Archizoom Associati : archives photographiques en ligne

Les archives photographiques du collectif sont en ligne : consultez l’inventaire.

« Archizoom », le nom du groupe qu’Andrea Branzi, fonde en 1966 avec ses camarades de promotion de l’école d’architecture de Florence Gilberti Coretti, Paolo Deganello et Massimo Morozzi -auxquels se joindront en 1968 Lucia et Dario Bardolini- témoigne de l’influence qu’Archigram exerce sur la jeune génération d’architectes au milieu des années soixante.Le groupe, qui tient sa possibilité d’existence du contexte révolutionnaire marxiste de l’Italie de Toni Negri, naît quelques jours après l’exposition Superarchitettura organisée par Andrea Branzi et Arnolfo Natalini (qui formera de son côté le Superstudio) : la superarchitecture déclare à pousser à ses extrêmes limites la « logique du système », production et consommation, démarche qui caractérisera « l’architecture radicale », terme emprunté par Archizoom aux féministes américaines et diffusé par Germano Celant.

Le collectif Archizoom Associati en 1967

Soutenu par Ettore Sottsass, Archizoom Associati produit en 1970 la théorie d’un urbanisme à la chaîne, No stop city, à la fois contre utopie critique de la ville aux ordres du Capital, réflexion sur la qualité et l’usage des ambiances obtenues dans un espace rendu monomorphe, entièrement climatisé et souterrain, et l’exploration d’un « nouveau design » à l’échelle urbaine pour une définition sensorielle de l’environnement quotidien. Toutefois, les dessins et les textes relèvent de l’utopie plus qu’ils ne visent l’objet réel -tendance commune à l’ensemble du Radical Design. Quelques idées ont néanmoins été réalisées, comme le fauteuil « Mies » qui exagère les traits du célèbre siège de Mes Van der Rohe au point de paraître inutilisable. Avec ses pompeux « Dream Beds », Archizoom caricature le kitsch des Arts déco et du Pop Art, en même temps que le Bel Design tant vénéré : le mauvais goût prend figure de programme.

Après la reconnaissance internationale du design italien à l’exposition du MoMA Italy, the New Domestic Landscape (1972), où Archizoom Associati propose une pièce vide habité par la voix d’une fillette, le groupe fonde à Florence l’éphémère coopérative d’architectes et d’artistes Global Tools (1973-1975), contre-école d’architecture et de design défendant le libre développement de la créativité individuelle. En crise depuis 1972, le groupe se dissout en 1974. Mais les idées du groupe se perpétue, sans les mêmes implications politiques, dans des mouvements Anti-Design ultérieurs : Alchimia et Memphis.

La partie du fonds conservée au Centre Pompidou comporte deux classeurs de diapositives et ektachromes (le tout est numérisé) et une boite d’archives écrites, le tout remis par André Branzi en 1999, sous le n° d’inventaire 3927.
Des archives complémentaires sont conservées aujourd’hui au Centro Studi e Archivio della Comunicazione Università degli Studi di Parma et au FRAC Centre à Orléans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *