Archives de catégorie : Actualités des collections

Nouvelle acquisition – Revue Espacios

La bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir 5 numéros de l’éclatante revue mexicaine « Espacios » parue entre 1948 et 1957. L’aventure démarre en 1948 lorsque deux jeunes architectes diplômés, Lorenzo Carrasco Ortiz et Guillermo Rossell de la Lama, décident d’éditer une revue d’architecture réunissant un bon nombre d’intellectuels et d’artistes. Dès le début ces jeunes directeurs décideront d’aborder les questions sociales économiques et culturelles. La question urbaine sera cruciale (voir les nombreux projets de planifications urbaines), les débats et les combats étant au cœur des revendications pour une reconstruction économique et sociale du pays dans la mouvance nationaliste de l’époque. On retrouvera d’ailleurs tout au long de la parution les projets urbains de Lorenzo Carrasco et Guillermo Rossell réalisés pour les villes de Cancún, Puerto Juarez, Ixtapa par exemple. La revue sera aussi l’organe de défense de l’architecture moderne au Mexique.

Destiné tout d’abord aux architectes, ce périodique semestriel au départ, affirme dès le début sa volonté de s’ouvrir aux arts plastiques et d’étendre son champ à la culture avec un sous-titre significatif : « rivista integral de arquitectura y artes plasticas ». Chaque numéro réunit plusieurs artistes de la photographie, de la littérature, du design, de la peinture qui en font une revue remarquable de par sa diversité. On remarquera par exemple des textes de Pablo Neruda dans le numéro 5/6, dans d’autres volumes des interventions de Mateo Ortiz, Luis Barragan, David Alfaro Siqueiros, Diego Riveira, Gisèle Freund, Manuel Alvarez Bravo… certains d’entre eux feront d’ailleurs partie du comité éditorial et rédactionnel de la revue.

C’est une revue qui a du relief, de la couleur, totalement nouvelle et originale dans sa conception et ses qualités esthétiques. De format oblong, reliée par une spirale, le regard est happé par ces couvertures dynamiques à la typographie élégante et par l’inventivité graphique de l’ensemble. Sans pagination précise, les sujets défilent rythmés par des inserts, des gravures dans un juste équilibre.

Baptisée « joyau éditorial »  Espacios a été numérisée dans son intégralité (soit 41 livraisons) en 2011 par la Facultad de Arquitectura/Universidad Autonoma de Mexico.

Fonds Youki Foujita – Desnos, inventaire en ligne

D’origine belge, Lucie Badoud, née en 1903, s’installe à Paris à l’âge de 18 ans. Suite à sa rencontre avec le poète Robert Salmon, elle fréquente très vite le milieu journalistique et théâtral de l’époque. A Montparnasse, elle rencontre en 1922 le peintre japonais Tsugouharu Foujita arrivé en France en 1913 et s’installe avec ce dernier qui la rebaptise « Youki » (« neige rose » en japonais). Le couple fréquente le milieu littéraire, artistique et politique des années 1920. En 1925, la Légion d’honneur signe la réussite de Foujita. En 1928, elle rencontre les surréalistes et Robert Desnos ; le poète devient alors intime du couple Foujita. En 1929, un redressement fiscal oblige Foujita à retourner avec Youki au Japon pour une grande exposition où elle rencontre notamment sa famille. En 1931, le couple se sépare et Youki s’installe définitivement avec Robert Desnos avec lequel elle vit quatorze ans jusqu’à son arrestation le 22 février 1944 pour faits de résistance. En dépit des multiples démarches effectuées par Youki pour lui éviter la déportation, Robert Desnos meurt du typhus au camp de concentration de Theresienstadt le 8 mai 1945. Après guerre, elle vit avec le peintre Henri Espinouze et revoit parfois Foujita à Paris. Raymond Cardonne, directeur de la Galerie Clauden, lui propose la place de directrice artistique à la galerie Fontan (137 bd St Germain, 6e arrondissement de Paris) où elle inaugure le 21 juin 1946 une exposition d’art moderne à succès. En 1957, elle écrit ses mémoires « Les confidences de Youki » et décède en 1966.

Les pièces acquises par la Bibliothèque Kandinsky représentent une petite partie du fonds vendu, soit 20 lots sur 257. D’autres institutions se sont portées acquéreuses telles la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet (Paris), les Archives municipales de Nantes, la Bibliothèque municipale de Nantes, le Musée d’arts de Nantes…

Trois ensembles de documents sont ainsi entrés en collection au Centre Pompidou, correspondants aux périodes significatives de la vie de Youki et de ses relations sentimentales et culturelles.

– Youki avec Tsugouharu Foujita (1922-1931) : à  travers les clichés photographiques représentant Foujita et ses proches est évoquée la vie culturelle et artistique des années 1920-30, notamment à Montparnasse et à Deauville, ainsi que leur voyage au Japon à l’occasion d’une exposition monographique de Foujita. Les albums photographiques et la correspondance retracent également des aspects plus personnels de leur vie. Certaines lettres illustrées témoignent de la vie quotidienne de Foujita lors de son séjour américain à l’occasion de son exposition à la Galerie Reinhardt (New-York).

– Youki avec Robert Desnos (1930-1945) : la correspondance de Robert Lebel est relative aux démarches logistiques du retour des oeuvres de Foujita de New York puis à leur vente par le couple Youki et Robert Desnos. Cette partie évoque également les relations de Robert Desnos avec certaines personnalités artistiques de l’entre-deux guerres comme Claude Cahun. Un album photographique illustre ses liens personnels avec Youki et leurs proches.

– Youki avec Henri Espinouze (1945?-1964?) : la correspondance de cette dernière période se rapporte essentiellement aux contacts établis avec les galeries d’art parisiennes, notamment avec la Galerie Iris Clert.

Le fonds se compose également de publications telles « Et avec ça », SIA, Front commun [RP 1240; RP 1241; RP 1242], d’un ouvrage « Tihanyi, peintures 1908-1922 / présentées par Robert Desnos, Paris : Ars, 1936 [Fonds Foujita L 2], d’une partition pour chant et piano de Francis Poulenc [Fonds Foujita L 1].

Une large sélection des pièces acquises en mail dernier est actuellement présentée dans les vitrines de la salle de lecture de la Bibliothèque Kandinsky.

Consulter l’instrument de recherche en ligne

Fonds Harry Shunk et Shunk-Kender

Né en à Leipzig en Allemagne  en 1924, et décédé à 82 ans à New York le 26 Juin 2006, Harry Alexander Shunke, dit Harry Shunk a constitué par son fonds d’archives photographiques un témoignage considérable de l’avant-garde artistique française et américaine du XXe siècle.

Benjamin d’une famille allemande traditionnelle proche des idéologies nazies, il se démarque très vite de ce cadre familial de par sa personnalité atypique et ses goûts artistiques déjà très prononcés.

Enrôlé dans la Wehrmacht à 16 ans et prisonnier des anglais plusieurs années pendant la guerre, il arrive à Paris entre 1956 et 1958 aux alentours de 30 ans, chargé de ce lourd passé.1 et2

Introduit dans le monde de l’art par Dora Tuynman ou Denise Colomb, selon les sources, il rencontre alors Yves Klein suivi par d’autres artistes qui s’apprêtent à fonder le Nouveau Réalisme. C’est également aux alentours de 1960 qu’il débute sa relation professionnelle et sentimentale avec Janos Kender.  Associés pour de nombreux reportages, il est souvent difficile voire impossible de déterminer avec précision auquel des deux les photographies sont attribuées.

Le duo Harry Shunk et Janos Kender va suivre l’évolution des mouvements artistiques et de ses acteurs de la scène parisienne parmi lesquels on peut citer Pierre Restany, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, François Dufrêne, Arman, Martial Raysse ou Niki de Saint Phalle.

Premier photographe à figer les visages de cette nouvelle génération, il se spécialise notamment dans la prise de vue des performances artistiques, mode d’expression alors en plein essor. Cette communauté l’entraîne à Montréal, puis à New York ou il s’installe vers 1967. Il devient alors proche de Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein ou Andy Wahrol et documente les débuts de l’art conceptuel en réalisant une série de photographies des performances réalisées en 1971 par vingt-sept artistes sur le pier 18, un embarcadère désaffecté du port de New York.

Pier 18 : John Baldessari, New York, 1971.
Andy Warhol et Gerard Malanga dans un hôtel parisien, 1965.

 

Le fonds d’archives, constitué de plus de 200.000 photographies a été acheté par la Roy Lichtenstein Foundation en 2008, et a ensuite fait l’objet d’un don partagé entre plusieurs grandes institutions : Getty Research Institute, le Museum Of Modern Art, la Tate Modern et le Centre Pompidou.

L’ensemble confié à la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/Centre Pompidou consiste en un set de 10.034 tirages au gélatino bromure d’argent, et documente l’œuvre de nombreux artistes présents dans les collections du musée.
On peut notamment mentionner l’importance des reportages sur les performances des Anthropométries d’Yves Klein à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris en 1960, les premiers Tirs de Niki de Saint Phalle à la Galerie J. à Paris en 1961 ou encore les photographies d’Anatomic explosion performance activiste anti-guerre du Vietnam de Yayoi Kusama à New York en 1968.

Exposition Yves Klein Anthropométrie de l’époque bleue à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris, 1960.
Séance de tir et vernissage de l’exposition de Niki de Saint Phalle Feu à volonté à la Galerie J. Paris, 1961.
Explosion Atomique de Yayoi Kusama, Pont de Brooklyn, New York, 1968.

Si les œuvres résultants de ces performances sont aujourd’hui conservées dans les plus grandes collections muséales, les captations visuelles de l’acte de création sont tout aussi primordiales que l‘objet final, et c’est en cela que  le fonds d’archives Shunk-Kender constitue un témoignage irremplaçable sur les avant-gardes du XXe siècle.

  1. Harry Shunk et l’avant-garde new-yorkaise 1967-2006 : de la photographie testimoniale à la photographie d’auteur / Thibault Duval ; sous la dir. de Didier Schulmann ; [entretiens avec Gabriele Steib et Jacques Villeglé []
  2. Harry Shunk et la scène artistique parisienne 1957-1967 : témoin, acteur ou interprète? / Lisa Delmas ; sous la dir. de Didier Schulmann []

Les Bulletins de musées à la Bibliothèque Kandinsky

Les Bulletins de musées font état de l’activité d’un musée, d’une galerie, d’une académie ou d’un centre d’art. Les contenus sont de natures diverses et pour bon nombre d’entre eux, il est souvent question de beaux-arts au sens académique : architecture, peinture, sculpture, objets anciens… Ils annoncent les expositions, font part des acquisitions lesquelles sont souvent assorties d’une notice, quelquefois d’articles sur les sujets remarquables de leurs fonds. On y trouve aussi des informations autour de donations, de restaurations d’œuvres ou de bâtiments, du budget de l’institution parfois ; des informations précieuses pour qui s’intéresse à la vie des musées.

Ils prennent des formes variées : bulletins, newsletters, calendriers, et quelquefois revues. Ils sont souvent accompagnés à la fin de chaque année d’un rapport d’activités. Une de leur spécificité c’est d’être imprimé à un petit nombre d’exemplaires et distribués à titre gracieux dans un circuit fermé, spécificité qui les assimile un peu à une sorte de littérature grise. Ils sont de ce fait rarement sur le marché et par là même introuvables.

Les Bulletins de musées sont entrés au musée à partir de 1975 ; dans un premier temps au CNAC rue Berryer et ensuite au MNAM. Le fonds s’est constitué au départ avec les grandes expositions du début du Centre : Paris-Berlin, Moscou etc.. et grâce aussi à la grande proximité du CCI avec les pays de l’Est. Pour les autres, leur intégration s’est faite grâce aux échanges ou grâce aux contacts que la conservation avait noués avec les musées étrangers.

La collection comprend actuellement 750 titres, c’est un fonds international, l’Europe et l’Amérique du Nord forment le plus gros de la collection. Le Japon est bien représenté, l’Amérique du Sud, la Russie et l’Asie le sont moins.

C’est une collection dont on parle peu, qui n’a pas une grande visibilité, qui est peu sollicitée et consultée ce qui lui confère un caractère confidentiel. Un certain nombre de titres ont été publiés à une époque où les grandes capitales européennes n’avaient pas encore de musées dédiés spécifiquement à l’art moderne et contemporain ce qui explique que leur contenu traite de périodes historiques parfois fort éloignées de la nôtre. La part qui peut concerner les chercheurs de la BK y est mince et cependant unique. Ces bulletins font souvent mention d’acquisitions récentes concernant de grands artistes ou d’œuvres majeures du 20e s. accompagnés de textes et d’analyses pour certains non négligeables (MOMA, Kunsthaus Zürich dont récemment des exemplaires ont été exposés pour l’exposition Cy Twombly). Ces textes sont souvent accompagnés de tirages photographiques témoignant ainsi de l’esprit de l’époque accentuant le caractère historique notamment pour les collections 1930-1980.

Il est à noter que depuis plusieurs années, la collection est très peu alimentée du fait de l’internet et des nouveaux modes de diffusion, des échanges plus sélectifs et moins nombreux. Les sites des musées se limitent essentiellement à des informations pratiques autour de leurs actualités.

Cette collection cohérente commencée à l’époque du CNAC, qui s’est enrichie jusqu’à aujourd’hui reste une source importante de la vie des institutions d’une époque dans leurs contenus et leur matérialité se déclinant du feuillet à la revue voir à un livre. Un certain nombre de bibliothèques françaises possèdent des collections de bulletins de musées plus ou moins complètes provenant pour la plupart de musées français et européens.

La bibliothèque Kandinsky est la seule à posséder une telle collection internationale conçue à partir de 1975, ce fonds est unique en France. Le bulletin de musée reste un témoignage important dans l’histoire de l’art, gageons qu’il sera étudié de près à l’avenir au vu de son caractère singulier et vernaculaire.

 

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.

Claude Closky : ILUO

Dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou, le Centre des Livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche présente :

Claude Closky, ILUO

24 juin – 16 septembre 2017

Claude Closky, né en 1963 à Paris, fait paraître ses premiers livres – qu’alors il publie lui-même – à la toute fin des années 1980. Depuis, l’imprimé peuple considérablement l’œuvre de l’artiste : brochures, livres, cartes postales, cartons d’invitations, affiches et estampes, papiers peints, contributions à diverses publications (revues, catalogues…). Ce corpus s’inscrit avec rigueur dans l’histoire de cette forme d’édition apparue au début des années 1960 et que l’on nomme désormais « livre d’artiste ».

Claude Closky est aussi l’un des rares artistes, dans les années 1990, à penser avec justesse le passage de la page en papier à la page de l’écran, ce qu’il fait sans tomber dans l’écueil du mélange et de la confusion des supports, gardant à chacun ses spécificités et ses qualités. L’exposition au Centre des livres d’artistes, pensée par l’artiste lui-même, s’appuie sur les collections de la Bibliothèque Kandinsky et du Cdla. Elle rassemble quelque cent-soixante publications et pages pour le web.

Commissariat : Christian Lebrat (Bibliothèque Kandinsky) et Didier Mathieu (Cdla). Photographies réalisées par Christian Lebrat, juin 2017.

 

Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Après plusieurs années d’identification, d’indexation, de conditionnement, la Bibliothèque Kandinsky diffuse les répertoires numériques consacrés aux reportages photographiques produits à l’occasion des expositions temporaires du Musée National d’Art Moderne, du Centre National d’Art Contemporain et du Centre de ExCréation Industrielle devenu depuis 1992 MNAM-CCI.

Consulter les inventaires en ligne :

Continuer la lecture de Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

La Bibliothèque Kandinsky est heureuse d’annoncer la mise en ligne du nouveau site archivesetdocumentation.centrepompidou.fr, pour offrir un meilleur accès à ses fonds d’archives et collections documentaires.

Page d'accueil du site "archives et documentation"
Page d’accueil du site « archives et documentation »

Vous y trouverez notamment :

  • Une présentation des fonds et collections de la Bibliothèque Kandinsky, mais aussi des archives institutionnelles de l’établissement gérées par le pôle Archives du Centre Pompidou.
  • Un cadre de classement listant l’intégralité des fonds conservés et pointant vers une centaine d’instruments de recherche publiés à ce jour.
  • Les conditions d’accès et de consultation
  • Des fonctionnalités de recherche et de partage avancées
  • Un accès simplifié aux ressources numériques

Etat des fonds et cadre de classement

L’accueil de fonds d’archives par la Bibliothèque Kandinsky depuis sa création fait d’elle l’un des principaux lieux de centralisation d’archives d’histoire de l’art du XXème siècle.

Un fonds d’archives est constitué d’un ensemble de documents de toute nature, réunis (c’est-à-dire produits, collectés ou reçus) par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. Au contraire, une collection représente une réunion artificielle de documents en fonction de critères communs, liés à leur thématique ou à leur typologie documentaire.

La liste de ces fonds et collections est accessible en parcourant le cadre de classement. La réalisation de cet état des fonds a permis d’engager un travail rétrospectif sur les collections. Fruit d’un travail systématique, il a consisté à dresser la liste complète des fonds, en mettant à jour le précédent état des fonds réalisé en 2008.

Aperçu du cadre de classement

À ce jour plus de 180 fonds ont été recensés, complétés par les collections documentaires (fonds général des manuscrits, fonds général des photographies, collections audiovisuelles, dossiers documentaires  : artistes, designers, thématiques). La liste ainsi dégagée a ensuite fait l’objet d’une réorganisation en sept grandes catégories de producteurs, qui témoignent de la diversité des acteurs impliqués dans les milieux artistiques :

  • Artistes
  • Architectes, designers et ingénieurs
  • Critiques d’art, théoriciens, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art
  • Galeries, librairies, maisons d’édition et revues
  • Photographes
  • Cinéastes et vidéastes
  • Institutions et manifestations culturelles

La création d’un état des fonds informatisé, structuré dans un fichier xml  a constitué une étape essentielle : il permet de présenter de manière logique et hiérarchisée, selon le cadre de classement, l’ensemble des instruments de recherche déjà accessibles ou qui seront mis en ligne progressivement et d’offrir aux chercheurs un aperçu global des fonds et collections.

Propulsé par l’application web Pleade développée par la société AJLSM, ce nouveau site permet la publication et l’interrogation d’instruments de recherche produits au format xml-EAD et conformes à la norme de description archivistique internationale ISAD(G)1

Ce nouvel outil de recherche vient compléter le catalogue  de la Bibliothèque Kandinsky. Cependant, les requêtes ne sont pas fédérées entre les deux outils, elles sont totalement indépendantes. Il vous faudra donc faire deux recherches distinctes selon que vous recherchez des sources primaires dans les archives (manuscrits, dossiers documentaires, matériaux photographiques, audiovisuels etc. ) ou secondaires, au sein des collections dites “imprimées” de la bibliothèque (documents éditées, monographies, revues, catalogues etc.)

Continuer la lecture de Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

  1. La norme générale et internationale de descriptions archivistique ISAD(G) repose sur le principe de respect des fonds, le principe de provenance et les règles  de la description à niveaux (ou « description hiérarchisée). Elle comporte 26 éléments, répartis en 7 zones. La première zone « identification » est la plus importante : elle comprend la cote de l’unité décrite, l’intitulé/analyse qui en résume le contenu, les dates extrêmes, le niveau de description choisi et l’importance matérielle (volumétrie, métrage linéaire, nombre de pièces, etc.). []

Archives Vassily Kandinsky : inventaire en ligne

Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006
Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006

 

Après une longue période dédiée à son classement, à son inventaire normalisé et à sa numérisation, le fonds Vassili Kandinsky est enfin disponible en ligne. 

Papiers personnels, correspondance avec plus de 300 interlocuteurs dont Josef Albers, Hans Arp, André Breton, Marcel Breuer, René Char, Marcel Duchamp, Will Grohmann, Paul Klee, Alberto Magnelli, Joan Miro etc…, notes et photographies de voyage côtoient l’oeuvre théorique de l’artiste. L’élaboration de ses textes majeurs comme Über das Geistige in der Kunst, insbesondere in der Malerei ou Der Blaue Reiter est ainsi documentée, de même que sa production littéraire et critique. Reproductions d’oeuvres et argus de presse complètent cet ensemble.

Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Galerie Jean Fournier : inventaire en ligne

C’est en 1998, lors du déménagement de la galerie de la rue Quincampoix, que Jean Fournier décide de céder une partie des archives de la galerie à la Bibliothèque Kandinsky. Archives manuscrites, photographies et imprimés, le don compte 40 boites de catalogues d’expositions et de monographies, 64 titres de revues, 30 boites de photographies, 27 boites de dossiers d’artistes… bien que partiel, le fonds documente le travail de Jean Fournier en liaison avec une vingtaine d’artistes entre 1952 et 2006 : Pierre Bruglio, Alain Buyse, Alain Clément, Jean Degottex, Daniel Dezeuze, Serge Fauchier, Dominique Gauthier, Shirley Jaffe, Jacqueline Monnier, Paul Pack, Claire Pichaud,  Bernard Piffaretti, Jean-Pierre Raynaud, Philippe Richard, Douglas Koss, Kimber Smith, Antoni Tapies, Niele Toroni, David Tremlett, Claude Viallat.

Consulter l’inventaire en ligne

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Archives de la Biennale de Paris : inventaire en ligne

Remises à la Bibliothèque Kandinsky entre 1988 et 1990, les archives de la Biennale de Paris conservées à la Bibliothèque Kandinsky couvrent les années 1971 à 1985. Une autre partie du fonds est conservée sous la cote FR ACA BIENN aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Les archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et décrites dans le présent inventaire sont principalement constituées de dossiers de participation de 1973 à 1985 contenant de la correspondance, de la documentation photographique nécessaire à l’élaboration du catalogue, de la documentation relative au projet proposé à la biennale (plans, croquis, esquisses, textes, photographies, diapositives, bandes sonores, partitions, etc.), de la documentation administrative attestant de la participation d’un artiste (formulaire de participation, invitation, laissez-passer, devis de transport, frais de douanes, etc.) et de la documentation générale sur l’artiste (biobibliographie, cv, cartons, revue de presse, revues, catalogues et journaux d’exposition).

On y trouve également de la documentation artistique générale envoyée par des correspondants nationaux (avec l’exemple des cahiers sur les artistes sud-coréens envoyés par Seo-Bo Park en 1980) ou encore  de la documentation administrative sur l’organisation de la Biennale. Une documentation curatoriale avec des plans d’aménagement et d’accrochage (la Grande Halle de la Villette) et des vues d’expositions souvent réalisées par André Morain complètent cet ensemble.

Au total le fonds documente près d’un millier d’artistes et de groupes d’artistes. En effet de 1959 à 1985, 13 éditions de la Biennale de Paris se sont tenues dans différents lieux parisiens (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Parc Floral de Vincennes, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou et Grande Halle de la Villette), avec quelques cas d’itinérances en banlieue et en province (Nice, Strasbourg).

La manifestation était organisée par une association loi 1901, qui possédait des bureaux au 31 de la rue Berryer, 75008 Paris. Elle a été dirigée au fil de ses 13 éditions par trois délégués généraux successifs : Raymond Cogniat (1959-1965), Jacques Lassaigne (1967-1969) et Georges Boudaille (1971-1985). En 1985, la dernière édition rebaptisée « Nouvelle Biennale de Paris » a lieu à la Grande Halle de la Villette. L’association se dissout ensuite à cause de problèmes financiers.

La « Biennale de Paris, Manifestation Internationale des Jeunes Artistes » valorisait trois critères de sélection :

– la jeunesse : les participants, et à un moment donné, les critiques et artistes du comité de sélection, devaient avoir entre 20 et 35 ans.

– l’ouverture internationale : environ 45 pays participants par édition, avec pour certaines années des invités d’honneur (la Chine, l’Allemagne de l’Est, l’Amérique Latine, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’URSS, etc.)

– l’interdisciplinarité, avec des focus pour certaines éditions sur la vidéo, le slowscan, la performance, la musique, la bande-dessinée, etc.

Consulter les fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky

Comme son nom ne l’indique pas, la Bibliothèque Kandinsky conserve au delà de ses riches collections imprimées, d’importants fonds d’archives : artistes, galeries, revues, critiques, collectionneurs, plus de 180 fonds ont été confiés à la bibliothèque.

A la différence de collections de pièces éparses, rassemblées en fonction de critères thématiques, les fonds procèdent de l’activité intrinsèque de chacun de leur producteur, rassemblant des documents de toute nature, produits, collectés ou reçus par une personne physique ou morale dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. La méthodologie de classement et de description diffèrent donc sensiblement d’un catalogage bibliographique adapté aux livres et revues.

C’est pourquoi les équipes de la Bibliothèque Kandinsky ont conçu un nouvel outil de recherche disponible ici 

Y sont déjà proposés 52 inventaires de fonds d’archives parmi lesquels : Claude Parent, Harry Shunk, Guy de Cointet, la libraire-galerie Jean Fournier, Archizoom associati, Ramsès Younan, Edouard Albert ou encore les reportages réalisés dans les ateliers d’artistes par jean-Christophe Mazur. Les rejoindront très prochainement Vassili Kandinsky, Ettore Sottsass, Man Ray ou encore Brancusi.

Deux modalités de recherche vous sont proposées :

Bonne navigation à tous !

 

Sélection de l’équipe

slidersSLIDERS_lab [F. Curien, J.-M. Dallet, H. Jolly], Sky Memory Project, ESBA TALM, Le Mans, 4 novembre 2011. © SLIDERS_lab & C. Domino. 

Cinéma, interactivité et société (sous la direction de Jean-Marie Dallet)

Coordonné par Jean-Marie Dallet, maître de conférences à l’université Paris 8, cet ouvrage de référence interroge les nouvelles formes prises par l’image-mouvement qui s’inscrivent dans un changement technique et sociétal où comme le note Félix Guattari « l’intelligence et la sensibilité sont l’objet d’une véritable mutation du fait des nouvelles machines informatiques qui s’insinuent de plus en plus dans les ressorts de la sensibilité, du geste et de l’intelligence. »

Divisé en quatre chapitres, « Aux limites du cinéma », « Histoires d’interactivité », « Des formes d’un autre cinéma », « Une esthétique des informations », cet ouvrage donne la parole à des artistes, des philosophes, des critiques, des théoriciens et des scientifiques reconnus qui tous, partant du cinéma, en imaginent les nouvelles voies.

Auteurs : Bertrand Augereau / Jacques Aumont / Yves Bernard / Samuel Bianchini / Jean-Louis Boissier / Victor Burgin / Jean-Claude Bustros / Jim Campbell / Luc Courchesne / Jean-Marie Dallet / Anne-Marie Duguet / Jean-Paul Fourmentraux / Masaki Fujihata / Georges Legrady / Alain Liedts / Julien Maire / Bernard Perron / Louise Poissant / Yannick Prié / Vincent Puig / Jeffrey Shaw / SLIDERS_lab [Frédéric Curien, Jean-Marie Dallet] / Bernard Stiegler / Steina Vasulka / Gwenola Wagon.

Consultable à la Bibliothèque Kandinsky