El Lissitzky, catalogue du pavillon soviétique à l’Internationale Presse Austellung « Pressa », Cologne, 1928

IMG_0182IMG_0190

 

A partir de 1926 l’artiste russe d’origine juive El Lissitzky se consacre à la conception d’expositions. C’est ce qu’il considère dans son autobiographie comme la partie la plus importante de son travail. Il réalise d’abord deux espaces novateurs, très aboutis, pour montrer l’art abstrait : l’Espace pour l’art constructif à l’Exposition internationale de Dresde en 1926 et le Cabinet des Abstraits au musée de Hanovre en 1927.

Les tableaux de formes géométriques y sont agencés dans une relation dynamique les uns par rapport aux autres, un jeu optique anime les cimaises, un système de panneaux mobiles offre au visiteur de découvrir lui-même certains tableaux, autant de dispositifs qui constituent une adaptation réussie des principes du suprématisme à l’espace d’exposition.

Toujours en 1927 il reçoit commande du gouvernement soviétique pour la grande Exposition polygraphique de Moscou, puis, fort de son succès, se voit confier en 1928 la réalisation du pavillon soviétique de l’Exposition internationale de la presse à Cologne « Pressa ».

Le thème de cette exposition demande autre chose qu’un écrin raffiné. Il s’agit pour Lissitzky de promouvoir de façon explicite le projet révolutionnaire soviétique. Pour cela, il use de toutes les ressources des arts appliqués : photographies, photomontages, design, design graphique. Photographie et photomontage occupent une place privilégiée. Associés aux mots et aux slogans, aux cartes et aux graphiques, ils deviennent les éléments caractéristiques des participations soviétiques aux expositions internationales des quatre années suivantes organisées en Allemagne, orchestrées par Lissitzky. Le photomontage devient une forme de discours, appelé « factographie », conçu à partir de « faits » saisis dans la réalité, associés, montés, articulés.

IMG_0260

Au cœur du pavillon se trouve une étoile en trois dimensions, surmontée d’un grand disque portant le slogan soviétique : Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! en allemand : « Proletarier aller Länder Vereingt euch », auquel sont suspendues les six sphères des six républiques soviétiques. Des banderoles défilent du sol au plafond par un système de cylindres animés, inspirés des presses rotatives. Lissitzky reprend en volume les figures de Malévitch qu’il couvre de textes et de photos. Et surtout, il réalise une frise de photomontages de 24 m de long sur 3,5 m de large dans un format « plus grand que nature ».

IMG_0247

IMG_0245

Le catalogue de l’exposition comporte aussi un long dépliant de photomontages qui montre les vues de l’exposition, légendées et commentées. On y lit que : « le journal n’a pas pour seule vocation d’être un agitateur, mais qu’il organise la collectivité », que « dans la période de transition du capitalisme au communisme, la tâche principale de la presse est d’éduquer les masses », et que « la presse organise le contrôle des masses par l’intermédiaire des soviets ». Le message est clair, c’est un message de propagande, mais il est porté par la force suggestive inédite du photomontage. Quatre lignes de texte, fussent-elles en lettres capitales et rouges, sont plus efficaces une fois placées devant la figure de Lénine, hissé sur une tribune, en position de harangue.

Il existe des exemples de photomontage et d’association entre texte et photographie antérieurs à 1928. Chez Rodtchenko, Stepanova, Gan, ils remontent à 1923, 1924, 1925, mais Lissitzky donne à ces techniques une ampleur nouvelle. Par son nombre, par sa taille, la photographie occupe une grande partie de l’espace d’exposition. De même que dans le recueil de poème, Lissitzky agrandit la lettre aux dimensions de la page, il augmente la taille et la présence de la photographie dans l’espace d’exposition. Dans ce qui semble être un tournant, cet emploi accru de la photographie et du photomontage apparaît de façon concomitante dans les couvertures de Novyi Lef par Rodtchenko et via le montage d’archives dans le cinéma d’Esther Choub.

La Bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir un exemplaire de ce catalogue, qui sera visible à partir du 28 septembre 2016 au Musée national d’art moderne dans un accrochage consacré aux relations entre art et politique (traverse 4).

Cet achat vient s’ajouter aux autres œuvres d’El Lissitzky que conserve la bibliothèque Kandinsky :

– la revue Viechtch-Gengenstand-Objet, fondée en 1921 à Berlin avec Ilya Ehrenbourg  (2 livraisons) ;

– le numéro de la revue hongroise Ma [Aujourd’hui] de 1922, qui reprend en couverture le Proun n°43 ;

– le recueil de poèmes de Maïakovski, Dlia golossa [Pour la voix], 1923, dont Lissitsky a fait la mise en page et conçu la présentation par onglets ;

– Les Ismes de l’art, réalisé avec Hans Arp, 1924 ;

Khorosho ! Oktiabrskaïa poema, de Maïakovski, 1927, dont la couverture est de Lissitzky ;

Russland. Die Rekonstruktion der Architektur in der Sowietunion, publié à Vienne en 1930 ;

– et des numéros de la revue URSS en construction, 1929-42, créée par Maxime Gorki, éditée en quatre langues, à laquelle Lissitzky participe comme collaborateur permanent à partir de 1932.

Ce catalogue témoigne d’un moment particulier dans l’œuvre d’El Lissitzky, un moment de conjonction. En 1928 Lissitzky a abandonné les Prouns et la peinture de tableaux. La conception du pavillon soviétique pour l’Exposition internationale de la presse à Cologne est pour lui l’occasion de renouer avec des formes artistiques qui correspondent davantage au désir de réalisations concrètes qui l’anime depuis ses débuts. Tout son art a en effet, depuis ses études d’architecture et sa collaboration avec Malévitch à Vitebsk, pour vocation de transformer la société, tout du moins d’être intimement lié à cette transformation, art et société participant d’une même transformation. L’intérêt de Lissitzky pour la photographie, qui s’est développé tout au long des années 1920, trouve dans ce pavillon une expression nouvelle ; il y associe photographie et architecture, il adapte la photographie aux dimensions de l’architecture, il donne à la photographie un rôle accru dans l’espace public, et par un travail de photomontage, de juxtaposition, de superposition et de découpe, il accentue encore la puissance expressive de la photographie. Dans l’histoire de l’art, c’est un moment où un gouvernement fait appel à un artiste d’avant-garde pour assurer son rayonnement à l’étranger. Le pavillon soviétique de « Pressa » introduit les quelques années où la propagation de l’idéologie soviétique dans un contexte international s’appuie sur les recherches artistiques novatrices du suprématisme et du constructivisme.

IMG_0252 IMG_0253 IMG_0254 IMG_0255


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *