Archives de catégorie : Billets

Gustave Miklos. Un grand œuvre caché, éd. Fata Libelli, 2013

Miklos

Danuta Cichocka, libraire, expert en livres de bibliophilie, offre un premier volume sur l’œuvre de l’artiste hongrois dans le domaine du livre et de la reliure, qui a pour mérite d’attribuer à leur véritable auteur les travaux que Miklos a effectués dans l’ombre pour François-Louis Schmied, Jean Dunand ou Jean Goulden.

Ce travail de restitution s’appuie en grande partie sur un cahier des « travaux exécutés pour François », conservé par ses ayants droit.

Gustave Miklos y apparaît comme le grand artiste du renouvellement de l’art du livre au XXe siècle dans la mouvance du cubisme et du style Art déco.

Ayant donné l’impression d’abandonner subitement la peinture en 1921, Miklos a en réalité mis son talent au service de l’atelier Schmied-Dunand, pour lequel il réalisa de somptueux livres de 1922 à 1941.

Le dessin est épuré, les compositions d’une construction très sûre dynamisées par les jeux géométriques et les aplats de couleur. Dans la lignée des Ateliers viennois, virtuosité décorative et richesse ornementale animent des sujets dont l’illustration puise à profusion dans les arts minoen, grec, byzantin, oriental, dans l’art populaire d’Europe de l’Est. L’audace formelle, structurelle, chromatique faisait dire à la critique de l’époque qu’on était en présence d’une « nouveauté d’aspect prodigieux ». Or des années de recherche montrent que l’éloge revient à Gustave Miklos. En fait, on comprend qu’il a financé sa pratique de sculpteur sur métal par la production de livres de bibliophilie.

Le 1er volume établit le catalogue raisonné de l’œuvre pour le livre et la reliure. Un 2e volume, catalogue raisonné de l’œuvre de sculpteur, peintre et décorateur, paru en septembre 2014, est dans nos listes d’acquisition.

The Art of the Adivasi, Musée d’art moderne, Hyogo, 1988

Adivasi-300x224

Un catalogue d’exposition sur l’art des Adivasi est entré dans les collections. Les Adivasi sont un groupe ethnique autochtone de l’Inde. La question des contacts culturels étant un sujet universellement sensible, montrer leur production artistique au japon avait entraîné une polémique en Inde en raison des éventuels effets négatifs que ces contacts auraient sur la tribu : dénaturation de l’art, « spoliation déguisée ». Le commissaire contestait ce risque arguant du fait que nul n’est totalement coupé d’une influence extérieure et que le contact n’implique en rien l’abandon de sa culture d’origine.

Scènes de la vie domestique, scènes de la vie agricole, figures en bronze représentant la faune locale, masques, tuiles faîtières décoratives en argile, le sujet est inhabituel pour la Bibliothèque Kandinsky. Rentré dans les collections suite à l’exposition documentaire présentée Galerie du Musée, au Centre Pompidou, été 2014, pour les 25 ans des Magiciens de la Terre, ce catalogue pourra intéresser les historiens des arts primitifs. A notre connaissance le catalogue n’est dans aucune autre bibliothèque en Europe. Worldcat ne le localise qu’en Amérique du Nord.

Frédéric Bruly Bouabré, éd. X. Barral, 2013

 

Bruly-300x224

La bibliothèque a acquis en 2014 le précieux coffret des œuvres de Frédéric Bruly Bouabré. Edité conjointement par Agnès b et Xavier Barral, ces quatre volumes exhaussent le vœu de l’artiste de voir son œuvre publiée de son vivant.

Le 1er volume reproduit les pensées, songes, révélations consignés de 1945 à 1963 dans le Livre des lois divines révélées.

Le 2e compile l’alphabet bété mis au point à partir de 1950 par l’artiste pour offrir une écriture à sa culture d’origine, celle du peuple bété de Côte d’Ivoire, un alphabet dessiné, composé de syllabes, données avec leur prononciation.

Dans les années 1970 Bruly Bouabré développe sa manière de dessins au stylo-bille et crayons de couleur sur carton, entourés d’un texte en lettres capitales, dont le 3e volume donne deux exemples sous forme de contes, les formes primitives du conte et du dessin se trouvant soutenues par l’écriture en français, apprise à l’école française.

Tout l’œuvre de Bruly Bouabré est le fruit du souci de transmettre aux générations futures, sans rien y changer, le savoir qu’il a hérité des anciens, un patrimoine oral, véhiculé par des générations ; il consigne la tradition mise ainsi au service de l’éducation.

Le 4e volume rassemble photographies, autobiographie, correspondance, dans une langue imagée, savoureuse, qui traduit un esprit inspiré par l’amour qu’il a reçu.

Bruly Bouabré délivre un message de sagesse, de bonté, qu’il nous enjoint à cultiver.

Son premier conseil : être concis.

ON KAWARA (1933, Kariya – 2014, New-York)

“I’m still alive”

Dès les années 1940, très jeune, On Kawara connait déjà un grand succès. Il est alors reconnu au Japon comme un artiste confirmé, ouvrant des perspectives à sa génération, en trouvant dans son art les formulations adéquates aux expériences traumatisantes de la guerre.

Il peint à cette période des toiles figuratives, de facture très graphique, dans un style pouvant s’apparenter au surréalisme. Ces œuvres évoquent souvent des personnages solitaires aux visages déformés, enfermés dans des pièces recouvertes de carrelage.
Il réalise notamment une série de portraits de japonais entre 1955 et 1956, au départ pour former un livre : Death masks.

Ces dessins, comme la plupart de ses œuvres de jeunesse sont marqués par la tragédie des bombardements nucléaires. Il en tire finalement un port-folio de 30 gravures publié en 1995 et intitulé Tanatophanies, ou Apparitions de la mort.

On Kawara voyage beaucoup toute sa vie, et c’est aussi ce qui détermine son mode de production. Il partage en quelque sorte sa vie avec son public, à la fois en tant qu’être subjectif qui prend connaissance des événements et des lieux, mais aussi en tant qu’observateur objectif de ses expériences dont il va commencer à enregistrer les données mesurables ainsi que les coordonnées avec la plus grande précision possible.

C’est le 4 Janvier 1966 qu’il peint sa première « Date painting », avec un procédé qu’il reproduira jusqu’à la fin de sa vie. Il s’agit d’un protocole assez rigoureux, avec la réalisation d’un monochrome foncé au centre duquel  est peinte en blanc la date du jour de la réalisation de la peinture dans la langue du pays dans lequel se trouve l’artiste ce jour la. Chaque peinture est conservée dans une boite en carton sur mesure, et accompagnée d’une page de journal local daté du jour de la réalisation.

Le format de ces toiles varie de 20,5 x 25,5 cm à 155 x 226 cm. Les toiles sont tendues sur des châssis de bois de 5 cm d’épaisseur et retournées sur les côtés du châssis pour être ensuite fixées au dos.
La face et les côtés sont ensuite recouverts de peinture acrylique, chaque toile étant peinte d’une couleur spécifique. Enfin, la date est peinte en blanc au centre de chaque toile.

Ce travail met en place l’enregistrement de données biographiques précises, comme des sortes de coordonnées temporelles et spatiales sur la durée et le caractère limité de sa vie.

Ces notes de la conscience du temps sont réalisées sous différentes formes et se réfèrent à différentes situations et activités en rapport avec son lieu de séjour du moment.

« Today, I read, I went, I met, I got up … ».

Conférence Vidéo et après : Muntadas, propositions critiques.

Nouvelle image (1)Lundi 3 novembre à 19h00  

salle Cinéma 2

Présentée par  Antoni Muntadas

 

Dès ses premières vidéos, Muntadas a centré son activité artistique Nouvelle image (2)sur la critique des médias : la télévision, la presse, la publicité, mais aussi l’architecture, et celle, invisible, des réseaux de communication. Il est un des tout premiers artistes à avoir réalisé un travail pour Internet The File Room (1994), vaste base de données collective sur la censure. Il questionne les systèmes de pouvoir qui s’exercent à travers l’instauration des frontières, le processus de la traduction, les rituels sociaux et politiques, les rapports du public et du privé.

Muntadas présentera quelques-unes de ses installations et interventions ainsi que des vidéos telles que les actions corporelles de 1971, Media Ecology Ads (1982), Video is Television ? (1989) ou Alphaville (2011).

Nota bene : exceptionnellement, l’entrée au cinéma 2 se fera depuis la piazza, à droite de l’entrée principale, suivre signalétique.

Projection/conférence organisée dans le cadre du programme de recherche Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique du Labex Arts-H2H en partenariat avec l’Université Paris 8 et la BnF

Vidéo et après est un cycle de rencontres avec des artistes et des historiens de l’art proposant projections, conférences, performances et discussions. Parcourant l’histoire des pratiques artistiques liées à la vidéo et au son, depuis le début des années 1960 jusqu’à nos jours, «Vidéo et après» se consacre essentiellement aux vidéos d’artistes de la collection du Musée national d’art moderne.

Contact : videoetapres@centrepompidou.fr

La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Cette synthèse a été établie par Camille Martin, stagiaire dans le cadre du programme Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968,  en partenariat avec le Labex Arts H2H

Afin de faire un état des lieux de l’ensemble de la documentation sur la vidéo présente au Centre Pompidou, nous avons cherché tout d’abord à référencer les différentes sources d’informations disponibles, le but étant dans un premier temps de définir et cartographier notre domaine de recherche. Le premier problème repose sur la difficulté à isoler et identifier la documentation sur « la vidéo », notamment parce que les sources consultées ne font généralement pas cette distinction. Elles réfèrent leurs informations le plus souvent par titre ou nom de l’artiste et non par « médium » ou « domaine artistique ». On comprend alors qu’une recherche exhaustive demanderait donc de reprendre l’ensemble de l’histoire des manifestations de l’établissement.

Une autre spécificité de cette recherche est que l’émergence de la vidéo dans cette période correspond au début du Centre Pompidou. Ainsi, on remarque que comme « nouveau médium», la vidéo et les usages qui lui étaient associés (expérimentation, performance, militantisme, éducation populaire…) trouvaient d’avantage leur place dans des événements courts et de natures assez hétérogènes (projections, colloques, publications, ateliers pour le public, productions d’artistes…) que dans les espaces d’expositions à proprement parler. Ainsi une première recherche montre qu’à ce moment-là la vidéo est plutôt présentée dans les espaces de projection du 3ème étage, dans le forum ou encore au fil de la programmation de la BPI. Par ailleurs on remarque que ces événements sont souvent organisés à l’initiative de plusieurs acteurs, entre autres : le « service audiovisuel », la « coordination des manifestations » ou encore la BPI.

Cette recherche s’étend donc sur une histoire plus large de l’institution, relevant des usages et des préoccupations que la vidéo soulevait à l’époque. Ainsi il semble indispensable au regard des multiples dimensions et domaines que la vidéo pouvait toucher de commencer tout d’abord par une recherche très large reprenant l’ensemble des événements ayant un rapport avec ce médium. Continuer la lecture de La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Conférence Vidéo et après : la Vidéo à Vincennes, centre universitaire expérimental, 1969/1980

La Bibliothèque Kandinsky est associée au programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique » dans le cadre du Labex Arts H2H.  Le Centre Pompidou propose ainsi plusieurs fois par an des séances dédiées aux vidéos conservées dans la collection du Musée national d’art moderne ou à des problématiques touchant à l’émergence de l’art vidéo. 


Videovincennes

 

 

 

Ettore Sottsass

Grâce à la très belle donation consentie en juillet 2013 par  Madame Barbara Radice Sottsass, le Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle conserve les archives du grand designer italien dont quelques pièces sont présentées actuellement dans les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky. Alors que la collection du musée comportait déjà 431 pièces (dessins et objets), cette donation permet désormais de mettre à disposition des chercheurs et spécialistes du design des ensembles essentiels à la connaissance et à la compréhension du travail de l’artiste.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Les quelques 120 carnets de dessins et agendas contenus dans le fonds vont prochainement être numérisés, facilitant les recherches sur la gestation des projets de Sottsass en matière de design industriel, de céramiques, de mobiliers, de bijoux, d’architecture imaginaire… 10.000 photographies d’objets et de présentations pour des expositions des années 1950 à la fin de sa vie montrent également la diversité de sa production qui donna lieu à de multiples catalogues et articles de revues, déjà présents dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky.  Par ailleurs, des années 1930 aux années 1950, alors qu’il était difficile de se procurer des livres illustrés, rares et chers, Ettore Sottsass a rassemblé et classé dans des boites diverses collections : cartes postales, illustrations découpées dans des magazines, ou prélevées sur des emballages d’objets, affiches politiques, touristiques, publicitaires… constituant un répertoire iconographique et typographique auquel il s’est référé tout au long de sa vie.   
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sa pratique systématique de la photographie se rapproche de cette même logique : 100.000 vues sous forme de négatifs et planches-contact ont ainsi été réalisées entre 1950 et 2007, classées et organisées par ses soins et ceux de ses assistants. Utilisée ainsi de manière systématique pendant un demi-siècle, la photographie constitue une sorte de carnet de notes, témoignage de ses voyages, de ses rencontres, des vernissages et autres évènements auxquels il participe. On accompagne ainsi ce voyageur infatigable dans tous les pays d’Europe, aux Etats-Unis, en Inde, au Yémen, au Japon, en Chine, au Vénézuela… on découvre un œil attentif aux paysages, aux détails architecturaux, aux enseignes, aux matériaux mais aussi aux hommes et femmes dont il réalise les portraits ou qu’il photographie au cours de performances, de manifestations etc… dans la revue Terrazzo qu’il contribue à fonder, Ettore Sottsass disposera d’une rubrique intitulée Travel notes dans laquelle il associe texte et photographies, montrant que le geste photographique est aussi pensé comme partie intégrante de son œuvre.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

 

Ettore Sottsass fut aussi un collectionneur de livres, sa bibliothèque personnelle, riche de près de 6.000 ouvrages, comme ses textes manuscrits et certains dossiers de projets, font également partie de la donation consentie par Mme Barbara Radice Sottsass au profit du Centre Pompidou. Ces parties du fonds rejoindront la Bibliothèque Kandinsky dans les années à venir.     

 

Repères biographiques

14 sept. 1917   Naissance à Innsbrück

1939                     Diplôme d’architecture au Politecnico de Turin

 1946-1947     Démarre sa carrière d’architecte, participe au plan Marshall pour la reconstruction des villes de Savona et Novara

1956                     Voyage aux Etats-Unis où il travaille avec George Nelson, découvre le travail de Charles Eames et la peinture informelle de Pollock, De Kooning, Gorky. Voyage à San Juan, Porto Rico ; à Haiti ; à Cuba ; à Saint-Domingue et en Dominique.

1958                     Début de la collaboration avec Olivetti. Conçoit des machines à écrire, et calculatrices (« Elea 9003 » 1958, « Tekne 3 » 1958-1960, « Praxis 48 » 1962-1963, « Valentine » 1969). Il reçoit le Compasso d’oro en 1959 pour Elea 9003.

1961                     Voyage en Inde où les couleurs, les modes de vie et le rapport à la mort bouleversent sa vision du monde. (Inde à New Delhi, Khajurâho, Agra, Fatehpur Sikri, Amber, Jaipur, Gwalior, Mahabalipuram, Madras, Konarak, Bhubaneswar, Benares, Bhopal, Sanci, Bombay ; en Thailande à Bangkok ; sur l’Ile de Ceylan ; au Népal à Katmandou, Patan ; en Birmanie ; au Pakistan à Karachi).

 1962                     Se rend à Palo Alto en Californie aux États-Unis pour se faire soigner d’une grave maladie. Il y découvre les mouvements underground américains : la contestation étudiante, le Pop Art, la Beat Generation. De ses voyages, naissent les séries Céramiques des ténèbres (1963) et Céramiques des lumières (1964).

1976                     Exposition Ettore Sottsas Jr : de l’objet fini à la fin de l’objet, Centre Georges Pompidou – Centre de création industrielle, commissaire : François Burkhardt.

1981                     Fonde le groupe Memphis. Il obtient l’appui financier d’Ernesto Gismondi, patron d’Artémide, société italienne d’art de la table et de luminaires, l’assistance commerciale du magasin Godani et l’aide technique de l’ébéniste Renzo Brugola et s’entoure également de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi et de Barbara Radice, journaliste et critique d’art qui prend la direction artistique du groupe. Il quittera Memphis en 1985. Fonde la société Sottsass Associati avec Marco Zanini et Aldo Cibic et se consacre à des travaux de design industriel et d’architecture pour des clients tels Apple, Phillips…

1987-1989             Réalise la maison Wolf, au Colorado, Etats-Unis.

1992                      Expose une collection de mobilier Memphis lors de l’exposition « Rovine » à la Design Gallery Milano, à Milan. Réalise la maison Yuko, à Tokyo, Japon.

1994                      Ettore Sottsass, rétrospective, Centre Georges Pompidou – MNAM-CCI, commissaire Marie-Laure Jousset.

[…] Imprégné des éléments de la vie quotidienne, issu de toute une série de fragments d’images, de souvenirs de voyages, de cultures exotiques, tout le travail de Sottsass donne l’idée d’un grand collage spatial. Sa démarche ne suit pas, en effet, des lois strictes de composition, et ses projets procèdent souvent de l’assemblage de formes archétypes et de figures simples, cylindres, sphères, carrés…, s’opposant dans l’esprit à tout processus rationnel. in Brigitte Fitoussi, Le Magazine, n°80, 15 mars-15 mai 1994.

2005                      Rétrospective au Musée d’Art moderne et contemporain de Trento et Rovereto, Italie. 

 31 déc. 2007  Décès à Milan.

Le carnet de la BK

Le carnet de la Bibliothèque Kandinsky se veut un carnet de bibliothèque fédérateur des recherches transversales et du partage des savoirs spécialisés des documentalistes, conservateurs et boursiers du Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou, mais aussi des chercheurs extérieurs et artistes-chercheurs qui puisent dans les ressources documentaires de la Bibliothèque et qui contribuent à la mise en valeur de ses collections, dans des projets d’exposition et de recherche innovants. Il participe à l’enrichissment de la réflexion sur le statut des objets documentaires, les méthodes historiographiques et d’analyse et sur la mobilisation de l’outillage documentaire dans l’écriture de l’histoire de l’art moderne et contemporain. Il accompagne en même temps les différents projets scientifiques de partenariat avec le monde universitaire et leur donne une plateforme visible de valorisation et d’échange.

Who’s that Guy?_a film by Marie de Brugerolle

À l’occasion de la sortie en DVD du film de Marie de Brugerolle, Who’s that Guy ?, aux éditions entre2prises, la Bibliothèque Kandinsky et le Centre national des arts plastiques (CNAP) vous invitent le mercredi 14 mai 2014 à partir de 18h30, à une série de discussions autour de l’œuvre de Guy de Cointet, sa contemporanéité, le rassemblement d’archives, la réalisation d’un film-portrait d’artiste.

WHO’S THAT GUY ?_a film by Marie de Brugerolle

En présence de :

Marie de Brugerolle (historienne de l’art et commissaire d’expositions)

Didier Schulmann (conservateur au Musée national d’art moderne/Bibliothèque Kandinsky)

Gérard Wajcman (écrivain, psychanalyste, directeur du Centre d’étude d’histoire et de théorie du regard)

Julien Bismuth (artiste, Brooklyn, NY)

Michael C. McMillen (artiste, Santa Monica, CA)

 

Lieu : Bibliothèque Kandinsky

mercredi 14 mai 2014
Centre Pompidou, niveau 3

75004 Paris

de 18 H 30 à 21 H