Tous les articles par Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

Muséographie des expositions temporaires du MNAM et du CCI : inventaire en ligne

Après plusieurs années d’identification, d’indexation, de conditionnement, la Bibliothèque Kandinsky propose le répertoire numérique consacrés aux reportages photographiques produits à l’occasion des expositions temporaires du Musée National d’Art Moderne, du Centre National d’Art Contemporain et du Centre de Création Industrielle devenu depuis 1992 MNAM-CCI.

Consulter l’inventaire en ligne.

Continuer la lecture de Muséographie des expositions temporaires du MNAM et du CCI : inventaire en ligne

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous convier à la rencontre – débat autour de la parution de

L’Encyclopédie de l’avant-garde russe (Tomes I et II)

Sous la direction de V.I. Rakitine, A.D. Sarabyanov

(ed. Global Expert and Service Team)

Lundi 13 mars, à partir de 18h30

Salle de Lecture de la Bibliothèque Kandinsky,

Centre Pompidou – Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Les deux premiers tomes de l’Encyclopédie, consacrés aux arts plastiques et à l’architecture contiennent une synthèse systématique des documents consacrés à l’histoire et à la théorie du mouvement avant-gardiste en Russie, à partir de 1907 et jusqu’en 1932.

Ces documents réunissent toutes les informations générales sur les participants du mouvement avant-gardiste russe de la première moitié du XXe siècle : artistes, architectes, photographes, hommes de lettres, auteurs dramatiques, etc. Le caractère unique de l’Encyclopédie consiste dans l’envergure du travail scientifique réalisé par ses auteurs et leurs collaborateurs scientifiques.

Avec plus de 2000 œuvres picturales et graphiques, accompagnées d’un riche apparat bibliographique, l’Encyclopédie rassemble des œuvres à travers les collections de la Galerie nationale Tretiakov, du Musée d’État russe, des établissements culturels et collections particulières de la Russie et du monde entier.

Les deux volumes comprennent plus de 1200 articles rédigés par 169 historiens de l’art russes et internationaux. 88 musées russes et étrangers, des fonds d’archives littéraires et artistiques, des collectionneurs particuliers et des galeries ont également contribué à cet ouvrage. Avec un souci d’exhaustivité, cette édition

publie, pour la première fois, les biographies de plusieurs dizaines d’artistes avant-gardistes inconnus jusqu’à présent, des documents d’archive exceptionnels et de photographies, pour une grande partie, inédites.

Le troisième tome, conçu en deux volumes, paraîtra en 2019 et sera consacré aux concepts, tendances, écoles, expositions et associations artistiques qui ont dessiné l’avant-garde russe.

 

Historien de l’art, spécialiste de l’avant-garde russe, Vassili Ivanovitch Rakitine a commencé à étudier à partir du milieu des années 1960 l’histoire du modernisme et de l’avant-garde russe. Les contacts avec le grand collectionneur de l’avant-garde russe Georges Costakis ont eu un impact considérable sur son parcours. Il a été commissaire et organisateur de plusieurs expositions de l’avant-garde russe, en particulier de la « Grande Utopie », et des expositions de Marc Chagall en Allemagne, Autriche, Finlande, Italie. En 1992 il a initié le projet éditorial RA (« Avant-garde russe ») et a préparé la publication d’une série de mémoires d’avant-gardistes russes.

Historien de l’art, spécialiste de la peinture de l’avant-garde russe et de l’œuvre de Wladimir Baranoff-Rossiné, Andreï Dmitrievitch Sarabyanov a publié l’ouvrage

« L’avant-garde russe inconnue dans les musées et collections particulières ». Grâce à lui des dizaines de toiles d’avant-gardistes russes sont désormais connues du public. Il est également l’éditeur et rédacteur de la série d’ouvrages « Archives de l’avant-garde russe » (en collaboration avec V. Rakitine).

 

Rencontre avec AA Bronson

Mercredi 8 mars 2017 à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Publish or Perish : Dada Queer dans ta boîte aux lettres

Ephemera: a monthly journal of mail and ephemeral art. Ed. Ulises Carrión, Aart van Barneveld, Salvador Flores Amsterdam : Other Books and So., 1977-1978 © Bibliothèque Kandinsky – Musée national d’art moderne, Centre Pompidou

À l’occasion de la Paris Ass Book Fair, qui se tiendra du 10 au 12 mars à la galerie Arts Factory (Paris) et à l’initiative de Septembre éditions, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’Art moderne – Centre Pompidou, organise le dossier documentaire Publish or Perish : Dada Queer dans ta boîte aux lettres qui rassemblera des publications, des correspondances et des documents émanant de la scène internationale du mail art, du rubber stamp art et des publications d’artistes, des années 1970 et 1980. L’exposition sera l’occasion de compulser, à travers des collections documentaires inédites, quelques moments précurseurs de la production de zines d’artistes en connectant scènes culturelles et productions éditoriales alternatives. D’Ulises Carrión à Anna Banana et General Idea, et par ricochet, de l’École d’art infantile et jusqu’aux mail artists radicaux hongrois, c’est un paysage d’une formidable créativité et inventivité matérielle qui se dessine dans ces connexions.

A cette occasion, nous sommes heureux de vous convier à la rencontre-dialogue avec AA Bronson, Vincent Simon et l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky.

AA Bronson est un artiste canadien vivant à Berlin. Co-fondateur du collectif General Idea avec Felix Partz et Jorge Zontal, il est l’une de figures essentielles de la scène contreculturelle canadienne. Instigateurs de publications alternatives, livres d’artiste, fanzines et éphémères, ils créent dès 1974 la maison d’édition et diffusion Art Metropole, principal distributeur de livres et revues d’artistes, de vidéos et d’éditions multiples. Après la disparition de ses deux partenaires, AA Bronson a été le directeur de Printed Matter, Inc (2004-2010) et, à ce titre, fondé en 2005 la New York Art Book Fair. Il a poursuivi une carrière personnelle d’artiste, curateur et militant et a enseigné par ailleurs à UCLA, Université de Toronto et à la Yale School of Art.

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

www.parisassbookfair.fr

 

Archives Vassily Kandinsky : inventaire en ligne

Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006
Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006

 

Après une longue période dédiée à son classement, à son inventaire normalisé et à sa numérisation, le fonds Vassili Kandinsky est enfin disponible en ligne. 

Papiers personnels, correspondance avec plus de 300 interlocuteurs dont Josef Albers, Hans Arp, André Breton, Marcel Breuer, René Char, Marcel Duchamp, Will Grohmann, Paul Klee, Alberto Magnelli, Joan Miro etc…, notes et photographies de voyage côtoient l’oeuvre théorique de l’artiste. L’élaboration de ses textes majeurs comme Über das Geistige in der Kunst, insbesondere in der Malerei ou Der Blaue Reiter est ainsi documentée, de même que sa production littéraire et critique. Reproductions d’oeuvres et argus de presse complètent cet ensemble.

Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Archives Ramsès Younan : inventaire en ligne

Né à Miniah, Haute-Egypte, le 10 août 1913, dans une famille copte de la classe moyenne, Ramsès Younan fait ses études l’Ecole des Beaux-Arts du Caire et commence à  enseigner le dessin dans plusieurs écoles secondaires tout en débutant sa carrière de peintre et de critique.

En 1939, avec le poète Georges Henein (1914-1973) et Ikbal El Alaily, il fonde le groupe surréaliste égyptien réuni autour de la revue La Part du sable. À partir de 1942, il assume la rédaction en chef d’une revue trotskiste d’avant-garde en langue arabe La Nouvelle Revue (al-Megalla al-guédida). Il y publie des traductions en arabe d’Albert Camus, Franz Kafka et Arthur Rimbaud.

Installé à Paris entre 1946 et 1956, il y expose puis devient journaliste. En 1948, la galerie du Dragon présente sa première exposition personnelle. À cette occasion, un dialogue avec Henein sur l’automatisme est publié sous le titre Notes sur une ascèse hystérique. De retour en Egypte en 1957, il se consacre à la peinture abstraite à partir de 1960, organisant une exposition au Caire en 1962. Il conçoit le pavillon égyptien pour la Biennale de Sao Paulo en 1961, puis celui de la Biennale de Venise en 1964.

Le fonds remis par ses filles documente l’oeuvre de Ramsès Younan, peintre, intellectuel et traducteur égyptien. La partie la plus importante du fonds correspond à ses travaux de critique d’art, en langue arabe, ainsi qu’à une revue de presse couvrant ses activités artistiques et journalistiques. De plus, le fonds est riche d’un ensemble de correspondances et d’une bibliothèque à caractère professionnel. Ces archives rassemblent principalement des manuscrits, des tapuscrits, des imprimés ainsi que des coupures de presse. Il a fait l’objet d’un inventaire détaillé réalisé conjointement par ses filles et Jean Colombain.

Consulter l’inventaire en ligne

Galerie Jean Fournier : inventaire en ligne

C’est en 1998, lors du déménagement de la galerie de la rue Quincampoix, que Jean Fournier décide de céder une partie des archives de la galerie à la Bibliothèque Kandinsky. Archives manuscrites, photographies et imprimés, le don compte 40 boites de catalogues d’expositions et de monographies, 64 titres de revues, 30 boites de photographies, 27 boites de dossiers d’artistes… bien que partiel, le fonds documente le travail de Jean Fournier en liaison avec une vingtaine d’artistes entre 1952 et 2006 : Pierre Bruglio, Alain Buyse, Alain Clément, Jean Degottex, Daniel Dezeuze, Serge Fauchier, Dominique Gauthier, Shirley Jaffe, Jacqueline Monnier, Paul Pack, Claire Pichaud,  Bernard Piffaretti, Jean-Pierre Raynaud, Philippe Richard, Douglas Koss, Kimber Smith, Antoni Tapies, Niele Toroni, David Tremlett, Claude Viallat.

Consulter l’inventaire en ligne

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective

Seth Siegelaub : « You don’t need a gallery to show ideas »

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective, avec Sara Martinetti

Jeudi 27 octobre 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam,  12 décembre 2015 - 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît
Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam, 12 décembre 2015 – 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Seth Siegelaub (New York, 1941 – Bâle, 2013) est connu des historiens de l’art pour son rôle décisif dans l’émergence de l’art conceptuel en synchronie avec des artistes comme Robert Barry, Douglas Huebler, Joseph Kosuth et Lawrence Weiner à New York dans la seconde moitié des années 1960. Les  projets de celui qui déclarait en 1969 que « you don’t need a gallery to show ideas » ont durablement redéfini les modes de présentation et de distribution de l’art en conférant au catalogue une valeur propre d’exposition.

Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art, une exposition rétrospective conçue par Leontine Coelewij et Sara Martinetti et présentée en 2015 au Stedelijk Museum Amsterdam, donnait à voir les développements quelque peu inattendus de son travail après 1972 (année où il quitte le monde de l’art) dans les domaines des médias de masse et des textiles. La présentation de ses projets et de ses collections à travers une sélection de 1500 livres, documents et textiles faisait apparaître la continuité des méthodes de compilation et des médiations imprimées opérées par cet organisateur d’exposition, éditeur, bibliographe et collectionneur pour disséminer des idées sur l’art et la culture.

La mise en abîme de l’histoire des expositions, la matérialité des concepts, la présentation d’un corpus de documents et des technologies intellectuelles, la liste, l’index et la carte comme dispositifs de mise en espace sont quelques-uns des enjeux de recherche de l’exposition Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art qui seront développés au cours de cette soirée.

Sara Martinetti est une chercheuse et commissaire d’exposition dont le travail croise l’histoire des arts, l’anthropologie de l’écriture et les pratiques textiles. Doctorante à l’EHESS depuis 2012 et chargée d’étude à l’INHA entre 2012 et 2016, sa thèse porte sur l’ensemble de la carrière de Seth Siegelaub en tant qu’organisateur d’exposition, éditeur et bibliographe. Ses recherches ont nourri la conception de différents projets d’exposition et de livre comme “The Stuff That Matters : Textiles Collected by Seth Siegelaub for the CSROT” (Raven Row, 2012), “Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art” (Stedelijk Museum Amsterdam, 2015), “Seth Siegelaub : “Better Read Than Dead”; Writings and Interviews, 1964–2013” (Walther König, 2016). Elle contribue régulièrement à des revues sur la question des textiles.

Consulter les fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky

Comme son nom ne l’indique pas, la Bibliothèque Kandinsky conserve au delà de ses riches collections imprimées, d’importants fonds d’archives : artistes, galeries, revues, critiques, collectionneurs, plus de 180 fonds ont été confiés à la bibliothèque.

A la différence de collections de pièces éparses, rassemblées en fonction de critères thématiques, les fonds procèdent de l’activité intrinsèque de chacun de leur producteur, rassemblant des documents de toute nature, produits, collectés ou reçus par une personne physique ou morale dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. La méthodologie de classement et de description diffèrent donc sensiblement d’un catalogage bibliographique adapté aux livres et revues.

C’est pourquoi les équipes de la Bibliothèque Kandinsky ont conçu un nouvel outil de recherche disponible ici 

Y sont déjà proposés 52 inventaires de fonds d’archives parmi lesquels : Claude Parent, Harry Shunk, Guy de Cointet, la libraire-galerie Jean Fournier, Archizoom associati, Ramsès Younan, Edouard Albert ou encore les reportages réalisés dans les ateliers d’artistes par jean-Christophe Mazur. Les rejoindront très prochainement Vassili Kandinsky, Ettore Sottsass, Man Ray ou encore Brancusi.

Deux modalités de recherche vous sont proposées :

Bonne navigation à tous !

 

La vie et la mort des œuvres d’art publié par Tombolo Presses.

lavietelamortdesoeuvres

Mercredi 12 octobre 2016, à partir de 18h30

La présentation réunira Thierry Chancogne (Tombolo Presses), Cécile Dazord (Conservatrice chargée de l’art contemporain et des phénomènes d’obsolescence au C2RMF), Alexis Guillier (Artiste), Nathalie Leleu (Auteure, chercheuse, chargée de mission au Centre Pompidou puis au Musée Picasso), Christophe Lemaitre (Artiste, éditeur), Céline Poulin (Le Bureau/, directrice du CAC Brétigny), Spassky Fischer (Studio de design graphique).

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

Recueil de récits et de textes d’essence théorique, La vie et la mort des œuvres d’art entend poursuivre l’entreprise abordée par l’exposition éponyme au Cneai (Chatou, France) en 2014, et lors du panel de discussion organisé chez Treize (Paris, France) en Novembre de la même année. Avec pour point de départ une collection d’objets qui furent des œuvres d’art et ne le sont plus, ce livre s’intéresse à différentes continuités matérielles et perceptibles traversées par la définition d’œuvre d’art. Il convoque plus généralement un certain nombre de questions liées à l’ontologie de l’œuvre d’art : de quelle manière une œuvre s’inscrit-elle dans la continuité matérielle de la forme qui la contient et l’excède ? De quelle façon ce temps de l’œuvre au sein de l’objet excède-t-il à son tour la durée d’une vie humaine ? Quelles raisons et quelles pratiques président à la conservation et l’entretien d’un artefact ? La vie et la mort des œuvres d’art se tient là où l’œuvre cesse, et tente d’écrire ce qu’elle devient. Recouvrement mutuel des figures de l’artiste et du restaurateur, chimères technologiques, entités biologiques substituées à l’intérieur d’une œuvre pour sa conservation, reconstitutions muséales, hyper-restauration, œuvres re-configurées physiquement et œuvres re-configurées chimiquement sont autant d’exemples qui composent les paysages de cet ouvrage.

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Extraits du livre : http://presses.t-o-m-b-o-l-o.eu/La_vie_et_la_mort_FR(Extrait).pdf

www.presses.t-o-m-b-o-l-o.eu

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

Expositions du Centre Pompidou : à découvrir en ligne

A quelques mois de 2017 qui verra un grand programme d’expositions proposées dans 40 lieux différents pour célébrer comme il se doit les 40 ans du Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky met en ligne un outil essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux expositions de ces quatre décennies.

Le catalogue raisonné des expositions était déjà accessible ici mais le voilà désormais complété des sources disponibles au Centre Pompidou pour chacune des expositions de 1977 à 2015 inclus, archives et liens vers des ressources numériques.

Cet important travail de recensement a été possible grâce aux contributions d’environ 70 archivistes, étudiants et chercheurs associés au programme de recherche Histoire des expositions (2012-2015), soutenu par les Labex Arts H2H et CAP.

Qu’il s’agisse du signalement des sources effectué pour toutes les expositions ou de fiches plus détaillées dédiées à certaines expositions, le choix du mode contributif a permis la production de milliers de références permettant au chercheur de disposer immédiatement d’un état des archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et aux Archives du Centre Pompidou. Que tous nos contributeurs soient ici remerciés.

Un second outil indispensable et prochainement disponible en ligne est l’instrument de recherche consacré à la documentation photographique des expositions temporaires. A suivre donc…

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY : C’EST FINI !

La journée de finissage de l’Université d’été 2016 de la Bibliothèque Kandinsky, « Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 » s’est déroulée samedi 2 juillet. L’équipe Bibliomatrix de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême & Poitiers, partenaire de cette session de l’Université d’été, en a réalisé le making-off filmique, accessible depuis

https://www.facebook.com/profile.php?id=100011450801771&fref=ts

Il est diffusé jusqu’à fin septembre dans la salle 34 du parcours des collections modernes, au 5ème étage du Centre Pompidou, où l’Université d’été s’est tenue du 23 juin au 2 juillet. C’est là que les visiteurs du Mnam/CCI pourront y prélever le n° 3 du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » conçu et réalisé par Bibliomatrix et les trente participants, y étudier le diagramme conversationnel réalisé par Franck Leibovici pour l’exposition “Beat Generation“ mais abondamment complété et illustré dans sa version du 5ème étage, et y contempler les publications et éditions déployées dans la table-vitrine de l’Université d’été.

 

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 10

Rendez-vous à 10h00 au Musée national d’art moderne 5e niveau

salle Jouffroy

 Table ronde de clôture de l’Université d’été

suivie de la présentation du Journal de l’Université dédié à cette troisième session : une réalisation de l’atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 9

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Cinéma et vidéo expérimentale

Introduction et modération : Enrico Camporesi et Jonathan Pouthier (MNAM/Centre Pompidou)

10h00 – Milo Adami (Università La Sapienza, Rome): « Antonello Branca et le documentaire comme happening »

10h30 – Diane Barbe (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « Contre-cinéma » à Berlin dans les années 1960 et 1970 Focus sur l’oeuvre militante et féministe d’Helke Sander »

11h30 – Pause- café

11h45 – Rinaldo Censi (Università di Bologna) : « “I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to”. Notes on Piero Bargellini’s Questo film è dedicato a David Riesman e s’intitolerà “Capolavoro” »

―It’s a film of fixed images, it’s almost completely composed of non-original photographic material: well-known, widely-seen [Actually, I really made this film for only one reason: to try out my new H8 RX] and worn-out, because they have been published in magazines like L’Espresso and Playboy. In the same way, the soundtrack comes from radio and TV, from the song industry. The film is an attempt to restore a level of pure denotation – or to give a different connotation – to images that are strongly connoted [I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to] and by now so widely seen that they have lost their meaning or have been burdened with too much meaning, which is basically the same thing. [This is almost a biographical confession: a film about my ideology.] This means: editing, the camera’s movements, the lightning, the rhythm, the lack of rhythm, interruptions in the rhythm, contrasts, discursive argumentation… [long live Jerry Lewis] The starting point is David Riesman, history [Mussolini and Mein Kampf] and mass civilization; afterwards: the beats and the Beatles, motorcycles and miniskirts, publicity, poetry, cortoons, cinema, etc. etc., all the way to the end. «And What about you? I’m in love and she doesn’t love me.‖

12h30 – Discussion

Après-midi : visite FabLab

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 8

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Dispositifs psycho-technologiques

Modération Maxime Guitton

9h30 – Cristina De Simone (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le magnétophone, outil de guerilla »

10h00 – Nicolas Brulhart (Swiss National Science Foundation Geneva University of Art and Design): « MIND CONTROL. Mental conditioning and experimental art in the Cold War Period (1960-1980) »

10h30 – Jelena Martinovic (University of Art and Design, Geneva): « T. R. Uthco et Marco Vassi : une étude comparative »

11h00 – Pause-café

11h15 – Jean-Baptiste Véry (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le Crium Délirium Circus. Théâtro & Music Zizanie Association : un exemple de collectif français aux prémisses des affinités et attitudes contre-culturelles »

11h45 – Nicolas Ballet (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne /Institut national d’histoire de l’art (INHA)) : « Electronic Revolution. Dystopie des musiques industrielles sous influence burroughsienne »

12h15 – Discussion

14h00 – Installation collective – diagrammes conversationnelles avec Franck Leibovici – Musée Niveau 5 et remise du pdf final à l‘imprimeur pour le Journal de l‘Université d‘été de la Bibliothèque Kandinsky

18h30 – Soirée publique : George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams