Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

IMG_20150930_115357

Peintre, poète, cinéaste, dramaturge, romancier… Isou se passionne précocement pour la littérature et la philosophie, lisant adolescent, selon son propre témoignage, Dostoïevski, Marx ou Proust. Il a dès 1942 l’intuition d’un nouveau système poétique et musical exposé dans le Manifeste de la poésie lettriste. Il engage également la rédaction de La Créatique ou la Novatique (1942-1976), dans lequel il énonce les lois d’une méthode de création à partir de laquelle il redéfinira et transformera à peu près tous les domaines de la culture, des sciences aux arts en passant par les techniques, la philosophie, la théologie et la vie.

S’établissant clandestinement à Paris en août 1945, il y rencontre rapidement des personnalités du monde intellectuel comme Pierre-Albert Biro, André Gide, Tristan Tzara ou André Breton. Le 8 janvier 1946, il organise avec Gabriel Pomerand la première manifestation lettriste  ; mais c’est après un coup d’éclat au Théâtre du Vieux Colombier où, contre Tristan Tzara, il annonce la naissance d’une révolution poétique qu’il obtient le soutien de Raymond Queneau ou Jean Paulhan pour la publication de son Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique à La Nouvelle Revue Française (NRF) en avril 1947.  Gaston Gallimard accepte ensuite de publier en octobre un ouvrage défini comme un roman, mais prenant la forme de « mémoires », L’Agrégation d’un Nom et d’un Messie. Suivront de nombreuses publications : Le surréalisme et André Breton (1948), L’économie politique et l’érotologie (1949), Les arts plastiques (1950), Le roman et la prose (1950), Le cinéma (1951), Le Théâtre (1952), qui constitueront les premiers fondements d’un désir plus global de transformer radicalement la société, en s’appuyant sur les concepts d’« externé » (la jeunesse) et de créativité généralisée. 

C’est en 1951, en marge du Festival de Cannes, qu’est projeté le Traité de bave et d’éternité, film « ciselant » et « discrépant », dans lequel il dissocie la bande-son de la bande-image. Guy Debord rejoint alors pour quelque temps le mouvement lettriste, avant de s’en séparer dès 1952 pour fonder l’internationale lettriste puis le mouvement situationniste. L’œuvre cinématographique d’Isou comporte une vingtaine de réalisations et plusieurs textes théoriques dont Esthétique du cinéma (1952). Il y ajoute le théâtre avec les Fondements pour la transformation intégrale du théâtre (1952) puis en 1954 La Marche des jongleurs, montée au théâtre de poche par Jacques Polieri. 

Il s’intéresse aussi à la politique avec son « Soulèvement de la jeunesse » sans jamais délaisser la création plastique. Il est ainsi l’auteur de plusieurs centaines d’œuvres plastiques, depuis sa série de toiles Les Nombres de 1952 jusqu’à ses œuvres excoordistes de 1991, en passant par ses fameux objets de « méca-esthétique » de 1960 et 1962 et l’invention de l’hypergraphie, basée sur l’organisation esthétique de lettres et de signes (1950), de l’Art Infinitésimal, basé sur des particules esthétiques imaginaires (1956) etc…

IMG_20150930_115404IMG_20150930_115429

Le fonds d’archives acquis par le MNAM-CCI et conservé dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky constitue un ensemble presqu’exhaustif de la production d’Isou. Sont ainsi représentés les écrits de jeunesse avec le journal roumain tenu à partir de 1942 ; la correspondance personnelle jouxte les photographies, les cartons et affiches d’expositions, les versions successives de ses textes théoriques, littéraires, politiques ou encore des romans pornographiques ou d’espionnage, des scenarii de films, des pamphlets politiques. En contrepoint de l’acquisition de ce fonds, les ayant-droits d’Isou ont souhaité remettre en don les très belles planches des Journaux des Dieux, roman « hypergraphique » où les mots se mêlent aux dessins, signes et symboles. Cette entrée complète ainsi les oeuvres déjà conservées dans les collections du MNAM telle Signes fauves (1961). 

Du fait de son volume (40 ml environ) et de sa complexité, le fonds Isou fera l’objet d’un programme de recherche spécifique permettant à la fois l’identification des versions des différentes productions d’Isou et le classement complet du fonds. Un peu de patience donc pour pouvoir le consulter…

Découvrir Traité de bave et d’éternité (1951).
Film cinématographique 35 mm noir et blanc, sonore


Une réflexion sur « Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007) »

  1. C’est une excellente nouvelle et plus, pour la Connaissance et les nouvelles générations qui vont pouvoir prendre la mesure de l’ampleur de ses créations et y réfléchir, voire les poursuivre dans certains domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *