

Pour concevoir son histoire de la typographie, Tschichold s’est d’abord tourné vers l’art moderne. Pour lui, l’ancienne ère, centrée sur l’individu, a laissé place à une nouvelle époque, celle de la reproductibilité et de la dissolution de l’art dans l’architecture et autres formes directement publiques. La vie ainsi bouleversée, mécanisée, urbanisée, accélérée, le centre de gravité s’est déplacé vers le social et le collectif. Il s’agit d’en prendre acte.

Les idées et le langage utilisés sont caractéristiques des textes modernistes de cette époque. Cette révolution agit comme une lame de fond dans tous les domaines de la création, de la nouvelle architecture au théâtre politique de Bertolt Brecht, du mobilier tubulaire au cinéma de Dziga Vertov et jusqu’à la littérature. Les avant-gardes, les futuristes, le mouvement Dada, le mouvement De Stijl, les constructivistes russes, le Bauhaus dessinent une véritable constellation internationale dont s’abreuvent les nouveaux typographes autant qu’ils y apportent leurs contributions.

Jan Tschichold (1902-74) a travaillé comme typographe et enseignant en Allemagne, en Suisse et en Angleterre. Il fut internationalement connu en 1925 avec la publication de la Typographie élémentaire et pour le renouvellement de la ligne graphique de Penguin Books.

Traduction de l’allemand par Françoise et Philippe Buschinger
Introduction de Robin Kinross

Ce livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

entremonde.net

 

La vie et la mort des œuvres d’art publié par Tombolo Presses.

lavietelamortdesoeuvres

Mercredi 12 octobre 2016, à partir de 18h30

La présentation réunira Thierry Chancogne (Tombolo Presses), Cécile Dazord (Conservatrice chargée de l’art contemporain et des phénomènes d’obsolescence au C2RMF), Alexis Guillier (Artiste), Nathalie Leleu (Auteure, chercheuse, chargée de mission au Centre Pompidou puis au Musée Picasso), Christophe Lemaitre (Artiste, éditeur), Céline Poulin (Le Bureau/, directrice du CAC Brétigny), Spassky Fischer (Studio de design graphique).

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

Recueil de récits et de textes d’essence théorique, La vie et la mort des œuvres d’art entend poursuivre l’entreprise abordée par l’exposition éponyme au Cneai (Chatou, France) en 2014, et lors du panel de discussion organisé chez Treize (Paris, France) en Novembre de la même année. Avec pour point de départ une collection d’objets qui furent des œuvres d’art et ne le sont plus, ce livre s’intéresse à différentes continuités matérielles et perceptibles traversées par la définition d’œuvre d’art. Il convoque plus généralement un certain nombre de questions liées à l’ontologie de l’œuvre d’art : de quelle manière une œuvre s’inscrit-elle dans la continuité matérielle de la forme qui la contient et l’excède ? De quelle façon ce temps de l’œuvre au sein de l’objet excède-t-il à son tour la durée d’une vie humaine ? Quelles raisons et quelles pratiques président à la conservation et l’entretien d’un artefact ? La vie et la mort des œuvres d’art se tient là où l’œuvre cesse, et tente d’écrire ce qu’elle devient. Recouvrement mutuel des figures de l’artiste et du restaurateur, chimères technologiques, entités biologiques substituées à l’intérieur d’une œuvre pour sa conservation, reconstitutions muséales, hyper-restauration, œuvres re-configurées physiquement et œuvres re-configurées chimiquement sont autant d’exemples qui composent les paysages de cet ouvrage.

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Extraits du livre : http://presses.t-o-m-b-o-l-o.eu/La_vie_et_la_mort_FR(Extrait).pdf

www.presses.t-o-m-b-o-l-o.eu

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré

unnamed

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré.

Pour sa première publication, la maison d’édition T&P Publishing / T&P Work Unit réunit l’historienne et théoricienne du design, Catherine Geel, le dessinateur et typographe Karl Nawrot, et les graphistes Guillaume Grall et Benoît Santiard de Building Paris, autour du travail du designer français Pierre Paulin.

La présentation du livre, qui réunira Catherine Geel, Karl Nawrot et Building Paris, sera introduite par Marie Lejault, éditrice de l’ouvrage. Une signature du livre et de l’affiche aura lieu à l’issue de cette rencontre.

Mercredi 1er juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à :

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Tout – ou presque – des images et des créations iconiques de Pierre Paulin est disponible sur le net, suite au premier travail de recension réalisé du vivant du designer, sous la direction de Catherine Geel*. Depuis les premières expositions institutionnelles** consacrant son œuvre et permettant la re-découverte du travail du designer, éditions, rééditions et événements se sont multipliés, permettant une reconnaissance plurielle de son travail.

Dernier événement en date, l’exposition monographique qui se tient au Centre Pompidou Paris, jusqu’au 22 août 2016.  L’occasion pour l’historienne de réenvisager le travail de recherche et de recollement des archives mené il y a une dizaine d’années. Karl Nawrot participe à cette nouvelle approche avec un travail de digestion original qui s’empare de l’œuvre de Pierre Paulin pour en offrir une relecture à la fois fidèle et radicale. Enfin, charge à Building Paris d’articuler ces réinterprétations dans un ouvrage à la fois petit, précis et illustré.

* Catherine Geel (dir.), Pierre Paulin Designer, Paris, Archibooks, 2008

** Pierre Paulin Superdesigner, Design Parade 02, Villa Noailles, Hyères, France, 2007 

Pierre Paulin, le design au pouvoir, Mobilier national, Paris, France, 2008

Pierre Paulin Supermoderne, Grand-Hornu Images, Grand-Hornu, Belgique, 2008

Le livre, réalisé en partenariat avec France Culture, a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Catherine Geel est historienne et enseignante en histoire et théorie du design. Elle enseigne à l’École normale supérieure de Cachan, à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et co-dirige le Dirty Art Department au Sandberg Instituut, Master de la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam. Elle a travaillé sur Pierre Paulin de 2006 à 2008 et a été commissaire de deux expositions le concernant à la Villa Noailles (2007), au Grand Hornu (2008). Son dernier ouvrage paru est Alessandro Mendini. Écrits 1972-2012. Architecture, design et projets aux Presses du Réel. 

Karl Nawrot (Walter Warton) est graphiste. Il a d’abord étudié le dessin à Lyon avant d’intégrer le Werkplaats Typografie à Arnhem. Il a enseigné à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam (2008-2012) et à l’Université de Séoul (2012 à 2015). Il a reçu en 2015 le premier prix du concours international de l’affiche et du graphisme à Chaumont.

Building Paris est formé par Benoit Santiard et Guillaume Grall. Ils sont tous deux diplômés de l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) Olivier-de-Serres et ont travaillé dans différentes agences de design graphique, en France et en Angleterre avant de fonder en 2012 leur studio. Ils enseignent depuis 2008 à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée.

www.buildingparis.fr

www.voidwreck.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

Dakar 66, Le premier Festival mondial des arts nègres.

untitled2                    Dakar 66                          Le premier Festival mondial des arts nègres 

Rencontre avec Cédric Vincent

Mercredi 11 mai 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Du 1er au 24 avril 1966, Dakar fut le théâtre d’un événement qui attira des milliers de spectateurs venus du monde entier : le Festival mondial des arts nègres. Cette vaste manifestation était organisée par l’État sénégalais et la Société africaine de culture, réseau international structuré autour de l’influente revue Présence africaine. Inauguré par André Malraux, le Festival proposa plusieurs centaines de pièces de théâtre, de spectacles de danse et de projections de films, ainsi que deux vastes expositions, l’une de sculpture « traditionnelle », l’autre d’art moderne. Répercutée par de nombreux médias, la manifestation eut un puissant impact sur l’articulation d’imaginaires culturels et politiques au Nord comme au Sud du Sahara et bien au-delà, en Amérique du Nord, au Brésil et dans les Caraïbes. En pleine Guerre froide, le Festival fut aussi le théâtre d’affrontements à visée géopolitique qui débordèrent le projet initial.

untitled

La conférence de Cédric Vincent se tiendra au carrefour de la thématique des « global sixties » et de l’histoire des expositions et du panafricanisme. En prolongement de l’exposition Dakar 66 : Chroniques d’un festival panafricain (Musée du Quai Branly, du 16 février au 15 mai 2016), le chercheur reviendra sur ce Festival, encore peu exploré, pour en discuter la complexité, les contradictions et les enjeux. Présenté comme la mise en scène de la Négritude, le Festival se voulait tout à la fois un inventaire des expressions culturelles africaines et le vecteur d’une société nouvelle aux prises avec les promesses des Indépendances. Cédric Vincent s’arrêtera également sur le Musée dynamique et son exposition d’art « traditionnelle », présentée lors de son inauguration par le Président sénégalais Léopold Sédar Senghor comme le « vrai centre du Festival » et s’intéressera enfin à comprendre le Festival de Dakar dans une perspective relationnelle avec le Premier festival culturel panafricain d’Alger (1969), et le Festac – le Second festival mondial des arts nègres de Lagos (1977).

untitled3

Cédric Vincent est docteur en anthropologie, chercheur associé au centre d’Anthropologie de l’écriture (EHESS) où il codirige le programme « PANAFEST archive » avec le soutien de la Fondation de France. Il a bénéficié en 2015 d’un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée Le Premier festival mondial des arts nègres : enquêtes et archives.

Avec la participation de

Sarah Frioux-Salgas – Responsable des archives au Musée du Quai Branly

Dominique Malaquais – Chargée de recherches (CNRS-IMAf), codirige le programme PANAFEST archive (sous réserve)

 

Lien vers le document de l’exposition :

http://www.quaibranly.fr/fileadmin/user_upload/2-Evenements/expositions-et-installations/2015-16-expositions-et-installations/2016-dakar-66/2016-04-31-v2Dakar_66.pdf

 

Cette recherche a bénéficié du soutien du Cnap.

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

anarchive 6 avec Masaki Fujihata

dfkkh

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous convier au lancement d’anarchive 6 avec Masaki Fujihata – en présence de l’artiste avec la participation d’Anne-Marie Duguet, directrice de la collection anarchive et professeur émérite à l’Université Paris 1, de Jean-Louis Boissier, professeur émérite à l’Université Paris 8, et de Virginie Pringuet, conceptrice du projet AtlasMuseum.

Mercredi 13 avril 2016, à partir de 19h00

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce titre d’anarchive est la première monographie consacrée à Masaki FUJIHATA. Des premiers films d’animation et images de synthèse des années 1980 aux installations interactives et expérimentations actuelles avec le laser, le GPS ou Internet, il est possible de consulter, grâce à une application de Réalité Augmentée, 54 vidéos (films et documentations sur ses installations) et cinq modèles 3D qui sont autant d’interprétations de ses travaux. Des textes de l’artiste et des essais originaux d’auteurs japonais et français, éclairent les enjeux majeurs de ses recherches.

Masaki Fujihata est né à Tokyo en 1956. Après des études à l’Université des arts de Tokyo, il enseigne dans le département d’ « Environnement et Information » à l’Université Keio. Il développe ensuite un programme Intermedia et un département d’arts plastiques, et crée un cursus de master en cinéma et nouveaux médias à l’Université des arts de Tokyo. Artiste internationalement reconnu pour ses installations et ses recherches dans le domaine des médias, il obtient le Grand Prix Ars Electronica avec Global Interior Project #2 en 1996, et à nouveau en 2013 avec « Voices of Aliveness ». Son installation interactive « Beyond Pages » est conservé dans la collection du Musée des médias du Z.K.M. à Karlsruhe.

 Fondée à l’initiative d’Anne-Marie Duguet, anarchive est « une collection de projets multi-médias interactifs invitant à explorer l’ensemble de l’œuvre d’un artiste à partir d’archives multiples. »

La Bibliothèque Kandinsky conserve dans ses collections l’ensemble des éditions anarchive, monographies de Thierry Kuntzel, Jean Otth, Fujiko Nakaya, Michael Snow et Antonio Muntadas.

 Masaki Fujihata signera son ouvrage, à partir de 17h à la Librairie Flammarion du Centre Pompidou.

Anarchive, 2016

ISBN : 978-2-9518132-3-6

Trilingue: Français/Japonais, Anglais

Distribution : les presses du réel

Cet ouvrage a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Avec la participation du DICRéAM Centre national du cinéma et de l’image animée, de la Japan Foundation et la coopération du ZKM | Karlsruhe et de Ars Electronica

Coproduction : École supérieure des Beaux-Arts de Nantes

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

http://www.anarchive.net/

http://carnetbk.hypotheses.org/333

Dector & Dupuy aux éditions Captures

144975_dd-couverture

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Dector & Dupuy publié par Captures éditions et suivi d’une visite-performance jusqu’à Contexts/ Belleville.

Mercredi 13 janvier 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky/ Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Programme de la soirée

18h30 : présentation du travail des artistes Dector & Dupuy par les auteurs Keren Detton, Jean-Marc Huitorel et Christophe Domino.

19h45 : visite-performance Ghosts, départ du Centre Pompidou

20 heures : Métro Rambuteau

20h15 : Métro Belleville

20h30 : Contexts, vernissage de l’exposition PaCo2016 en résonance avec la monographie

Exposition du 14 janvier au 6 février.  CONTEXTS • 49 rue Ramponeau • 75020 Paris • www.contexts.fr du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous • contact@contexts.fr

Dector & Dupuy, Captures éditions, 2015

Textes : Dector & Dupuy, Keren Detton, Jean_Marc Huitorel

Entretien : Christophe Domino

Conception graphique : Jocelyne Fracheboud, Fanette Mellier (tiré à part SONG)

16,5 x 24 cm (dos carré cousu collé)

248 pages, illustration couleur, noir & blanc
ISBN : 978-2-9533912-7-5

 

La publication monographique consacrée au travail de Dector & Dupuy entend révéler la densité d’une recherche artistique qui a pris pour sujet la ville, les espaces qu’elle réserve à l’improvisation et aux lignes de fuite.

Au moment de la conception de l’ouvrage les artistes ont imaginé une classification de leur travail qui s’affranchit de la présentation chronologique en usage par l’utilisation d’une liste de titres des œuvres accompagnés d’un code indiquant la date et leur origine. Ladite liste constitue la colonne vertébrale du livre. Elle indique l’état intermédiaire d’une production qui ne cesse d’être revisitée et réinterprétée, structure l’entrée dans les clusters et les textes critiques indexés à partir de leur titre.  Elle impulse un rythme continu, se déploie dès la première de couverture et s’interrompt – plus qu’elle ne s’achève… – en quatrième de couverture. Les clusters – au nombre de quinze, seules entrées dépourvues d’un code – rassemblent sous leur vocable un ensemble d’œuvres reproduites en couleur qui sont ensuite documentées par de courtes notices et des photographies en noir et blanc. Ils facilitent à la fois la lecture transversale de la production et son archivage.

Afin de révéler une composante essentielle dans la pratique de Dector & Dupuy, à savoir  l’édition de publications sous différentes formes et formats, les artistes ont été invités à penser un tiré à part inséré au sein de la monographie. « Song » est le premier numéro d’un journal dont la parution aura lieu à l’occasion d’une invitation à venir ou de la propre initiative de Dector & Dupuy ; il prend d’emblée sa place dans la liste et peut faire fonction de marque page. D’une conception graphique différente, il vient ouvrir la monographie classiquement rétrospective vers un devenir.

L’impression de la couverture reprend un détail de la photographie d’une peinture en usage dans l’espace public « pour empêcher de coller des affiches ». La pose d’un vernis gonflant en accentue les aspérités sans pour autant nuire à la lecture des premiers et derniers éléments de la liste. Imprimée en bold (police de caractère District) tout au long de l’ouvrage, celle-ci revêt au final un caractère performatif, tel un long poème appelant une lecture à voix haute, porte-voix des multiples « braconnages poétiques » que Dector & Dupuy nous invitent à observer.

 

Captures éditions

Depuis 2008, Captures éditions a régulièrement publié des livres d’artistes ou des livres conçus avec des artistes et/ou des auteurs invités. Deux orientations ont été privilégiées, la première est une association libre de toute contrainte entre l’éditeur et les artistes ; elle a pu conduire à la production de tirages de tête en relation avec la publication initiale. La deuxième s’inscrit dans une démarche collective ou émane d’une commande à plusieurs voix, le livre devient lieu d’échange et de débat ou trace d’une expérience. Mais quel que soit le parti pris, la forme doit révéler un contenu souvent discursif, une esthétique, une pratique artistique et seule une réelle collaboration à chaque étape du processus avec les graphistes, photograveurs, imprimeurs permet de respecter cette exigence.

La publication réalisée avec Dector & Dupuy est un projet inédit puisqu’il nous a conduit à concevoir une monographie. L’ambition de cet ouvrage a été de rendre lisible l’arborescence de ce travail poétique à connotation politique ainsi que le mouvement et le déplacement des limites de l’œuvre de ce duo d’artistes.

 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

 

SPÉCIMEN aux éditions Le Feu sacré

144876_couverture-specimen

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Specimen, publié par les éditions Le Feu Sacré, en présence de l’artiste Ève Chabanon, des graphistes Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez ainsi que de certains contributeurs.

Mercredi 16 décembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Le lancement sera l’occasion d’une performance de Ève Chabanon, suivie d’une projection du film de Hedwig Houben, Personal Matters and Matters of Fact (22’). La bibliothèque mettra à la disposition du public une série de documents de référence cités dans les différentes contributions de l’ouvrage. Ces documents pourront être scannés sur place. Ramenez vos clefs USB !

Au printemps 2012, Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez conçoivent l’identité graphique de la maison d’édition Le Feu Sacré. Pour ce faire, le duo réalise deux caractères : le Feu, un alphabet au dessin géométrique original dont l’usage se limite aux couvertures des ouvrages, et le Thermidor, employé pour les textes courants des éditions.

Suite à la parution des trois premiers ouvrages de la maison, Fabien Thévenot, directeur de publication, envisage de publier un spécimen relatif au Thermidor – c’est-à-dire une démonstration des possibilités offertes par le caractère ainsi qu’une mise en valeur des enjeux formels et techniques qui l’accompagnent. C’est alors que le studio de graphisme propose à l’artiste Ève Chabanon d’imaginer comment dépasser la vocation purement formelle d’un spécimen typographique, inversant au passage les rapports conventionnels établis entre leurs professions. Conçu à partir d’un alphabet préexistant, le Thermidor relève d’un genre de caractère habituellement désigné sous le terme de « revival ». Les enjeux de sa conception induisent des notions de temporalité, d’appropriation et d’actualisation. Devenu sujet, le Thermidor est dès lors prétexte à invitations. Différents auteurs issus des champs de l’art ou du design se prêtent ainsi à l’exercice du Spécimen, permettant au caractère de revêtir des formes diverses en fonction des domaines invoqués. Parfois, certains auteurs franchissent les frontières présupposées de leurs disciplines, permettant des détours tant théoriques, littéraires qu’artistiques.

Le Spécimen n’est donc pas à proprement parler un ouvrage spécialisé sur la typographie ou sur la question de la « reprise », mais bien plutôt un recueil de textes que le lecteur est convié à ouvrir en fonction de ses propres points de curiosité.

 

Conception éditoriale : Ève Chabanon

Conception graphique : Thomas Bizzarri & Alain Rodriguez

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.lefeusacre-editions.com

www.bizzarri-rodriguez.com

www.evechabanon.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

 

 

 

 

Rose par Rose Lowder

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent au lancement de la monographie numérique Rose par Rose Lowder, publiée aux éditions Light Cone

Mercredi 18 novembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à
reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En raison des mesures de sécurité renforcées, merci de bien vous inscrire à l’adresse de réservation et d’imprimer la contremarque qui vous sera envoyée en confirmation.

atte36a2

Rose Lowder, en compagnie de l’éditrice Diana Vidrascu et du critique Enrico Camporesi, nous présentera cet e-book enrichi, autoportrait d’une des plus importantes artistes du film expérimental contemporain.

Rose Lowder, née en 1941 au Pérou,  a étudié les arts plastiques à Lima puis à Londres où elle a aussi travaillé comme monteuse dans l’industrie du cinéma. En 1977, elle fonde les Archives du film expérimental d’Avignon et concentre depuis ses recherches sur l’aspect visuel du processus cinématographique.

Rose Lowder a réalisé plus de 40 films en 16 mm, dont la plupart sont conçus image par image, et construits essentiellement lors du tournage. Ses films se composent principalement d’images filmées dans son environnement proche, qu’elle ordonne selon une précise partition visuelle. Ses œuvres font partie des collections permanentes de nombreux musées (Musée national d’art moderne, MoMA, Art Gallery of Ontario) et ont fait l’objet de nombreuses rétrospectives (Art Institute of Chicago, California Institute of the Arts, Tate Modern, Cinémathèque française).

Dans ce livre, Rose Lowder explique son approche unique de la création cinématographique et livre ses expériences de 40 ans de pratique. Ses réflexions sont accompagnées d’extraits de chacun de ses films -sélectionnés par l’artiste elle-même, – et d’un texte critique d’Enrico Camporesi (attaché de conservation au Centre Pompidou).  Le format e-book enrichi permet ainsi une exploration approfondie des images en mouvement grâce à sa capacité d’intégrer des séquences vidéo dans le texte, en invitant le lecteur à passer librement du visionnement d’images au texte.

Rose par Rose Lowder est disponible sur iBooks, une application permettant d’acquérir des livres numériques dans une boutique en ligne puis de les lire à l’aide d’un iPad, d’un iPhone, d’un iPod touch ou d’un Mac. iBooks est distribuée gratuitement par Apple.

Light Cone a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap pour la publication de cet e-book.

Light Cone est une association à but non lucratif dont l’objectif est la distribution, la connaissance et la sauvegarde du cinéma expérimental. Son action concerne aussi bien les formes explorées par ce cinéma à travers l’histoire que les recherches contemporaines, en France comme à l’étranger.

Le lancement sera suivi d’une séance de projections à 20h des films de Rose Lowder au Cinéma 2, dans le cycle FILM (Tarif : 6 € / TR 4 € / Gratuit pour les Laissez-Passer dans la limite des places disponibles).

www.lightcone.org

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

143873_couverture

Le Centre national des arts plastiques (CNAP) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent au lancement du livre

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE

de Valérie Da Costa

Lundi 2 novembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou

Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À l’occasion de la récente parution de son livre sur Pino Pascali (Pino Pascali : retour à la Méditerranée) aux Presses du réel, Valérie Da Costa, en dialogue avec Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou et Xavier Douroux, directeur des Presses du réel et du Consortium, Dijon, présentera le travail de Pino Pascali, figure centrale de l’art italien des années 60.

Pino Pascali (1935-1968) est une comète de l’art italien du XXe siècle. En quatre années seulement, de 1964 à 1968, il a su créer une œuvre exceptionnelle. Sa conception audacieuse de la sculpture, de par les matériaux employés, ainsi que sa réflexion sur l’exposition en font une figure centrale de l’art des années 1960. Pino Pascali : retour à la Méditerranée est le premier livre consacré en France à l’artiste italien. L’œuvre y est analysée en fonction de thèmes : la temporalité de la sculpture, la mise en scène de soi, la sculpture comme art environnemental, l’attachement à la Méditerranée, l’intérêt pour l’anthropologie. Les propos de l’artiste, ainsi que les nombreuses archives, principalement celles conservées à la Fondazione-Museo Pino Pascali, constituent le matériau inédit de l’analyse de cette œuvre bien au-delà de son rattachement à l’Arte Povera.

Continuer la lecture de PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

A quoi tient le design

A quoi tient le design ?

 

 

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP, la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) présentent :

À QUOI TIENT LE DESIGN publié par De L’Incidence Éditeur

en présence de l’auteur Pierre-Damien Huyghe et d’Olivier Koettliz

MERCREDI 18 MARS 2015, 18H30

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY

Entrée libre sur réservation à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque vous sera délivrée lors de la confirmation d’inscription)

« À quoi tient le design », cette phrase est dite d’abord pour affirmer que le design fut une attitude historiquement décidée à l’articulation des XIXe et XXe siècle au sein même de la société industrielle. Mais celles et ceux qui aujourd’hui entreprennent d’inscrire quelque chose de leur personne et de leur existence au nom du design tiennent-ils toujours à cette attitude ? Leur paraît-elle seulement plausible ? Ce qui procéda certes d’un élan et d’une conviction, mais sut aussi marquer l’époque de quelques faits décisifs (accrochés à la mémoire en tout cas, comme le Bauhaus) est peut-être en train de perdre quelques traits essentiels de son caractère. Peut-être sommes-nous à un tournant, mais peut-être seulement. Faut-il se presser de conclure sur ce point ? Rien n’est moins sûr. En étudiant, par divers biais et de diverses manières les engagements du design historique, ce livre doute qu’une autre époque nous concerne substantiellement. « À quoi tient le design » n’est donc pas exactement – ou pas seulement – une affaire d’histoire. Même sans savoir précisément en quoi, attendant sans doute une philosophie à la fois précise et inquiète quant à ce qui se joue, nous tenons encore à ce à quoi le design a tenu, nous sommes toujours concernés par ses conditions de possibilité. Aux poussées techniques industrielles qui motivèrent autrefois le design se sont substituées des poussées techniques qui n’ont pas la même nature matérielle. Mais ce sont toujours des poussées techniques, et prises comme avant dans une économie. Si le design tient, c’est, ce sera pour qu’elles ne soient pas seulement ainsi prises, mais pour qu’elles parviennent à un mieux naguère appelé « forme » et qu’ainsi parvenues, elles prennent davantage d’allure.

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du CNAP.
Essai en six fascicules, 490 pages // réparties en 6 fascicules // décembre 2014

 

SCULPTURE IN REVERSE par Michael Heizer – Éditions Lutanie

 

sculpture reverse

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou et le Centre national des arts plastiques (CNAP) vous invitent à la présentation de Sculpture in Reverse, de Michael Heizer, en présence de Manon Lutanie, éditrice, et de Raphaëlle Brin, traductrice de l’ouvrage.

Mercredi 21 janvier 2015, à 18h30

Entrée libre sur réservation : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Paru à l’automne 2014 aux Editions Lutanie, Sculpture in Reverse est la réédition et la traduction d’un entretien conduit en novembre 1983 par Julia Brown, critique d’art et commissaire au Museum of Contemporary Art de Los Angeles et publié en 1984 dans le catalogue de l’exposition Michael Heizer, Sculpture in Reverse (MOCA, Los Angeles). L’entretien original est reproduit ici en fac-similé, et sa traduction est accompagnée d’autres images du catalogue initial, agencées dans un nouvel ordre élaboré en étroit échange entre Michael Heizer et Manon Lutanie. Lieu qui fait entendre la voix d’un artiste majeur du premier Land Art américain, lieu également d’une aventure de la recherche et de la réactivation éditoriale, Sculpture in Reverse est à la fois une réflexion sur les modalités de reproduction de l’art et sur les qualités typographiques d’un catalogue-clé de l’édition contemporaine.

À cette occasion, Hard Core, le film réalisé par Walter de Maria en 1969 dans le désert Black Rock de Nevada et  auquel Michael Heizer contribue, sera projeté et présenté par le critique de cinéma Antoine Thirion.

Les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky seront consacrées à Michael Heizer.

L’ouvrage a reçu le soutien du Centre national des arts plastiques (CNAP).

http://www.editionslutanie.fr/

http://www.centrepompidou.fr/

http://www.cnap.fr/

FABRIQUES DU CINÉMA EXPÉRIMENTAL

 

La Fabrique du cinéma experimental-Couv seule-web2

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

FABRIQUES DU CINEMA EXPERIMENTAL

publié par PARIS EXPÉRIMENTAL

en présence de Christian Lebrat, Éric Thouvenel, Carole Contant

et des artistes Frédérique Devaux et Silvi Simon

MERCREDI 10 DECEMBRE 2014, 18h30

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

 Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 Comment vivent et travaillent, à l’ « ère du numérique », les cinéastes expérimentaux ? Qu’en est-il de leur attachement à la matérialité de l’objet-film ? Quels sont leurs outils, leurs rapports à la création, leurs manières de penser, de fabriquer et d’habiter les images et les sons ? Comment financent-ils leurs projets ? Quel regard portent-ils sur leur parcours et sur les mutations décisives que connait aujourd’hui le cinéma, y compris « expérimental », envisagé dans sa dimension esthétique, pratique, technique, économique et institutionnelle ?

Cet ouvrage s’attache à soulever ces questions à travers neuf entretiens menés avec des cinéastes de générations et d’horizons différents, mais qui ont en commun de porter un regard lucide et singulier sur leur propre travail, comme sur la façon dont le tournant numérique l’affecte – et pas nécessairement, comme le voudraient tant d’idées reçues, de manière négative – depuis près de quinze ans. De la survivance glorieuse de pratiques du film artisanales et sophistiquées, aux hybridations et métissages permis par les outils numériques comme par la délocalisation des images hors de la salle de cinéma, en passant par la nécessaire réflexion sur la maîtrise économique et politique des outils de production des films, se dessinent ainsi les formes vivantes d’un engagement qui n’a rien d’anachronique, mais demeure et insiste comme une lueur particulière, et nécessaire, dans le grand flou des images contemporaines. Pour cela, on a fait le choix de rester au plus près de la pratique de ces cinéastes pour qui faire un film est un acte du corps autant que de l’esprit, de la main autant que de l’œil, et qui considèrent que les manières de faire sont, aussi, des manières de penser.  Afin d’accompagner et de prolonger la parole des cinéastes, chaque entretien est suivi d’une filmographie complète et d’une iconographie contenant des reproductions de photogrammes, des photographies de leur matériel, des schémas préparatoires et des partitions visuelles, qui éclairent sous un autre angle la genèse de leurs travaux. L’ensemble est complété par un glossaire et une bibliographie.

 Entretiens avec Martin Arnold, Frédérique Devaux, Olivier Fouchard, Ken Jacobs, Christian Lebrat, Rose Lowder, Nicolas Rey, Silvi Simon, José Antonio Sistiaga.

Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un essai sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (Presses Universitaires de Rennes, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une trentaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Il mène également une activité de programmateur, au sein de l’université, dans des lieux associatifs et des institutions muséales.

 Carole Contant est cinéaste. Membre du Collectif Jeune Cinéma depuis 1997, elle autoproduit de nombreux films en Super8, notamment au sein du groupe les petits films. Ses films sont fréquemment sélectionnés dans des festivals de cinéma documentaire, d’art vidéo et de cinéma expérimental. Depuis 2008, elle tourne des vidéos pour des compagnies de danse et des associations engagées dans une écologie locale et durable. Elle est également programmatrice au sein de l’association peti peti, où elle mène une activité pédagogique soutenue, en particulier autour des relations entre danse et cinéma.

 Fondées en 1983, les éditions Paris Expérimental se consacrent essentiellement au cinéma d’avant-garde et expérimental. Elles publient des livres de références ainsi que des essais sur des cinéastes, des films ou des points particuliers de l’histoire de cette forme de cinéma.

 http://www.paris-experimental.asso.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

« Idéologies : des nouvelles de l’Antiquité » (Alexander Kluge) publié par le Théâtre Typographique TH.TY.

KlugeTHTY

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

« IDÉOLOGIES : DES NOUVELLES DE L’ANTIQUITÉ »

PUBLIÉ PAR LE THÉÂTRE TYPOGRAPHIQUE TH.TY

en présence des éditeurs Bernard Rival et Bénédicte Vilgrain, traductrice du livre.

L’occasion  d’une discussion sur le Théâtre Typographique avec ses cofondateurs et d’un échange autour de  «Nouvelles de l’Antiquité idéologique», le film d’Alexander Kluge et du livre qui lui est aujourd’hui consacré.

MERCREDI 19 NOVEMBRE 2014, 18h30, BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Entrée libre sur réservation obligatoire à  reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

« Idéologies : des nouvelles de l’Antiquité » : 128 pages d’entretiens, d’images, d’histoires et de « cartons » (comme dans le cinéma muet) extraits du film du réalisateur Alexander Kluge « Nachrichten aus der ideologischen Antike » (littéralement : « Nouvelles de l’Antiquité idéologique », 570 minutes, 2008.) Objet du film : ériger une stèle au projet qu’Eisenstein avait eu, en 1928-1929, de porter à l’écran Le Capital de Karl Marx. La crise de 1929 s’est invitée dans ce projet, peut-être en a-t-elle eu raison. Alexander Kluge s’interroge sur le rôle fantomatique des circonstances dans la construction mentale d’Eisenstein : « Même les commencements d’Eisenstein m’intéressent. Ce réalisateur hardi et entêté ne se contentait pas de vouloir « cinéfier » Le Capital, il projetait de renverser le cinéma en général et d’en fonder un autre. Ses propositions de « constellations visuelles », cette manière qu’il a de poursuivre le montage au-delà de ce qu’il atteint dans ses films, y intégrant réflexions et écrits, le recours aux séries et l’usage des demi-tons, des harmoniques, bref : la modernité d’Eisenstein est pertinente à notre époque, et pas seulement pour porter à l’écran Le Capital. » La profusion des entrées et des techniques, combinée à la force centripète du « sous-texte » invoqué par Alexander Kluge, font peut-être de ses « Nouvelles de l’Antiquité » le « livre sphérique » rêvé par Eisenstein.                                                                                                                   

Le Théâtre Typographique a bénéficié pour la publication de cet ouvrage de l’aide à l’édition du CNAP.

http://www.thty.fr

http://www.centrepompidou.fr

http://www.cnap.fr

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3,

75004 Paris