Tous les articles par Mica Gherghescu

L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, Architecture, Design, Communication, Tony Côme (Éditions B42)

Avec Tony Côme et le sociologue Jean-Louis Violeau.

Discussion ponctuée par une série de mots-clés comme autant de portes d’entrée dans l’histoire de cet établissement parisien (Mandarin, Ulm, Institut, Environnement, Prouvé, Vincennes, Bibliothèque, Informatique, etc.).

Jeudi 11 mai 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En 1968, la Hochschule für Gestaltung d’Ulm, école allemande que l’on présente comme la principale héritière du Bauhaus, est menacée de fermeture. L’idée de son possible transfert à Paris émerge alors sous le nom d’ »Institut de l’environnement ». Un bâtiment, élaboré par Robert Joly avec la complicité de Jean Prouvé, est inauguré un an plus tard, rue Érasme, sur le terrain de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD). Voulue par André Malraux, cette nouvelle institution aux allures de laboratoire pédagogique revendique une orientation pluridisciplinaire totalement singulière dans le paysage français. Elle vise la création d’un troisième cycle dédié à l’environnemental design et la formation de nouveaux enseignants dans ce domaine, en se dotant notamment d’un inédit centre de ressources et d’un équipement informatique de pointe. Des praticiens d’horizons différents y évoluent : accompagnés par un « collège d’enseignants chercheurs », de jeunes urbanistes, architectes, designers industriels, spécialistes en communication visuelle et théoriciens en sciences humaines apprennent à collaborer dans la perspective d’améliorer l’aménagement du cadre de vie. Deux promotions de quatre-vingts « stagiaires », dont l’artiste Daniel Dezeuze et le collectif de graphistes Grapus font partie, garderont un souvenir ému de cette aventure. »

Tony Côme est agrégé d’arts appliqués et docteur en histoire de l’art. Il enseigne l’histoire de l’architecture et du design à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (Rennes). Aux éditions B42, il a déjà contribué à la publication de Le monde comme projet d’Otl Aicher et codirigé avec Juliette Pollet  L’Idée de confort, une anthologie (coédition Cnap).

Jean-Louis Violeau est sociologue, professeur à l’ENSA Nantes, auteur notamment de Les Architectes et Mai 68 (éditions Recherches) et de Jean Baudrillard, Utopie, 68 et la fonction utopique (Sens & Tonka). 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

www.editions-b42.com

 

 

Conférence Alice Motard, « Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) »

“Ay-O”,Couverture de Japanese Schmuck (No. 8), édité par Taii Ashizawa, Takehisa Kosugi, David Mayor. Beau Geste Press, 1976

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence d’Alice Motard, Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) .

Mercredi 26 avril 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alice Motard, commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, présente jusqu’au 28 mai 2017 une exposition sur la maison d’édition indépendante Beau Geste Press fondée en 1971 par le couple d’artistes mexicains Martha Hellion et Felipe Ehrenberg.  Avec leurs deux enfants, ils s’installent dans une ferme du Devon, en pleine campagne anglaise, où ils forment avec quelques amis, parmi lesquels l’artiste et historien de l’art anglais David Mayor, « une communauté de duplicateurs, d’imprimeurs et d’artisans ». L’exposition retrace l’histoire de Beau Geste Press à travers les quelques 75 livres d’artiste publiés par ses membres fondateurs et les invités ou visiteurs occasionnels de son antenne rurale – poètes visuels, artistes néo-dadaïstes ou dans la mouvance Fluxus – au cours de ses cinq  années d’existence. Ce faisant, elle met en exergue la singularité de cette maison d’édition qui, tout en opérant à la périphérie des centres artistiques de l’époque, peut être érigée en modèle de production, reproduction et diffusion artistique ayant anticipé les pratiques de mise en réseau de l’ère numérique.

En évoquant les modes opératoires de la Presse (économie de moyens, autonomie de production, distribution des livres par le biais du service postal, résidences d’artistes), Alice Motard rendra compte à l’occasion de cette conférence du foisonnement créatif, de la productivité, et du rayonnement international de cette communauté de courte durée. Elle reviendra sur les enjeux d’une telle exposition et les choix méthodologiques et curatoriaux mis en œuvre pour raconter Beau Geste Press sans dénaturer ou trahir l’esprit et les formes d’action d’une des aventures éditoriales collectives les plus fécondes de sa génération.

Alice Motard est depuis 2016 commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. De 2008 à 2013, Alice Motard a été la directrice adjointe et chargée des expositions du centre d’art contemporain Raven Row à Londres, où elle a notamment conçu et organisé l’exposition collective Unto This Last (2010) et co-commissarié les expositions The Stuff That Matters (2012), la première présentation de la collection de textiles de Seth Siegelaub, et la première rétrospective posthume de l’artiste tchèque Běla Kolářová (2013). Pendant les deux ans qu’elle a par la suite passés au centre d’art contemporain et de design de Spike Island à Bristol (2014–16) en tant que commissaire d’exposition, elle a notamment organisé un projet hors les murs avec Gareth Moore ainsi que les premières expositions institutionnelles au Royaume-Uni de Anna Franceschini, Isabelle Cornaro, Reto Pulfer, Michael Beutler et Xavier Antin. Elle est diplômée du master Curating Contemporary Art du Royal College of Art de Londres et titulaire d’un DEA d’histoire de l’art obtenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à la Freie Universität de Berlin.

Pour mener sa recherche sur Beau Geste Press, Alice Motard a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques.

www.capc-bordeaux.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

Bogoro

À l’occasion de la parution du livre « bogoro » (aux éditions Questions théoriques) conçu par Franck Leibovici et Julien Seroussi, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à une demi-journée de travail et d’étude exceptionnelle en présence des auteurs et de leurs invités : Marc Dubuisson (directeur des services d’appui judiciaires de la Cour Pénale Internationale à La Haye) et Elisabeth Claverie (sociologue, Directrice de Recherche, CNRS)

Samedi, 25 mars 2017, à partir de 14h30

Bibliothèque Kandinsky

Niveau 3

Centre Pompidou

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce livre retrace un épisode des guerres qui se sont déroulées dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). À partir de transcrits d’audience de le Cour Pénale Internationle (CPI), il revient sur les crimes commis en Ituri lors du conflit armé entre la milice du groupe ethnique héma (Union des patriotes congolais) et les deux milices lendu (la Force de résistance patriotique de l’ituri et le Front des nationalistes intégrationnistes). Entre 2007 et 2014, la CPI a poursuivi les chefs de ces différentes factions armées pour crimes de guerre et crime contre l’humanité.

bogoro  retrace et retranscrit le dispositif procédural, linguistique et technique mis en place dans le cadre du procès. Il revient sur l’agentivité de l’objet juridique, pris dans l’épaisseur des transcriptions, traductions et règles normatives.

« deux fils s’entrecroisent ainsi dans bogoro : la trame narrative liée à l’attaque d’un village ; le déroulé procédural interrompu regulièrement par des péripeties liées au fonctionnement même de la cour, juridique ou technologique. Deux fils qui n’en sont, en réalité, qu’un seul, car la première narration est en partie produite par les règles mêmes de fonctionnement de la cour, et par la façon dont ont été menées, en amont, les enquêtes du procureur. » (Postface de l’édition)

À cette occasion, le laboratoire de conception de l’ouvrage sera présenté dans son format élargi dans le cadre de la Bibliothèque Kandinsky ; il incitera à la participation et aux échanges avec le public, pour aborder les questions de « transfert de pratiques » entre art, droit et sciences sociales mis en œuvre dans ce projet. Les transcrits d’audience sélectionnés dans bogoro seront mis à disposition avec les preuves documentaires déposées au cours du procès; une occasion de découvrir des éléments de muzungu, la version “installée” de bogoro.

Franck Leibovici

principales publications : quelques storyboards (ubuweb, 2003), 9+11 (ubuweb, 2005), des documents poétiques (al dante, 2007), portraits chinois (al dante, 2007), (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques (les laboratoires d’aubervilliers/questions théoriques, 2012) ; des récits ordinaires (avec grégory castéra et yaël kreplak, les presses du réel, 2014) ; bogoro (avec julien seroussi, questions théoriques, 2016)

dernières expositions (groupe) : beat generation (mnam, 2016) ; polyphonies (mnam, 2016) ; dreams and dramas (ngbk, berlin, 2017)

Julien Seroussi

Chercheur en sciences sociales, analyste à la Cour pénale internationale de 2009 à 2012, puis assistant spécialisé au pôle «Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre» du tribunal de grande instance de Paris. Il a notamment publié «S’emparer des faits, un sociologue à la Cour pénale internationale » (Griefs, n° 3, juin 2016) et « Les diables des mille collines, fictions raciales et religieuses dans le génocide des Tutsi » (site de La Vie des idées, octobre 2015).

 

www.centrepompidou.fr

Appel à candidature: Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 5-13 juillet 2017. Les sources au travail. Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent

DATE LIMITE POUR CANDIDATURES/ DEADLINE FOR APPLICATION

9 MAI 2017

For the English version, please scroll down!

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Pour sa quatrième édition, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal. En résonance avec le projet de recherche « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants » conduit dans le cadre du Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » et focalisé sur la constitution au long cours des collections nationales françaises en matière d’art « contemporain », cette nouvelle édition retravaillera à la lumière des sources documentaires les manières de « faire collection » à partir du présent. Prenant comme point d’appui les lectures récentes opérées par les études en histoire du collectionnisme et les Museum studies, cette nouvelle édition s’attachera à interroger les pratiques et procédures mises en jeu dans l’élaboration d’une collection d’art contemporain et les nombreuses formes de négociation à l’œuvre dans le passage vers l’espace public de son exposition.

Les mécanismes du « faire collection » seront pensés à l’aune de différents récits historiographiques et modèles muséographiques dans une perspective comparatiste et résolument internationale, capable de saisir tous les registres de ces enjeux. Une attention particulière sera accordée aux projets novateurs du « faire collection » aussi bien dans l’extension de leurs contenus et de leurs contextes culturels, que dans leurs montages politiques, économiques et institutionnels. Quelles sont les dynamiques contemporaines du collectionnisme et leur rapport avec l’espace public du musée ? Quel est leur impact sur les institutions publiques ou privées censées accueillir et exposer le patrimoine artistique du temps présent ? Les réflexions récentes sur les enjeux de responsabilisation des politiques muséales en matière patrimoniale rendent ce débat d’autant plus indispensable. Cette nouvelle édition de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky offrira l’occasion d’interroger les mécanismes régissant la constitution des collections : politiques d’acquisition, pratiques parallèles de constitution de collections, politiques d’accrochage et multitude des récits contextuels, collections alternatives et le rapport à l’action collective des acteurs « collecteurs » (community collecting et collectionnisme participatif), débats sur l’aliénation (deaccessioning) et la restitution, formes itinérantes ou éphémères de collection.

Ce travail critique appliqué au terrain des collections d’art vivant au sein des institutions qui les conservent et les exposent doit tenir compte non seulement d’une histoire matérielle des objets mais aussi d’autres ressorts actifs dans la construction des savoirs et des valeurs. Il sera donc également question de nomenclatures et de manières de nommer l’art vivant, d’économies institutionnelles ou parallèles et de circuits de sociabilités, de critères évaluatifs et de conventions. Corpus et pratiques documentaires étayeront ces différents régimes discursifs qui constituent et consolident le statut de l’œuvre dans son environnement de collection.

Collectionner l’art vivant à l’épreuve du temps présent pose inévitablement la mise d’une anticipation problématique de la collection d’art vivant dans sa projection future. Comment intégrer dans le discours prospectif, l’ouverture pour les déploiements créatifs futurs et leurs possibilités de faire collection, restera une question qui accompagnera les débats.

Selon son principe de travail structurant, l’Université d’été mettra à disposition des participants un ensemble de ressources documentaires conservées par la Bibliothèque Kandinsky. Elle invitera les participants à enrichir le débat en partageant les sources de travail sur lesquelles ont reposé leurs recherches et à poursuivre des opérations historiographies sur un mode critique et inventif.

Les axes thématiques sur lesquelles les propositions de candidature devront porter sont:

  • Modèles muséographiques pour les collections d’art vivant et rôle de ces derniers dans les mutations des musées d’art moderne et contemporain ;
  • Modes alternatifs de constitution et de diffusion des collections institutionnelles d’art vivant ; projets artistiques de relecture de l’histoire des collections ;
  • Economies et politiques du « faire collection » ; médiations et sociabilités entre sphères publique et le privée ;
  • Opérations et techniques de construction de la valeur, environnements documentaires, situations d’assignation de valeur esthétique, terminologies, nomenclatures, documents de référence ;
  • Profils de collectionneurs novateurs, biographies des collections et dynamique des acteurs du circuit de collecte ;
  • Politiques muséales d’acquisition de l’art du temps présent et marché de l’art : concordance, écarts, ajustements ;
  • Exposer l’histoire d’une collection ; stratégies narratives d’accrochage

PROCEDURE DE CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public international de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Les étudiants de troisième cycle (doctorants et post-doctorants) ainsi que les artistes qui souhaitent participer sont priés de soumettre une proposition de communication accompagnée d’un CV et d’une liste de publications. Il est nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les propositions ne doivent pas dépasser plus de 4 500 signes ou 700 mots et peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent être soumises dans un document de format PDF et doivent comporter le nom du candidat, ses adresses (électronique et postale), l’établissement et le pays.

Les participants devront apporter un choix de sources qui servira de support à la présentation de leur travail.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 9 mai 2017 à l’adresse électronique : bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

La ligne « sujet » du mail doit préciser le nom du candidat précédé de la mention Université d’été.

Les propositions seront examinées par le Comité de pilotage qui se chargera d’établir le programme définitif de l’Université d’été. Le Comité de pilotage retiendra 25 candidatures. Tous les candidats, qu’ils soient ou non retenus, seront contactés individuellement avant le 16 mai 2017.

Une contribution d’inscription de 100 € sera demandée aux participants qui bénéficieront de l’enseignement de l’Université d’été. Cette contribution couvrira un certain nombre de frais – transport vers des lieux visités, éventuels droits d’entrée dans des institutions, etc.

A l’attention des candidats qui en feront la demande, le Centre Pompidou émettra toutes attestations utiles leur permettant d’obtenir toutes bourses ou aide de financement qu’ils pourraient requérir auprès de fondations, de musées ou d’institutions universitaires ou de recherche.

*

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around primary source materials. It will be held in the museum’s space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. The space will be invested with facsimiles, reproductions and archival material presented during the working sessions. Several writing workshops will rhythm the 10-days program. The editorial production of this material will be assembled under the format of a journal – ‘Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky’- both as a critical anthology registering the debates during the sessions and as a graphic experimental production. 
For its fourth edition, the Bibliotheque Kandinsky’s Summer University will address one of the most complex topics of recent museum studies: the layered history of living art collections and their integration in the museum. This edition echoes the research program « Exposer l’histoire d’une collection: le Musée des Artistes Vivants » [Exhibiting the history of a collection: le Musée des Artistes Vivants] conducted in the framework of Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » which focuses on the long creation of French national collections of “living art”. The scope of this new edition of the Summer University will be to study, in the light of documentary resources, the ways of “collection – making”.

Built upon recent writings in the history of collections and museum studies, the Summer University will interrogate practices and procedures at stake in the laboratory of contemporary art collections and the various negotiations at work in the transition towards the public space of the exhibition.

The mechanisms of “collection-making” will be investigated under different methodological strategies and historiographical frames, through comparative readings and opening up to international contexts. A particular attention will be given to innovative projects of “collection-making”, both in content construction and in political, economic and institutional assembling. What are the contemporary dynamics of collecting and their multiple exchanges within the public space of the museum? How can we assess their impact onto the public or private institutions which capitalize them and exhibit the artistic heritage of contemporary art? Recent reflections concerning the necessary responsibilities that have to guide and motivate museum policies and heritage constructions enhance the urgency of this debate.

The Summer University will offer the platform for debate regarding the following topics: acquisition policies, parallel practices of collection-making, strategies of display and contextual narratives, alternative collections and their link to the collective action of multiple “collecting players” (for example, in the cases of community collecting and participative collection-making), debates around deaccessioning practices and restitution policies, itinerary and ephemeral ways of collecting.

This critique, applied on the very body of “living” art in the space of an institution bound to preserve and exhibit it, has to take into account not only the material history of the objects, but also other active relations in the knowledge- and value- production: terminologies, institutional economies, social circulations, evaluation criteria, conventions. Documentary resources and practices will underpin different ways of building and secure the status of the work of art in its collection environment.

Collecting living art inevitably brings up the question of a problematic anticipation of the collection in its future projection. How can we integrate the prospective discourse and the opening up to future creativities and how can we measure up their potentials in the making of a collection?

The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2017 edition will give the opportunity to put sources ‘at work’ and to bring together young researchers, curators and artists around documentary material – for some part largely unseen. It invites researchers from all horizons to bring up their source material and to put it into debate, through historical creative and inventive writing.

The main topics application dossiers are expected to address are:

  • Models/ Case studies of museums collecting “living” art and their role in transforming modern and contemporary museums;
  • Alternative ways of institutional collection-making and diffusion of contemporary art;
  • Artist-projects and the rereading of the history of collections
  • Economies and policies of “collection-making”; mediation and sociality practices between the public and the private sphere;
  • Value construction, documentary environments, ways of assigning aesthetic value, terms and norms; referential documents
  • Innovative collectors, collection biographies and circulating dynamics in the collection – making
  • Acquisition policies and the museum, art market and living art: harmonies, gaps, adjustments;
  • Exhibiting the history of a collection; narrative strategies of display.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is aimed at young historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators, graphic designers and artists at large.

Post-graduate students (PhD candidates, PhDs, post-doctoral researchers), artists and curators who wish to take part in the Summer University are invited to submit a proposal and CV which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.
The proposal (4,500 characters/700 words) may be written either in English or in French. It should be submitted in the form of a PDF document and should include the applicant’s name, postal and electronic addresses, the country the candidate belongs to, and the institution the candidate is affiliated with.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by May the 9th.

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.
All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before May, 16th 2017.

A participation of € 100 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and eventual institutional entries.
If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.
COMITE DE PILOTAGE/ SCIENTIFIC COMMITEE:

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Johanne Lamoureux, directrice du département des études et de la recherche, INHA, professeure titulaire d’art contemporain et de méthodologie à l’université de Montréal

Sara Martinetti, historienne de l’art, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Scarlett Reliquet, historienne de l’art et responsable de programmation culturelle, Musée d’Orsay

Alice Thomine, conservatrice en chef, Musée d’Orsay

Vous pouvez adresser vos demandes de renseignements à l’adresse:/ For any inquiriy, please write us at:

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

Labex Arts-H2H Offre d’emploi: Ingénieur d’étude en traitement des données documentaires

Le projet « Isidore Isou, l’art à la lettre » prend comme point d’étude la dimension structurellement pluridiciplinaire du mouvement lettriste, tel que reflétée dans la construction théorique de son fondateur. Lecteur insatiable et promoteur de la créativité incessante, Isidore Isou élabore de nombreuses théories qui touchent à la fois aux arts plastiques, à la littérature, au cinéma expérimental, aux arts du spectacle et à l’invention performative, mais aussi à l’économie politique, aux mathématiques, à la médecine ou bien à la psychologie. La mise en œuvre, en 2016, d’une campagne de traitement matériel et intellectuel des archives conduira à une programmation culturelle pluridisciplinaire au Centre Pompidou, en 2018, qui mêlera exposition, projections, performances et événements discursifs.

Sous l’autorité du responsable du secteur des archives et de la documentation, il a en charge le classement et la description des archives d’Isidore Goldstein dit Isidore Isou. Le traitement de ce fonds s’effectue dans le cadre du programme de recherche « Isidore Isou, l’art à la lettre » au sein de la Bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du MNAM-CCI, et en relation avec les chercheurs, conservateurs et archivistes associés au projet.

Pour la fiche du projet:

http://www.labex-arts-h2h.fr/offre-d-emploi-ingenieur-d-etude.html

Merci d’envoyer vos candidatures à l’adresse:

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

avant le 17 mars 2017

 

 

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

© Claire Fontaine, Arbeit Macht Kapital, 2004, Néon, verre et cadre métallique courtesy of the artist

En dehors de l’usine. L’operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Séance 2

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

avec Maurizio Lazzarato et Claire Fontaine

Jeudi, 16 février, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À partir des années 1960, l’œuvre et la figure de Marcel Duchamp ont fait l’objet d’une pluralité d’interprétations qui divergent notamment sur le plan des lectures politiques. La pose affectée de l’artiste, ainsi que sa citoyenneté américaine, ont été critiquées de façon virulente par plusieurs artistes se revendiquant de la gauche. Cependant, son « silence » et sa redéfinition du travail artistique ont nourri également une réflexion qui voit Duchamp comme un penseur innovateur du « refus du travail », un des slogans portés par l’operaismo. Lors de cette rencontre-débat, un des représentants les plus persuasifs de cette deuxième lecture, Maurizio Lazzarato, dialoguera avec Claire Fontaine, « artiste ready-made » qui a souvent problématisé la question du refus du travail et de la grève.

Maurizio Lazzarato est sociologue et philosophe. Il vit et travaille à Paris où il poursuit des recherches sur la monnaie, le refus du travail et le concept de guerre (« Guerres et Capital »,  Amsterdam, 2016,  écrit avec Eric Alliez). Il écrit également sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d’images.

Claire Fontaine est une artiste collective basée à Paris et fondée en 2004. Après avoir tiré son nom d’une marque renommée de cahiers d’écoliers, Claire Fontaine s’est auto-déclarée une « artiste ready-made » et elle a commencé à élaborer une version d’art néo-conceptuel qui rappelle souvent le travail d’autres artistes. Elle travaille avec le néon, la vidéo, la sculpture, la peinture et le texte, sa pratique peut être décrite comme un questionnement continu de l’impuissance politique et de la crise de la singularité qui semblent à présent définir la société contemporaine.

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

http://www.ciph.org/

 

 

Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective aux Editions Loevenbruck

parmentier

© Paris, Editions Loevenbruck. Photo Fabrice Gousset

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective publié par les Éditions Loevenbruck.

Une table ronde organisée à cette occasion réunira Guy Massaux, directeur scientifique de l’ouvrage et Ludovic Balland qui en a réalisé la conception graphique. La discussion sera modérée par Jean-Marc Poinsot, président des Archives de la critique d’art.

Mercredi 8 févier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Cette monographie vient compléter, à travers l’œuvre singulièrement radicale de Michel Par­mentier, l’histoire de la peinture de la seconde moitié du XXe siècle. Le titre mentionne deux œuvres de Michel Parmentier, celle que l’artiste situait à l’origine de son œuvre (Décembre 1965), et sa dernière, réalisée le 20 novembre 1999. Les contenus de cet ouvrage ont été constitués et rassemblés par Guy Massaux, co-fon­dateur, avec Bénédicte Victor-Pujebet, de l’association Michel Parmentier (AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles), un premier état ayant fait l’objet de l’exposition « Michel Par­mentier. Déc. 1965 – 20 nov. 1999, une rétrospective. », qui s’est tenue à la Villa Tamaris Centre d’Art, à l’été de 2014.

L’ensemble édité ici réunit un choix de 31 œuvres majeures de l’artiste, contextualisé par 278 documents (pour la plupart inédits) provenant du fonds d’archives Michel Parmentier, de différentes bibliothèques, collections publiques et privées. D’autre part, cinq textes inédits sont publiés : une introduction à l’œuvre de l’artiste par Robert Bonaccorsi, deux textes critiques signés respectivement Philip Armstrong et Jean- Marc Poinsot, et un récit de création d’Agnès Foiret. Enfin, une analyse rigoureuse accom­pagne l’œuvre de Michel Parmentier et les documents reproduits, à travers des textes et commentaires de Guy Massaux.

Avec le soutien à l’édition du Cnap et de la Villa Tamaris Centre d’art.

Éditeur scientifique : Guy Massaux (association Michel Parmentier, AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles)

Auteurs : Philip Armstrong, Robert Bonaccorsi, Agnès Foiret, Guy Massaux et Jean-Marc Poinsot

Conception graphique : Ludovic Balland, Typography Cabinet, Bâle  avec Emmanuel Crivelli

Typographie originale : NEXT ©Ludovic Balland

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

www.loevenbruck.com

 

Lire Debord

image002

Lire Debord

(Éditions L’ échappée, collection « Frankenstein »)

En présence des coordonnateurs de la publication, Laurence Le Bras et Emmanuel Guy

Jeudi, 26 Janvier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

« Debord ne nous laisse, à nous lecteurs, aucun répit. On le savait déjà à travers les livres publiés de son vivant, qui montrent avec quelle ténacité il maintint jusqu’à la fin le cap qu’il avait commencé à suivre au début des années 1950. Mais les notes inédites rédigées tout au long de sa vie pour des projets restés inaboutis incitent aussi à poursuivre sa réflexion sur l’évolution des sociétés contemporaines, et sur les moyens d’enrayer son cours funeste. Ainsi faut-il décrypter ces documents rassemblés et publiés ici pour la première fois : notes préparatoires pour la poursuite de son œuvre autobiographique et critique, définition des bases politiques de l’Internationale situationniste, ou encore un dictionnaire qu’il avait en projet dans les années 1980 en vue de critiquer la corruption du langage par le spectacle. » (Présentation de l’éditeur)

Avec les mises en perspective et des textes critiques signés par François Coadou, Monica Dall’Asta, Gabriel Ferreira Zacarias, Nicolas Ferrier, Jacopo Galimberti, Anselm Jappe, Laurent Jeanpierre, Christian Le Guerroué, Tom McDonough, Patrick Marcolini, Greil Marcus, Fanny Schulmann, Vanessa Théodoropoulou et Frédéric Thomas.

A cette occasion, la Bibliothèque Kandinsky prolongera la rencontre avec une sélection à travers ses collections documentaires autour de l’Internationale Situationniste.

Laurence Le Bras et Emmanuel Guy travaillent depuis 2010 sur le fonds Guy Debord de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir l’accès au fonds d’archive et la réflexion sur l’histoire qu’il peut susciter, ils ont cherché à rassembler une communauté de lecteurs de Guy Debord à travers divers projets: présentations, visites, séminaires, colloques et conférences. Ils ont également assuré le commissariat de l’exposition « Guy Debord. Un Art de la Guerre » du printemps 2013. Depuis, ils poursuivent leur travail de mise à disposition du public des ressources du fonds Guy Debord; Laurence Le Bras en tant que conservatrice au département des manuscrits de la BnF, et Emmanuel Guy en tant qu’historien de l’art et de la littérature à Parsons Paris, The New School, où il dirige le département d’histoire et théorie de l’art et du design. 

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

https://www.lechappee.org/

Philippe Artières et le « Bureau des Archives Populaires du Centre Pompidou »

mag_p-49_parole

Jeudi, 12 janvier 2017 à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Durant toute l’année 2017, Philippe Artières installera son Bureau dans le Forum 0 afin de recueillir et collecter auprès du public large les Archives Populaires du Centre Pompidou. Pour cette permanence inédite, il invitera les visiteurs, les chercheurs et les fidèles du Centre à lui confier souvenirs et documents en lien direct et privilégié avec ce lieu.

En présence de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky et des chercheurs qui activent tous les jours les différentes ressources conservées dans ses collections, cette première rencontre sera l’occasion d’une réflexion ouverte et d’un échange avec Philippe Artières sur les manières de faire et de raconter la fabrique de la recherche.

« Aujourd’hui pour moi être un chercheur c’est aussi continuer à chercher. Cela paraît une évidence mais là encore, il s’agit de réaffirmer le tremblement, le tâtonnement comme pratiques de connaissance » (P.A.) Comment formuler donc ce tâtonnement de la recherche à travers le filtre des sources documentaires dans leurs diversité ? Comment naviguer dans des lieux et à travers des traces qui relèvent, à dimensions élargies, de registres aussi variables et sensibles que le travail d’écriture, le cadre institutionnel, l’expérience personnelle ? Quelles archives du subjectif, donc, pour raconter des « histoires sensibles » de la recherche ?

Spécialiste de l’histoire sociale de l’écriture et des archives autobiographiques, Philippe Artières s’intéresse aux nouvelles formes d’écriture historiographique. Docteur en histoire, directeur de recherche au CNRS, membre du Conseil national du sida et des hépatites virales, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (2011-2012), co-fondateur de l’Association pour l’Autobiographie (APA) et de l’Association Sida-mémoires, directeur des collections « Audiographie » (éditions de l’EHESS) et  «  Tirés-à-part » (Publications de la Sorbonne). Il est l’ancien président du Centre Michel Foucault (1999-2013) et membre fondateur du Centre d’Histoire Expérimentale (CHE). Il est actuellement membre de lInstitut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) de l’EHESS.

Un projet conçu par le Service de la Parole du Centre Pompidou, avec le concours du CNRS et en partenariat avec l’Ecole Nationale des Chartes.

www.centrepompidou.fr

www.cnrs.fr

 

« Jean Prouvé, bâtisseur » par Olivier Cinqualbre, aux Éditions du patrimoine

prouve

Mercredi 4 janvier 2017 à partir de 18h30 – en présence de l’auteur

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« L’œuvre de Jean Prouvé est d’une telle richesse que l’on est généralement obligé de l’aborder en privilégiant tel ou tel aspect, qu’il s’agisse d’une période, d’un domaine de création ou d’une nature d’intervention. Elle est de plus d’une rare originalité, notamment parce que le professionnel est multiple et s’est joué des étiquettes tout au long de sa carrière. » (Olivier Cinqualbre)

Figure cruciale de la modernité architecturale, Jean Prouvé (1901-1984) connecte cette exceptionnelle capacité d’invention aux évolutions techniques et de production de son temps. La rencontre sera l’occasion de revenir sur la qualité protéiforme de sa créativité, à travers la diversité des bâtiments conçus et de quelques moments d’invention constructive déclinés en prototypes et grandes familles structurelles : portiques centraux, noyaux porteurs, éléments-coque, béquilles; plus tard, les stations-service. En appoint révélateur, les importantes archives de Jean Prouvé conservées dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky seront convoquées pour l’occasion. Les vitrines de la salle de lecture accueilleront un focus documentaire à partir d’une sélection de tirages photographiques, tapuscrits, calques, plans, cartes postales et éléments de correspondance qui dressent un ample paysage de la production de ce bâtisseur hors pair.

Olivier Cinqualbre, architecte et historien de l’architecture, est conservateur et chef du service architecture du Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle au Centre Pompidou. Il a été commissaire – et directeur de catalogue – de nombre d’expositions parmi lesquelles Pierre Chareau (1993), Renzo Piano (2000), Mallet–Stevens (2005), Richard Rogers (2007) et, associé à Frédéric Migayrou, Le Corbusier, Mesures de l’homme (2015). Il a assuré la direction d’ouvrage de Jean Prouvé, la Maison tropicale (2009) et du catalogue de la Collection d’architecture du Centre Pompidou (mai 2016), tous deux aux Éditions du Centre Pompidou.

La collection « Carnets d’architectes » est publiée en partenariat avec la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication.

www.centrepompidou.fr

www.editions-du-patrimoine.fr

 

 

 

 

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom avec Paolo Deganello et Marco Assennato

archizoom

En dehors de l’usine. L’ operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Jeudi, 8 décembre 2016, 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’operaismo a été un courant majeur du marxisme italien. Ses figures de proue, telles que Mario Tronti et Antonio Negri, n’ont pas seulement façonné les débats et les luttes sociales italiennes de lors des années 1960 et 1970, mais elles continuent de jouer un rôle important dans la réflexion politique contemporaine au niveau international. Toutefois, l’impact de l’operaismo sur les plasticiens d’hier et aujourd’hui demeure peu étudié. Organisé dans le cadre des séminaires du Collège International de Philosophie, le projet « En dehors de l’usine », a l’ambition de permettre des passerelles interdisciplinaires et de faciliter les échanges entre, d’une part, les plasticiens et les architectes, et, d’autre part, les penseurs qui se revendiquent de la tradition de l’operaismo. Lors de cette première année, « En dehors de l’usine » s’articule en trois volets thématiques : le design, la figure de l’artiste et la contreculture. Les rencontres mettront en place un dialogue entre les axes du projet et les ressources conservées dans les collections documentaires de la bibliothèque.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom

avec Paolo Deganello et Marco Assennato

Archizoom (1966-1974) a été un groupe d’architectes italiens actifs entre Florence et Milan. Ses membres ont atteint une renommé internationale dès 1972 au sein d’un mouvement désigné par Germano Celant sous le terme d’ « architecture radicale ». Certains membres d’Archizoom avaient fait partie du mouvement étudiant de Florence et ils étaient des lecteurs passionnés des textes de Mario Tronti, référence cruciale de l’opéraisme. Leur travail de designers et d’architectes, était-il politiquement radical ? Quelle est l’actualité de l’idée de projet proposée par le groupe ? La rencontre abordera ces questions avec Paolo Deganello, un ancien membre d’Archizoom qui fut également un militant de l’organisation politique d’extrême gauche Potere Operaio.

Paolo Deganello. Ancien étudiant d’Architecture à l’Université de Florence, entre 1963 et 1972 Deganello a réalisé, en collaboration avec L .G. Boccia, tous les instruments de planification de la ville de Calenzano (Florence). Diplômé en 1966, il a fondé avec Andrea Branzi, Gilberto Corretti e Massimo Morozzi, le groupe « Archizoom Associati ». Entre 2004 et 2014 il a été “docente convidado” d’Architecture à l’ESAD de Matosighos au Portugal. Deganello a travaillé dans tous les domaines du projet ; il s’est occupé notamment d’urbanisme, d’architecture, de restauration, de design industriel, d’expositions, toujours visant à remettre en question, contre toute forme de spécialisme, les différentes disciplines du projet. Il enseigne à présent « Sustainable interior design » à la FIDI de Florence. Ses œuvres se trouvent à la Triennale de Milan, ainsi que dans les collections de musées comme Victoria & Albert Museum, Denver Museum ou encore Vitra Design Museum à Weil am Rhein et Mude de Lisbone. L’histoire de son travail individuel, ainsi que de celui accompli au sein d’Archizoom, a été retracé par Maria Milano et par Deganello lui-même dans la monographie en portugais, Paolo Deganello as rasoes do meu projecto radical, parue en 2008.

Marco Assennato est philosophe et chercheur indépendant. Ses recherches interrogent les changements de paradigme de la pensée politique et architecturale au XXe siècle. Il a publié Linee di Fuga. Architettura, teoria, politica (duepunti, 2011) et Paesaggio/Paesaggi. Vedere le cose (Libria, 2014). Actuellement ses recherches portent sur Manfredo Tafuri.

 

« La Nouvelle Typographie» de Jan Tschichold, Editions Entremonde

149660_j_tschichold-nouvelle_typo-couv

Une table ronde avec Robin Kinross, fondateur de la maison d’édition Hyphen Press, auteur de l’introduction de l’ouvrage, Philippe Buschinger, enseignant à l’École Estienne, traducteur du livre, et Victor Guégan, docteur en histoire de la typographie, auteur d’une thèse sur Jan Tschichold.
Mercredi 23 novembre 2016, à partir de 19h
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’ouvrage emblématique de Tschichold, La Nouvelle Typographie (1928) est un véritable mani­feste pour la modernité, analogue dans son domaine au livre du Corbusier Vers une architecture. Prenant la forme d’un manuel, l’auteur y fait table rase de la typographie ancienne qui ne trouve grâce à ses yeux que dans son contexte historique, maintenant dépassé.

Pour concevoir son histoire de la typographie, Tschichold s’est d’abord tourné vers l’art moderne. Pour lui, l’ancienne ère, centrée sur l’individu, a laissé place à une nouvelle époque, celle de la reproductibilité et de la dissolution de l’art dans l’architecture et autres formes directement publiques. La vie ainsi bouleversée, mécanisée, urbanisée, accélérée, le centre de gravité s’est déplacé vers le social et le collectif. Il s’agit d’en prendre acte.

Les idées et le langage utilisés sont caractéristiques des textes modernistes de cette époque. Cette révolution agit comme une lame de fond dans tous les domaines de la création, de la nouvelle architecture au théâtre politique de Bertolt Brecht, du mobilier tubulaire au cinéma de Dziga Vertov et jusqu’à la littérature. Les avant-gardes, les futuristes, le mouvement Dada, le mouvement De Stijl, les constructivistes russes, le Bauhaus dessinent une véritable constellation internationale dont s’abreuvent les nouveaux typographes autant qu’ils y apportent leurs contributions.

Jan Tschichold (1902-74) a travaillé comme typographe et enseignant en Allemagne, en Suisse et en Angleterre. Il fut internationalement connu en 1925 avec la publication de la Typographie élémentaire et pour le renouvellement de la ligne graphique de Penguin Books.

Traduction de l’allemand par Françoise et Philippe Buschinger
Introduction de Robin Kinross

Ce livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

entremonde.net

 

Appels à candidature du LABEX CAP – micro-projet « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants »

APPEL A CANDIDATURE

Dans le cadre du micro-projet

Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants du Labex CAP
A l’occasion du bicentenaire du Musée des artistes vivants, en 2018, le Musée d’Orsay et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou sont convenus d’organiser au sein de leurs parcours de visite des modules d’exposition consacrés à l’histoire de cette collection dont ils sont tous deux affectataires. Le projet proposé s’attachera à mettre en évidence la concordance ou les écarts entre les choix accomplis par l’institution, d’une part, et le cours de l’histoire des arts au moment où ces choix ont été accomplis, d’autre part. Une étude quantitative et qualitative, effectuée par le vacataire sur tout ou partie des collections héritées du Musée des artistes vivants (et du Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines), permettra de faire apparaître des épisodes historiques significatifs d’engagement, de non-engagement ou de désengagement de l’institution, illustrant ainsi un moment de l’histoire du goût.

Intitulé : jeune chercheur en immersion pour une vacation recherche de 6 mois (70h par mois)

Lieu d’accueil : documentation du MNAM/ documentation du musée d’Orsay

Profil : doctorant ou post-doctorant ; français courant et aptitude à déchiffrer l’écriture manuscrite

Début de la vacation : 16 janvier 2017

Domaine de recherche : Histoire des collections, Questions patrimoniales.

Expérience de recherche souhaitée : traitement d’archives manuscrites, traitement de bases de données.

Dossier : Une lettre de candidature adressée à M. Nicolas LIUCCI-GOUTNIKOV, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Un curriculum vitae incluant la liste des publications du candidat.

Les dossiers de candidature doivent parvenir au plus tard le 15 décembre 2016 à l’adresse suivante : recherche@centrepompidou.fr

Plus de renseignements au : 01 44 78 40 99

et sur le site du Labex CAP: http://labexcap.fr/

 

Appels à candidature du LABEX CAP

Le Laboratoire d’excellence « Création Art Patrimoine » lance deux appels à candidature pour les chercheurs post-doc et pour les bourses « Immersion » 2016.

Pour plus d’information:

l’appel à candidatures post-doc : http://labexcap.fr/appel_a_projet/appel-a-candidatures-post-doc-2016-2017/
l’appel à candidatures Immersion : http://labexcap.fr/appel_a_projet/appel-a-canidatures-bourses-immersion-2016/

George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

herms

Dans le cadre de la troisième édition de l’Université d’été « LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolage et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 », la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique avec l’artiste

GEORGE HERMS

« The Bricoleur of Broken Dreams »

JEUDI, 30 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

“Mind of an engineer, soul of a poet ”, George Herms se trouve dans l’épicentre de la scène artistique et littéraire californienne de l’après-guerre. Avec Wallace Berman, Edward Kienholz et Robert Alexander, il est au cœur du groupe fondateur de « West Coast Assemblage » avec ses objets composites, d’accumulations hétérogènes et poétiques de matériaux trouvés. William Seitz intégrera d’ailleurs son œuvre tôt, dans l’exposition – phare « The Art of Assemblage » au Museum of Modern Art à New York, en 1961. Membre de la Rat Bastard Protective Association fondée en 1959 par Bruce Connner, il côtoie Jay DeFeo, Joan Brown, Wally Hedrick, ou  Jess. A travers sa maison d’édition « Love Press »  il publie des livres d’artiste pour Diane DiPrima, Michael McClure, de même que le fac-similé intégral de la revue Semina de Wallace Berman.

Pour cette rencontre, George Herms évoquera quelques histoires de bricolage, de « Love Press » et d’« Asphalt Fountain Pen ».