Galerie Henriette, Paris

Née à Montmartre, Henriette Gomès débute son activité comme collaboratrice de Pierre Loeb, dont la galerie située alors au 2, rue des Beaux-Arts à Paris, constitue un lieu de rencontres et d’expositions essentiel pour les artistes d’avant-guerre. Henriette rencontre son futur mari, André, qui est alors journaliste et technicien de radio, en 1937 et l’épouse un an plus tard. Quelques mois après son mariage, elle quitte Pierre Loeb en très bons termes pour ouvrir sa propre galerie.

En 1938, elle ouvre la « Galerie Henriette » avenue Matignon, à Paris et inaugure son nouveau local avec une exposition de Rouault. Pendant deux années, elle y expose Cézanne, Gromaire, Brauner, Vieira da Silva, Arpad Szenes, Pierre Charbonnier, Hartung, etc. Mais la guerre met fin à son activité : en tant que juive, elle est contrainte de quitter Paris en mai 1940 – elle part à La Rochelle avec la famille de Pierre Loeb, pendant qu’André Gomès est mobilisé – et sa galerie est confisquée comme bien juif. Après s’être retrouvés à Nîmes, Henriette et André Gomès voyagent en France où ils consolident ou créent de nouvelles relations amicales avec les artistes qui fuient Paris.

Après la Libération, le couple de marchands trouve un petit emplacement au 6, rue du Cirque à Paris, qu’ils remettent en état. En 1949, une nouvelle « Galerie Henriette » voit le jour. C’est seulement quelques années plus tard qu’ils acquièrent le pavillon jouxtant le leur, rendu libre. En même temps que son agrandissement, la galerie change de nom et devient la Galerie Henriette Gomès. Dorénavant, Henriette Gomès se consacre plus spécifiquement à la figuration, présentant Balthus, Hélion, Miro, ainsi que des peintres à contre-courant tels que Xavier Valls, Abidine, Otto Schauer.

« A contre-courant » est également une expression souvent utilisée pour qualifier la galerie d’Henriette Gomès. Femme de conviction, elle était réputée sans concessions pour défendre les artistes qu’elle aimait, souvent des peintres peu considérés qui deviendront les grands noms de leur époque. En témoigne son soutien sans failles pour le peintre Balthus qu’Henriette Gomès a rencontré alors qu’elle travaillait pour Pierre Loeb, alors qu’il était renié par une grande partie du monde de l’art. Germain Viatte a décrit son expérience des visites de la petite galerie de la rue du Cirque, à laquelle on accédait par le fond d’une cour, en sonnant à une petite porte. Elle possédait deux pièces dont les fenêtres donnaient sur la cour, mais un rideau cachait une troisième pièce, obscure, à droite de la porte. « Sanctuaire » et cœur de la galerie, cet espace exposant continuellement les œuvres de Balthus était réservé à un cercle restreint d’amateurs de l’artiste. Jusqu’à l’exposition de Gaëtan Picon au Musée des arts décoratifs en 1966, mais surtout jusqu’en 1985, année où se tient la rétrospective Balthus au Centre Pompidou, la galerie Henriette Gomès fut connue comme l’un des seuls endroits donnant accès à l’œuvre de l’artiste pendant sa période d’occultation du public et de la critique.

Enfin, l’étage, accessible à quelques-uns seulement, était réservé à la collection personnelle d’Henriette et André Gomès. Constituée dans un premier temps de dons et cadeaux d’artistes, cette collection témoigne de l’importance qu’a eu Henriette Gomès par son activité de galeriste et son amitié avec les artistes importants du XXème siècle (Miro, Picasso, Balthus, etc.). Les époux Gomès en firent donation aux musées de Grenoble, d’Antibes, ainsi qu’au Musée national d’art moderne en 1985.

Le fonds d’archives est constitué d’un ensemble de photographies (tirages argentiques ou négatifs noir et blanc), se partageant entre des reproductions d’œuvres et des portraits d’artistes. Une grande partie des artistes exposés dans la galerie y sont représentés : Balthus, Léger, Lipchitz, Lurçat, Magnelli, Marcoussis, Matisse, Staël, Soutine, Tanguy, Torres-Garcia, etc. Un ensemble de portraits de la galeriste, dans son univers familial, complète ce témoignage sur la vie de la galerie Henriette Gomès. Un dossier documentant les expositions de Xavier Valls à la galerie contient des cartons d’invitation, coupures de presse, lettres ou listes d’œuvres (1963 – 1985).

Consulter l’instrument de recherche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *